Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

Heredia, « Correspondance. Tome II. Les Années parnassiennes (1866-1876) »

éd. H. Champion, coll. Bibliothèque des correspondances, Paris

éd. H. Champion, coll. Bibliothèque des correspondances, Paris

Il s’agit de la « Correspondance » de José-Maria de Heredia *, poète de l’école du Parnasse (XIXe siècle). On nomme parnassiens le groupe d’écrivains français qui se constitua autour de la revue « Le Parnasse contemporain », et qui se proposa comme but l’admiration de l’antique : « Que j’entende parler de l’Égypte ou de l’Inde, aussitôt mon esprit s’agite pour franchir l’horizon qui m’emprisonne ; que le nom de la Grèce soit prononcé, et voilà mon imagination partie : je vogue sur la mer Ionienne, je débarque au Pirée, et je revois l’un après l’autre ces sentiers si souvent parcourus sur le char des poètes en compagnie des héros ou des dieux » **. L’impression que fit l’antiquité sur ces écrivains fut très profonde. Mécontents du monde industriel où les poètes devenaient d’heure en heure plus inutiles, et où l’art restait présent par charité et comme un décor insignifiant, les parnassiens coururent en troupe vers les temples ruinés de l’antiquité. Ils s’attachèrent à elle ; ils se firent ses serviteurs ; ils se montrèrent injustes pour tout ce qui ne la touchait pas : « Allons respectueusement demander des leçons à la Muse ionienne ! C’est… une richesse si grande que d’avoir, à l’abri des… émotions fiévreuses de l’art mélancolique et tourmenté de nos époques modernes, un refuge dans le monde jeune et serein de la poésie antique. Plaignons ceux dont la pensée ne pénètre jamais dans cette région à la fois héroïque et paisible où se meuvent les poètes, les guerriers et les sages ! » *** Heredia et Leconte de Lisle furent les derniers représentants de cette école ; ils en furent aussi les plus fidèles, car ils en appliquèrent la doctrine avec le plus de fermeté et d’imperturbable confiance, sans défaillance. C’est que pour ces deux créoles — natifs l’un de Cuba, l’autre de la Réunion — l’antiquité se mêle et se confond avec l’île natale, immensément agrandie par leur imagination, augmentée de tout pays où la nature, belle et robuste, a déployé des énergies primitives, que ce soit au pied de l’Himalaya ou dans les vallons de la Grèce, dans les champs siciliens ou sous le soleil égyptien. « Il n’est pas besoin d’être un grand psychologue pour comprendre que [l’exotisme] souvent affiché par [Heredia et Leconte de Lisle] n’est en réalité qu’une espèce d’exorcisme, d’incantation, pour échapper [au souvenir] du départ, de l’exil, de la rupture avec la terre natale », dit avec raison M. Edgard Pich ****.

Oui, la terre natale revit dans les rêves exotiques de ces deux créoles. Pour peupler sa mythologie de divinités marines, Heredia ne fait que se souvenir de la mer des Caraïbes, en face de laquelle les sentiments de vague, de terreur, d’infini et de beauté qui montaient dans son âme d’enfant, lui révélaient tout un cycle de divinités insaisissables. De même, les bœufs hindous « dont le poil est de neige et la corne d’argent » *****, Leconte de Lisle les connaît depuis son enfance ; il les voyait, indolents et robustes, humer l’air tropical. Il pense encore à eux le jour où, en l’honneur du taureau olympien, il écrit son « Fultus hyacintho ».

l’antiquité se mêle et se confond avec l’île natale

« Il y a [chez Heredia et Leconte de Lisle] le bouillonnement d’une pensée contenue sous la beauté de la forme. Il y a surtout ce qu’ils possèdent seuls — le don d’accumuler dans un dernier vers toute une époque de l’histoire, une existence de héros, une échappée interminable sur les perspectives de l’espace ou du temps. Ainsi, le vers déjà fameux d’“Antoine et Cléopâtre”, quand Antoine voit passer dans les yeux de sa maîtresse la déroute d’Actium, le nœud de l’histoire romaine, le destin du monde : “Toute une mer immense où fuyaient des galères”. Ainsi, “Le Laboureur” sur la glèbe, au milieu de ses outils, quand : “Il songe que peut-être il faudra, chez les morts, labourer des champs d’ombre arrosés par l’Érèbe”. Ce sont là les matériaux impérissables de leur œuvre, le butin désigné de toutes les anthologies, tant qu’il y aura une langue française », dit Eugène-Melchior de Vogüé ******.

Voici un passage qui donnera une idée du style de la « Correspondance » : « Je t’écris, mère chérie, un peu au hasard, sans trop savoir si cette lettre te parviendra encore à Cuba ou si tu n’en seras pas déjà partie… Tu auras sans doute appris déjà par les journaux la mort de M. de Lamartine. Voilà une grande figure qui s’en va. Mais il était temps pour lui de mourir, afin que justice fût rendue à ses illustres dons et que la mort vînt rendre tout son prestige évanoui à l’homme de génie, au grand orateur, au sauveur de la patrie. Mme de Pierreclos n’a fait que traverser Paris en venant chercher le corps de son oncle qui a voulu être enterré à Saint-Point, modestement, sans aucune pompe gouvernementale, au milieu du pays qu’il a comblé de ses bienfaits. La famille a eu la dignité de refuser les funérailles votées par l’Empereur en même temps qu’à Troplong ******* qui n’avait de commun avec le grand homme que le jour de sa mort » ********.

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* À ne pas confondre avec José María Heredia y Heredia, cousin germain de Heredia et auteur de l’ode au « Niagara ».

** Victor de Laprade, « Questions d’art et de morale ».

*** id.

**** « Préface aux “Œuvres complètes” de Leconte de Lisle », p. 11-12.

***** Leconte de Lisle, « Nurmahal ».

****** « Remerciement au poète des “Trophées” ».

******* Raymond-Théodore Troplong, juriste et homme politique, mourut le lendemain du décès de Lamartine. Son principal ouvrage est « Le Droit civil expliqué, suivant l’ordre des articles du Code », continuation du « Droit civil français, suivant l’ordre du Code » de Charles-Bonaventure-Marie Toullier.

******** p. 150-151.