Schiller, « Marie Stuart »

éd. Aubier, coll. bilingue des classiques étrangers, Paris

éd. Au­bier, coll. bi­lingue des clas­siques étran­gers, Pa­ris

Il s’agit de « Ma­rie Stuart » (« Ma­ria Stuart ») de Frie­drich Schil­ler1, poète et dra­ma­turge al­le­mand (XVIIIe-XIXe siècle) dont l’œuvre se re­con­naît im­mé­dia­te­ment comme sienne par un mé­lange par­ti­cu­lier qui tient à la poé­sie par les pas­sions et à la phi­lo­so­phie par le goût pour les ré­flexions — un mé­lange qui a tant im­pré­gné l’art dra­ma­tique en Al­le­magne « que de­puis lors il est dif­fi­cile de par­ler, de s’exprimer au théâtre sans “faire du Schil­ler” »2. L’inclination de Schil­ler pour le théâtre al­lait, pour­tant, à l’encontre des lois de l’École mi­li­taire où il fut édu­qué. Huit an­nées du­rant, son en­thou­siasme lutta contre la dis­ci­pline que lui im­po­saient ses ins­ti­tu­teurs. La sur­veillance, l’uniformité ré­pé­tée des mêmes gestes, les pu­ni­tions cor­po­relles qui sui­vaient de près les me­naces, bles­saient pro­fon­dé­ment un jeune homme qui sen­tait en lui-même des pen­chants plus éle­vés, plus purs et plus di­vins que la di­rec­tion où il était poussé de force. Elles au­raient dû étouf­fer sa pas­sion pour le théâtre ; elles ne firent, au contraire, que l’attiser. « Les Bri­gands » qu’il écri­vit en ca­chette étant élève ré­vé­lèrent au monde un poète uni­ver­sel à l’intelligence trop éten­due pour voir les li­mites de l’humanité dans les fron­tières de sa pa­trie : « J’écris en ci­toyen du monde qui ne sert au­cun prince. J’ai perdu, jeune, ma pa­trie pour l’échanger contre le vaste monde… », dit-il3. Com­bien il est sin­gu­lier, d’ailleurs, que les pièces de Schil­ler pro­mènent aux quatre coins de l’Europe et se fassent tou­jours les in­ter­prètes du pa­trio­tisme d’autres peuples : les Pays-Bas avec « Don Car­los », la France avec « La Pu­celle d’Orléans », la Suisse avec « Guillaume Tell », l’Écosse avec « Ma­rie Stuart ». Quand la mort vint le sai­sir, il tra­vaillait en­core à « Dé­mé­trius », dont il avait ins­tallé l’intrigue dans une Rus­sie où il n’était pas da­van­tage allé que dans les autres pays. Il n’y a que « Wal­len­stein » qui soit réel­le­ment al­le­mand ; mais non pas l’Allemagne mo­derne, celle du Saint-Em­pire. « Ci­toyen de l’univers qui ac­cueille dans sa fa­mille tous les vi­sages hu­mains et em­brasse avec fra­ter­nité l’intérêt col­lec­tif, je me sens ap­pelé à pour­suivre l’homme der­rière tous les dé­cors de la vie en so­ciété, à le re­cher­cher dans tous les cercles, et si je puis em­ployer cette image, à po­ser sur son cœur l’aiguille de la bous­sole », dit-il4. On com­prend pour­quoi la Ré­pu­blique fran­çaise nou­vel­le­ment éta­blie, qui ap­pe­lait l’humanité à ve­nir se joindre à elle, conféra à ce poète de toutes les na­tions le titre de ci­toyen fran­çais par un dé­cret si­gné par Dan­ton en 1792.

Il n’existe pas moins de dix tra­duc­tions fran­çaises de « Ma­rie Stuart », mais s’il fal­lait n’en choi­sir qu’une seule, je choi­si­rais celle d’Hippolyte Loi­seau.

« Dein Herz, dein lie­benswür­dig Selbst ver­lier ich.
Bald wirst du in den ju­gend­li­chen Ar­men
Des feu­ri­gen Ge­mahls dich glü­ck­lich füh­len,
Und un­ge­teilt wird er dein Herz be­sit­zen.
Er ist von kö­ni­gli­chem Blut, das bin
Ich nicht, doch Trotz sei al­ler Welt ge­bo­ten,
Ob ei­ner lebt auf die­sem Er­den­rund,
Der mehr An­be­tung für dich fühlt als ich.
Der Duc von An­jou hat dich nie ge­sehn,
Nur dei­nen Ruhm und Schim­mer kann er lie­ben.
Ich liebe “dich”. Wärst du die ärm­ste Hir­tin,
Ich als der größte Fürst der Welt ge­bo­ren,
Zu dei­nem Stand würd’ ich he­run­ters­tei­gen,
Mein Dia­dem zu dei­nen Füßen le­gen. »
— Pas­sage dans la langue ori­gi­nale

