Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

Mot-clefMathurin Régnier : auteur

Régnier, « Œuvres »

XIXe siècle

Il s’agit de Mathurin Régnier, poète satirique français (XVIe-XVIIe siècle). Léger et effronté, vigoureux et familier, Régnier fut le poète français qui, du consentement de tout le monde, connut le mieux, avant Molière, les vices et les travers des hommes. À la parution de ses « Satires », les contemporains crièrent au miracle, élevant jusqu’aux nues la vérité de ses tableaux. Leur enthousiasme n’était pas illégitime, car ils ne trouvaient pas dans la littérature poétique française la moindre œuvre qui ressemblât à la sienne. Régnier travaillait sur des modèles vivants ; il se promenait par les rues, l’œil au guet et l’oreille au vent ; puis, rentré chez lui, il s’amusait à crayonner les grotesques qu’il avait rencontrés au passage. Cette méthode de travail le disposait peu à imiter l’antiquité grecque et latine. Il l’imita autrement, en prenant soin de marquer ses emprunts au coin du vieil esprit français, tel qu’il était chez Rabelais ou chez Marot — un esprit indépendant et mesuré, ennemi des préjugés, hardi contre les ridicules, mais sans jamais nommer personne et n’étant enfin d’aucune secte ni d’aucun parti. « C’est par là qu’il s’appropria cette antiquité que l’école de Ronsard n’avait su que contrefaire. Il n’eut pas la prétention de renverser cette école ou de faire secte. Neveu de Desportes, admirateur de Ronsard, c’est à son insu qu’il est réformateur », dit un critique *. En somme, ses « Satires » furent l’une des œuvres les plus importantes de la poésie française de transition ; elles furent le principal anneau, le principal chaînon qui rattacha la satire du Moyen Âge à la comédie classique. Certes, il ne faut pas se le dissimuler pour autant : l’œuvre de Régnier ne saurait avoir le même intérêt que celle de Molière : « Sa syntaxe est souvent obscure et confuse ; ses périodes sont mal construites et se développent avec peine. En cela, il laisse voir son manque de travail, son mépris de la correction, dès l’instant qu’il en doit coûter quelque chose à sa paresse et à son insouciance. Seulement Régnier a du génie, ce qui n’est pas donné à tous les écrivains… Et c’est là ce qui lui assure l’immortalité littéraire », dit un autre critique **. Lisez la suite›

* Saint-Marc Girardin.

** Georges Meunier.