Aller au contenu

«Ballades et Chants populaires de la Roumanie»

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit des doi­nas* recueillies par Vasile Alec­san­dri** (XIXe siècle), vrais monu­ments de la lit­té­ra­ture popu­laire de la Rou­ma­nie. Qu’est-ce que des doi­nas? Ce sont de petites pièces de vers, qui ne portent pas de noms d’auteurs, parce qu’elles sont l’œuvre de tous, l’expression la plus directe et la plus sin­cère du génie du peuple rou­main. Elles ren­ferment des tré­sors ines­ti­mables de sen­ti­ments tendres, de croyances super­sti­tieuses, de cou­tumes ances­trales et, sur­tout, de beau­tés poé­tiques pleines d’originalité. Elles gardent pro­fon­dé­ment mar­quée l’empreinte du carac­tère local : «elles exhalent», dit un cri­tique***, «ce par­fum des mon­tagnes et des val­lées natales, qui ne se peut ni contre­faire, ni emprun­ter». Elles abondent, enfin, en com­pa­rai­sons pit­to­resques, en images gra­cieuses et ter­ribles; c’est ain­si qu’elles appellent l’argent «l’œil du diable» («ochĭul dra­cu­luĭ»); la mort «la fian­cée du monde» («miré­sa lumeĭ»), parce que tout le monde lui est pro­mis en entrant dans la vie; elles com­parent la bon­té à la mater­ni­té : «bon comme le sein d’une mère» («bun ca sinul mameĭ»); elles disent d’un homme supé­rieur qu’«il porte une étoile au front» («cu stea în frunte»); d’une belle femme qu’elle est «un frag­ment de soleil» («ruptă din sóre»); etc.

«elles exhalent ce par­fum des mon­tagnes et des val­lées natales, qui ne se peut ni contre­faire, ni emprun­ter»

Alec­san­dri était trop poète pour ne pas être frap­pé de la beau­té de cette poé­sie pri­mi­tive dont les accents l’avaient, pour ain­si dire, ber­cé; il avait trop l’amour de son pays pour ne pas dési­rer que ces bal­lades et ces chants, qui en retra­çaient la gloire et la souf­france pas­sées, fussent recueillis avant que le temps les eût com­plè­te­ment dis­per­sés ou défi­gu­rés. Lorsqu’il se voua à la pieuse tâche de ras­sem­bler ces lam­beaux épars de la poé­sie et de la langue popu­laires, Alec­san­dri fut dou­ble­ment bien ins­pi­ré — car, en même temps qu’il res­ti­tuait à la Rou­ma­nie ses titres lit­té­raires sur le point d’être per­dus, la fré­quen­ta­tion assi­due de ces sources pures retrem­pa à la fois sa pen­sée et son style, et la patrie lui ren­dit ain­si ce qu’elle avait reçu de lui. «Que de fois», dit un ami d’Alecsandri****, «il m’a racon­té les épi­sodes de ses poé­tiques excur­sions, ses haltes dans les ruines qui avaient abri­té autre­fois quelque bri­gand fameux, ses conver­sa­tions avec les anciens des vil­lages, les chan­sons recueillies… de la bouche des jeunes files, la mama­li­ga***** goû­tée dans la cabane des pay­sans, et le soir — car de tels contrastes ne sont point rares dans ces contrées où l’on trouve tous les raf­fi­ne­ments de la civi­li­sa­tion à côté des aspé­ri­tés de la vie sau­vage — l’arrivée dans quelque châ­teau où règnent le confort, l’élégance… et jusqu’à la langue de Paris».

Voi­ci un pas­sage qui don­ne­ra une idée du style des doi­nas :
«La mas­sue s’échappa de ma main
Sous le coup d’un sabre païen;
Hélas! elle ne tom­ba pas seule à terre,
Ma main aus­si tom­ba avec elle
À côté du païen qui tom­ba.
Depuis lors je ne sais plus que deve­nir,
Car je suis res­té pauvre et inva­lide;
Je n’ai ni mai­son, ni char­rue,
Ni jeunes bœufs à mettre au joug.
Vai­ne­ment j’ai prié, et encore prié
Tous les riches habi­tants du vil­lage
De me prê­ter une char­rue pour une heure,
Afin de labou­rer un coin de ter­rain;
Pen­dant six jours, je les ai sup­pliés
Sans qu’ils fissent atten­tion à moi
»******.

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* En rou­main «doină» (sin­gu­lier) et «doine» (plu­riel). Par­fois trans­crit «doïne». Haut

** Autre­fois trans­crit Basile Alec­san­dri, Vasi­lie Alec­san­dri, Vasi­li Alexan­dri ou Vas­si­li Alexan­dri. Haut

*** Alphonse Grün. Haut

**** Abdo­lo­nyme Ubi­ci­ni. Haut

***** Purée de maïs. Haut

****** p. 126. Haut