« Votre cœur, toute votre per­sonne si digne d’être ai­mée, voilà ce que je perds. Bien­tôt, dans les jeunes bras d’un ar­dent époux vous vous sen­ti­rez heu­reuse, et il pos­sé­dera votre cœur, sans par­tage. Il est de sang royal, moi je ne le suis pas ! Et pour­tant je dé­fie le monde en­tier de trou­ver sur cette terre un seul homme qui res­sente plus d’adoration pour vous que moi. Le duc d’Anjou ne vous a ja­mais vue ; il ne peut ai­mer que votre gloire et votre éclat, moi je “vous” aime. Même si vous étiez la plus pauvre des ber­gères, et si j’étais moi, de par ma nais­sance, le plus grand prince du monde, je des­cen­drais jusqu’à vous et met­trais ma cou­ronne à vos pieds. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion de Loi­seau

« Ton cœur, ton ado­rable per­sonne, voilà ce que je perds.
Bien­tôt, tu se­ras entre les bras ju­vé­niles
De ton ar­dent époux, et tu se­ras heu­reuse.
Il pos­sé­dera ton cœur sans par­tage.
Il est de sang royal,
Pas moi… mais je mets le monde en­tier au défi
De me dire si sur cette terre un seul homme
A pour toi plus d’adoration que moi.
Le duc d’Anjou ne t’a ja­mais vue…
Ta gloire, ton pres­tige, voilà tout ce qu’il peut ai­mer.
Moi, c’est “toi” que j’aime. Si tu étais la plus pauvre des ber­gères,
Et moi — le plus grand des princes,
Je m’abaisserais jusqu’à ton rang,
Et je dé­po­se­rais ma cou­ronne à tes pieds. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion de M. Syl­vain Fort (éd. L’Arche, coll. Scène ou­verte, Pa­ris)

« Ton cœur, ton cœur si ai­mable, voilà ce que je perds. Bien­tôt tu vas t’appuyer heu­reuse sur le bras de ton époux qui pos­sé­dera ton cœur sans par­tage. Il est de sang royal : ce que je ne suis pas. Et pour­tant, dussé-je bra­ver le monde en­tier, je te di­rai que per­sonne sur cette terre n’a pour toi ce culte ido­lâ­trique que je te rends. Le duc d’Anjou ne t’a ja­mais vue, il ne peut ai­mer que ta gloire et l’éclat de ta cou­ronne, et moi je “t”’aime. Tu se­rais la plus pauvre des ber­gères, et moi — le plus grand des princes de ce monde, que je m’abaisserais à ton rang pour mettre mon dia­dème à tes pieds. »
— Pas­sage dans une tra­duc­tion ano­nyme (XIXe siècle)

« Je perds votre cœur, votre ado­rable per­sonne : bien­tôt vous trou­ve­rez le bon­heur dans les bras d’un jeune et ar­dent époux, et il pos­sé­dera votre cœur sans par­tage. Il est d’un sang royal, je n’ai point cet hon­neur ; mais je dé­fie le monde en­tier que sur ce globe ter­restre il y ait un seul homme qui res­sente pour vous une ado­ra­tion plus vive que moi. Le duc d’Anjou ne vous a ja­mais vue, il ne peut ai­mer que votre gloire et votre splen­deur ; tan­dis que moi, c’est “vous” que j’aime. Vous se­riez la plus pauvre ber­gère, et moi — né le plus grand prince de la terre, je des­cen­drais à votre condi­tion pour mettre mon dia­dème à vos pieds. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion de Pros­per Bru­gière, ba­ron de Ba­rante (XIXe siècle)

« Votre cœur, votre per­sonne ai­mable,
Voilà les biens si chers dont la perte m’accable.
Le bon­heur vous at­tend dans les bras d’un époux
Brillant de sa jeu­nesse et plein d’amour pour vous.
Votre cœur dé­sor­mais est à lui sans par­tage.
Un sang royal sur moi lui don­nait l’avantage ;
Mais dans le monde en­tier en vain l’on cher­che­rait
Qui plus pro­fon­dé­ment que moi vous ché­ri­rait !
Ce jeune duc d’Anjou vous connaît-il vous-même ?
Ce n’est que votre éclat, votre gloire qu’il aime,
Tan­dis que cet amour, dont je suis en­ivré,
C’est “vous”, Éli­sa­beth, qui l’avez ins­piré,
Vous seule ! Vous se­riez la plus pauvre ber­gère,
Et moi — le plus puis­sant des princes de la terre,
Que, du su­prême rang des­cen­dant jusqu’à vous,
Je vien­drais dé­po­ser mon sceptre à vos ge­noux ! »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion de Théo­dore Braun (XIXe siècle)

