Mot-clefJean-Jacques Schmidt

tra­duc­teur ou tra­duc­trice

« Les “Mou’allaqât”, ou un peu de l’âme des Arabes avant l’islam »

éd. Seghers, coll. PS, Paris

éd. Se­ghers, coll. PS, Pa­ris

Il s’agit des « Mu‘allaqât »1, poé­sies ad­mi­rables où se peint avec beau­coup de charme la vie arabe avant Ma­ho­met (VIe siècle apr. J.-C.). On ra­conte qu’à la foire de ‘Ukaz’, ren­dez-vous com­mer­cial et lit­té­raire près de la Mecque, les poètes des di­verses tri­bus ré­ci­taient pu­bli­que­ment leurs vers, et qu’au plus digne d’entre eux était ré­ser­vée la ré­com­pense de voir sa com­po­si­tion ins­crite en lettres d’or et sus­pen­due avec des clous d’or aux portes vé­né­rées de la Ka‘ba. De là vient que les sept poé­sies les plus en vogue avant l’islam sont ap­pe­lées « Muḏah­ha­bât »2 (« Les Do­rées ») ou plus sou­vent « Mu‘allaqât » (« Les Sus­pen­dues »). Les Arabes du dé­sert ex­cel­laient sur­tout dans la poé­sie. La langue s’était tou­jours conser­vée plus pure et plus cor­recte sous leurs tentes ; sou­vent une mère in­fli­geait une cor­rec­tion dou­lou­reuse à son en­fant cou­pable de quelque faute de gram­maire. Les poètes, en par­ti­cu­lier, gar­daient le dé­pôt du lan­gage choisi et des ma­nières dis­tin­guées. Ce lan­gage et ces ma­nières pré­sen­taient chez eux le même ca­rac­tère d’inaltérable no­blesse, tan­dis que par­tout dans les villes ils s’étaient vi­ciés : « Une poé­sie d’une ex­trême re­cherche, une langue qui sur­passe en dé­li­ca­tesse les idiomes les plus culti­vés… voilà ce qu’on trouve au dé­sert, cent ans avant Ma­ho­met, et cela chez des poètes vo­leurs de pro­fes­sion, à demi nus et af­fa­més », dit Er­nest Re­nan3. « Des ca­rac­tères tels que ceux de T’arafa et d’Imru’ al-Qays, fan­fa­rons de dé­bauche et de bel es­prit, unis­sant les mœurs d’un bri­gand à la ga­lan­te­rie de l’homme du monde, à un scep­ti­cisme com­plet, sont certes un phé­no­mène unique dans l’histoire. »

  1. En arabe « معلقات ». Par­fois trans­crit « Mua­lakát », « Mual­lakát », « Mou’allakât », « Moual­la­kats », « Moua­la­qat », « Mou’allaqât », « Moal­la­kât » ou « Moàl­la­cât ». Haut
  2. En arabe « مذهبات ». Par­fois trans­crit « Moud­hah­ha­bat », « Mou­dah­ha­bat », « Mud­hah­habāt », « Mod­hah­ha­bat » ou « Mo­dah­ha­bat ». Haut
  1. « Le Dé­sert et le Sou­dan », p. 314. Haut