Mot-clefPierre Roussel

tra­duc­teur ou tra­duc­trice

Isée, « Discours »

éd. Les Belles Lettres, coll. des universités de France, Paris

éd. Les Belles Lettres, coll. des uni­ver­si­tés de France, Pa­ris

Il s’agit des « Dis­cours » d’Isée de Chal­cis1, ora­teur grec, ha­bile dia­lec­ti­cien (IVe siècle av. J.-C.). On ne sait de la vie d’Isée que ce qu’en rap­porte De­nys d’Halicarnasse, qui lui-même n’en sa­vait pas grand-chose. Chez les An­ciens, comme chez les Mo­dernes, l’attention s’est ra­re­ment tour­née vers cet ora­teur. Le seul titre sous le­quel il est connu, c’est qu’il fut le maître de Dé­mos­thène. De­nys com­mence de cette fa­çon le cha­pitre qu’il lui consacre : « Isée fut le maître de Dé­mos­thène et doit à ce titre la plus grande par­tie de sa cé­lé­brité »2. Il semble, d’après De­nys, que le mé­rite qu’a eu Isée de for­mer Dé­mos­thène et d’être « la vé­ri­table source où ce der­nier a puisé sa vé­hé­mence »3 — que ce mé­rite, dis-je, lui a été fu­neste. Le pro­di­gieux dis­ciple a fait ou­blier le maître, et la su­pé­rio­rité de l’un a éclipsé la gloire de l’autre. Il convient d’ajouter une deuxième rai­son à un ou­bli aussi to­tal. Isée, qui a peut-être été l’homme qui a le mieux saisi l’esprit des lois d’Athènes, au­rait été écarté de la tri­bune par ces mêmes lois à cause de sa condi­tion de mé­tèque. Son père, qui por­tait un nom peu athé­nien, était, sui­vant quelques his­to­riens, un ha­bi­tant de Chal­cis (dans l’île d’Eubée). Cette cir­cons­tance ex­pli­que­rait pour­quoi Isée ne s’est ja­mais es­sayé dans le dis­cours po­li­tique. En ef­fet, parmi les trois genres qu’admettait l’école rhé­to­rique, il n’en a cultivé qu’un — le genre ju­di­ciaire. Comme on peut le voir par les cin­quante titres de « Dis­cours » qui nous ont été conser­vés, Isée s’est borné à écrire des plai­doyers pour les autres, por­tant sur des ques­tions d’affaires pri­vées ; nous en pos­sé­dons onze en en­tier, tous ayant trait à des suc­ces­sions et à des cas­sa­tions de tes­ta­ment. Ce sont des plai­doyers vifs, sé­rieux, aus­tères, tou­jours syl­lo­gis­tiques, où en s’appuyant sur la loi et sur la rai­son, Isée ar­gu­mente tou­jours d’après l’une et l’autre, sans mettre un seul mot pour ré­jouir l’oreille ou pour plaire à l’imagination ; ce qui a fait dire à un cri­tique4 qu’Isée est « un de ces écri­vains qu’on loue vo­lon­tiers pour être dis­pensé de les lire… On a beau van­ter sa dia­lec­tique vive et ser­rée, l’art avec le­quel il dis­pose ses preuves : si on trouve chez lui quelques fleurs, elles sont étouf­fées sous les épines du su­jet ».

  1. En grec Ἰσαῖος Χαλκιδεύς. À ne pas confondre avec un autre Isée, As­sy­rien d’origine, dont il est parlé dans une lettre de Pline le Jeune et dans une sa­tire de Ju­vé­nal. Haut
  2. En grec « Ἰσαῖος δὲ ὁ Δημοσθένους καθηγησάμενος καὶ διὰ τοῦτο μάλιστα γενόμενος περιφανής ». Haut
  1. En grec « πηγή τις ὄντως ἐστὶ τῆς Δημοσθένους δυνάμεως ». Haut
  2. Gio­vanni Ferri, dit Jean Ferri. Haut