« Votre cœur, votre ai­mable per­sonne, voilà ce que je perds. Bien­tôt vous vous sen­ti­rez heu­reuse dans les bras d’un jeune et ar­dent époux, et il pos­sé­dera votre cœur sans par­tage. Il est d’un sang royal, moi je ne le suis pas ; mais je dé­fie le monde en­tier que sur la terre il s’en trouve un seul qui sente pour vous une plus vive ado­ra­tion que moi. Le duc d’Anjou ne vous a ja­mais vue, il ne peut ai­mer que votre gloire et votre éclat. Mais moi, c’est “vous” que j’aime. Quand vous se­riez la plus pauvre ber­gère, et moi — le plus grand prince du monde, je des­cen­drais jusqu’à vous pour mettre mon dia­dème à vos pieds. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion de Théo­bald Fix (XIXe siècle)

« N’ai-je pas su­jet de sou­pi­rer ? La vue de vos charmes re­nou­velle en moi le sen­ti­ment dou­lou­reux de la perte qui me me­nace. Bien­tôt vous se­rez heu­reuse dans les bras d’un jeune époux qui pos­sé­dera votre cœur sans par­tage. Il est du sang royal ; je ne le suis pas, il est vrai ; mais, j’en at­teste le ciel, per­sonne dans l’univers ne sau­rait vous ado­rer comme moi. Le duc d’Anjou ne vous a ja­mais vue ; il ne peut ai­mer que la gloire et l’éclat qui vous en­vi­ronnent. Mais moi, c’est “vous”, vous-même que j’aime. Fus­siez-vous née dans les der­niers rangs du peuple, et moi — le plus grand prince de la terre, je des­cen­drais jusqu’à vous pour mettre mon dia­dème à vos pieds. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion de Jean-Gas­pard Hess (XIXe siècle)

« [Je perds] votre cœur ; l’aimable pos­ses­sion de vous-même. Bien­tôt vous se­rez heu­reuse dans les bras d’un époux, ivre d’amour, qui pos­sé­dera ce cœur sans par­tage. Il est issu du sang des Rois : je n’ai pas cet avan­tage ; mais j’en at­teste le monde en­tier, il n’existe au­cun mor­tel qui se sente plus que moi d’adoration pour votre per­sonne. Le duc d’Anjou ne vous a ja­mais vue, il ne peut ai­mer de vous que votre éclat et votre gloire ; moi, c’est “vous-même” que j’aime. Née la plus humble ber­gère, et moi — le plus grand des princes de l’univers, je des­cen­drais à votre rang, je met­trais à vos pieds mon dia­dème. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion d’Henri de La­touche (XIXe siècle)

« Je perds votre cœur ; je vous perds, vous si digne d’être ai­mée. Bien­tôt vous vous sen­ti­rez heu­reuse dans les bras d’un jeune et ar­dent époux, et il pos­sé­dera votre cœur sans par­tage. Il est d’un sang royal, et moi je n’en suis pas ; mais je dé­fie le monde en­tier de trou­ver sur la terre un homme qui ait pour vous une plus pro­fonde ado­ra­tion que moi. Le duc d’Anjou ne vous a ja­mais vue, il ne peut ai­mer que votre gloire et votre éclat. Mais, moi, c’est “toi” que j’aime. Quand tu se­rais la plus pauvre ber­gère, et moi — le plus grand prince du monde, je des­cen­drais jusqu’à toi pour dé­po­ser mon dia­dème à tes pieds. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion de Xa­vier Mar­mier (XIXe siècle)

« Je perds votre cœur, votre ai­mable per­sonne. Bien­tôt vous vous sen­ti­rez heu­reuse dans les bras d’un jeune et ar­dent époux, et il pos­sé­dera votre cœur sans par­tage. Il est de sang royal, je n’ai pas cet hon­neur ; mais je dé­fie le monde en­tier que, sur tout ce globe ter­restre, il y ait un seul homme qui éprouve pour vous plus d’adoration que moi. Le duc d’Anjou ne vous a ja­mais vue, il ne peut ai­mer que votre gloire et votre éclat : c’est “vous” que j’aime. Fus­siez-vous la plus pauvre ber­gère, et moi, par ma nais­sance — le plus grand prince du monde, je des­cen­drais à votre condi­tion, pour dé­po­ser mon dia­dème à vos pieds. »
— Pas­sage dans la tra­duc­tion d’Adolphe Re­gnier (XIXe siècle)

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Voyez la liste com­plète des té­lé­char­ge­ments Voyez la liste complète

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

  1. Au­tre­fois trans­crit Fré­dé­ric Schil­ler. Haut
  2. Mann, « Es­sai sur Schil­ler ». Haut
  1. « Écrits sur le théâtre », p. 101. Haut
  2. id. p. 104. Haut