Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

« Sri Gourou Granth Sahib. Tome I »

éd. Intellectual Services International, Providenciales

éd. Intellectual Services International, Providenciales

Il s’agit de l’« Adi Granth » * (le « Premier Livre ») ou « Gourou Granth Sahib » ** (le « Maître Livre »), le livre saint des Sikhs, compilé par le cinquième gourou Arjan Dev ***, puis révisé et achevé par le dixième gourou Gobind Singh ****. Les Sikhs le désignent souvent sous la vague appellation de « Granth » (le « Livre »), de même que les chrétiens citent le leur sous celle de « Bible » (« Biblia » signifiant les « Livres »). Le « Granth » est une œuvre tout à fait unique par rapport aux canons des autres religions. Ce qui l’en distingue, c’est qu’il se présente comme une fascinante anthologie poétique, qui ne contient pas seulement les psaumes et les hymnes de ses propres fondateurs, comme gourou Nanak *****, mais aussi ceux de poètes mystiques antérieurs : Kabîr, Jayadeva, Bhikhan, Nâm-dev… En tout quinze poètes non sikhs (appelés « bhagats » ******) sont incorporés au « Granth », dont le plus ancien est Sheikh Farid né en 1175 apr. J.-C. Les gourous, eux, vécurent entre 1469 et 1708 apr. J.-C. Voilà donc plus de cinq siècles de poésie indienne, totalisant 3 384 poèmes ou 15 575 strophes, et mêlant le pendjabi à diverses autres langues : le sanscrit, le persan, le hindi… Une tradition universellement reçue rapporte que le dixième gourou, à son lit de mort, ne nomma pas de successeur, mais décida que la Parole du « Granth » serait désormais l’éternel gourou : « Ici-bas, tous les Sikhs sont chargés de reconnaître le “Granth” comme leur gourou. Reconnais “Gourou Granth Sahib” comme la personne visible des gourous. Ceux qui cherchent à rencontrer le Seigneur dans la Parole telle qu’elle s’est manifestée dans le livre, Le découvriront » *******. Depuis ce jour-là, le « Granth » reste l’unique autorité des Sikhs, ainsi que le seul objet de vénération que l’on voit dans leurs lieux de culte. Leur temple central, qui s’élève toujours à Amritsar ********, au milieu de l’étang sacré (Amritsar signifiant « étang de l’immortalité »), ne renferme aucune idole, mais seulement des exemplaires du « Granth » déposés sur des coussins de soie : « Jour et nuit, sans désemparer, comme pour réaliser une sorte d’adoration perpétuelle, des “granthis” chantent sous ces voûtes révérées des fragments du livre saint en s’accompagnant d’instruments à cordes. Ailleurs les Sikhs ont simplement des salles d’édification, où un “granthi” leur lit… le texte sacré », explique Albert Réville *********.

une œuvre tout à fait unique par rapport aux canons des autres religions

La philosophie du « Granth » est un message d’amour, de contentement spirituel, ainsi qu’une éducation de bienveillance humaine et de pureté. De l’hindouisme, elle retient la quête de l’éveil, mais pas les sacrifices, ni la soumission aux castes. De l’islam, elle adopte le monothéisme, mais pas le Coran, ni ses lois. En se servant de la plus haute poésie, elle montre comment mener dans le monde une vie digne d’être vécue, ce qui l’élève au rang d’une religion universelle. « “Bâtis le radeau de la contemplation ; sur lui, tu traverseras l’océan de la vie sans obstruction, et tu ne te heurteras ni à l’océan, ni à la marée… Celui qui mate son ego, se dépouille du ‘moi’ et s’embellit de cette façon. Par le Verbe du gourou, il ramasse le Nectar du Seigneur… Alors, le va-et-vient se termine, [il] aperçoit partout le Seigneur.” ********** Dans un langage très symbolique, ce poème résume admirablement l’enseignement [sikh]. L’ego de l’homme… est prisonnier de la vie matérielle et de ses fautes, représentées par l’océan et la marée. À cause d’elles, l’homme ne peut échapper au “va-et-vient” de la transmigration… Il ne peut atteindre l’autre rive, celle de l’émancipation finale, qui est, pour [les Sikhs], synonyme de fin de la séparation, de fusion définitive en Dieu, [qu’en] purifiant son essence spirituelle, la dégageant de la gangue du “moi-je” et se rendant par là agréable à Dieu », explique M. Denis Matringe ***********.

Voici un passage qui donnera une idée du style du « Granth » :
« Avec les mains, je sers le Seigneur ; ma langue dit Sa gloire ;
Et avec les pieds, je marche sur la Voie du Seigneur.
Propice est le temps où je contemple le Seigneur.
En récitant le Nom, on peut traverser l’épouvantable océan.
Avec les yeux, aie le Darshna [la vue, la vision] des Saints,
Et inscris l’Éternel dans ton esprit !
Fréquente la congrégation des Saints, entends-y la Gloire du Seigneur,
Afin que s’en aille ta peur de la naissance et de la mort !
Dans ton cœur, chéris les Pieds-lotus du Seigneur,
Et ainsi sauve ta vie sans prix
 » ************.

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* En pendjabi « ਆਦਿ ਗ੍ਰੰਥ ». Parfois transcrit « Adi-grant ».

** En pendjabi « ਗੁਰੂ ਗ੍ਰੰਥ ਸਾਹਿਬ ». Parfois transcrit « Guru Granth Saheb ».

*** En pendjabi ਅਰਜਨ ਦੇਵ. Parfois transcrit Arjun Dev.

**** En pendjabi ਗੋਬਿੰਦ ਸਿੰਘ. Parfois transcrit Govind Singh.

***** En pendjabi ਨਾਨਕ.

****** En pendjabi ਭਗਤ.

******* « Le Sikhisme : anthologie de la poésie religieuse », p. 36.

******** En pendjabi ਅੰਮ੍ਰਿਤਸਰ.

********* « Les Sikhs », p. 427.

********** « Tome III », p. 869.

*********** « Les Sikhs : histoire et tradition », p. 61-62.

************ p. 226-227.