Mot-clefépigraphie

su­jet

« Les Inscriptions d’Asoka »

éd. Les Belles Lettres, coll. La Voix de l’Inde, Paris

éd. Les Belles Lettres, coll. La Voix de l’Inde, Pa­ris

Il s’agit des « Ins­crip­tions d’Aśoka », un ma­gni­fique en­semble d’inscriptions gra­vées sur des ro­chers et des pi­liers en plu­sieurs en­droits du sous-conti­nent in­dien. Ce sont les plus an­ciennes ins­crip­tions qu’on y ait dé­cou­vertes ; elles sont ha­bi­tuel­le­ment ré­di­gées dans l’idiome de l’endroit, et il est frap­pant de trou­ver, outre le mâ­gadhî, deux langues étran­gères : le grec et l’araméen. Elles contiennent des édits royaux em­preints du boud­dhisme le plus pur, et ayant pour but de pres­crire la pra­tique d’une bien­veillance qui s’étend sur tous les êtres vi­vants. L’auteur, par­lant de lui à la troi­sième per­sonne, se donne le titre de « roi » (« raya » ou « raja ») et les sur­noms de Priya­draśi1 (« au re­gard ami­cal ») et de De­va­naṃ­priya (« ami des dieux »). Le vrai nom du mo­narque n’apparaît nulle part ; mais nous sa­vons grâce à d’autres sources que l’Empereur Aśoka2, fon­da­teur de la do­mi­na­tion du boud­dhisme dans l’Inde, por­tait ces deux sur­noms. On pour­rait ob­jec­ter que ce ne sont là que des épi­thètes conve­nues, qui au­raient pu être por­tées par plus d’un mo­narque in­dien. Ce­pen­dant, voici ce qui achève de confir­mer l’identification avec Aśoka : Dans le XIIIe édit, l’auteur nomme, parmi ses voi­sins, un cer­tain Aṃ­tiyoko, « roi grec », et un peu plus à l’Ouest, quatre autres rois : Tu­ra­maye, Aṃ­ti­kini, Maka et Ali­ka­su­daro3. La réunion de ces noms rend leur iden­tité hors de doute : ce sont An­tio­chos II, Pto­lé­mée II, An­ti­gone II, Ma­gas et Alexandre II, les­quels ré­gnaient au IIIe siècle av. J.-C. C’est pré­ci­sé­ment l’époque à la­quelle, sous le sceptre d’Aśoka, le boud­dhisme s’imposait comme un mou­ve­ment spi­ri­tuel ma­jeur, à la fa­veur de l’exemple per­son­nel de l’Empereur.

  1. Par­fois trans­crit Piā­dasi, Piya­dasi, Priya­dar­shi, Priya­darśi, Piya­darsi, Priya­dra­shi, Priya­draśi, Priya­darśin ou Priya­dar­shin. En grec Pio­das­sès (Πιοδάσσης). Haut
  2. Par­fois trans­crit Açoka ou Ashoka. Haut
  1. « Mer­veilleuse sur­prise dans ce monde hin­dou, si fermé en ap­pa­rence aux ac­tions du de­hors, si ou­blieux en tous cas de ses re­la­tions avec les peuples étran­gers », ajoute Émile Se­nart. Haut

« Textes ougaritiques. Tome II. Textes religieux et rituels • Correspondance »

éd. du Cerf, coll. Littératures anciennes du Proche-Orient, Paris

éd. du Cerf, coll. Lit­té­ra­tures an­ciennes du Proche-Orient, Pa­ris

Il s’agit de textes ou­ga­ri­tiques dé­cou­verts entre 1929 et 1939. Les fouilles en­tre­prises en 1929, en Sy­rie du Nord, sur le site de Ras Shamra1 (« Col­line du fe­nouil »), en met­tant au jour les ves­tiges d’une an­tique cité — iden­ti­fiée as­sez ra­pi­de­ment avec la cité d’Ougarit2 (XIVe-XIIIe siècle av. J.-C.) — en­ri­chirent, et par­fois bou­le­ver­sèrent, nos connais­sances sur l’histoire et la re­li­gion sé­mi­tiques, en ré­vé­lant une ci­vi­li­sa­tion, une écri­ture, une langue et une lit­té­ra­ture jusqu’alors in­con­nues. Cette dé­cou­verte com­mença, comme ce fut sou­vent le cas dans les an­nales ar­chéo­lo­giques, par un coup de ha­sard. En la­bou­rant son champ si­tué non loin de là, un pay­san sy­rien heurta de sa char­rue des dalles à peine ca­chées sous terre : quelques se­maines plus tard, des ar­chéo­logues fran­çais dé­pê­chés sur place (la Sy­rie était alors sous man­dat fran­çais) te­naient en main, sor­ties d’une couche de cendres et de pier­railles, des ta­blettes cou­vertes d’une écri­ture de trente signes — le « cu­néi­forme al­pha­bé­tique », le pre­mier et le plus an­cien al­pha­bet connu. « Un seul mot s’impose : res­pect ! », dit M. Bruno Cot3. « Ici, sur ce sol aride à quelque trois mille ki­lo­mètres de la France, s’est épa­nouie une ci­vi­li­sa­tion plu­sieurs fois mil­lé­naire. Un monde fas­ci­nant qui a per­mis de dé­cou­vrir le pre­mier al­pha­bet, d’où dé­ri­ve­ront, plus tard, le phé­ni­cien, puis le grec et le la­tin. Un monde gé­né­reux aussi, puisque de ses en­trailles sont is­sus des mil­liers de textes qui ont éclairé d’un jour nou­veau l’histoire du Proche-Orient ». Ce qui consti­tue aussi le grand in­té­rêt de ces textes, ce sont les vives lu­mières qu’ils jettent sur la Bible hé­braïque, avec la­quelle ils par­tagent un fonds cultu­rel com­mun qu’on ap­pelle « ca­na­néen ». Grâce à eux, les cé­lé­bra­tions, les sa­cri­fices, les la­men­ta­tions et les prières des per­son­nages bi­bliques sont — pour ainsi dire — des spec­tacles aux­quels nous as­sis­tons, et qui prennent vie, de­vant nos yeux, avec une éton­nante réa­lité.

  1. En arabe رأس شمرا. Par­fois trans­crit Ras Chamra ou Ras Schamra. Haut
  2. Par­fois trans­crit Ou­ga­rite ou Uga­rit. Haut
  1. « Ou­ga­rit : le royaume de l’écrit ». Haut

« Textes ougaritiques. Tome I. Mythes et légendes »

éd. du Cerf, coll. Littératures anciennes du Proche-Orient, Paris

éd. du Cerf, coll. Lit­té­ra­tures an­ciennes du Proche-Orient, Pa­ris

Il s’agit de textes ou­ga­ri­tiques dé­cou­verts entre 1929 et 1939. Les fouilles en­tre­prises en 1929, en Sy­rie du Nord, sur le site de Ras Shamra1 (« Col­line du fe­nouil »), en met­tant au jour les ves­tiges d’une an­tique cité — iden­ti­fiée as­sez ra­pi­de­ment avec la cité d’Ougarit2 (XIVe-XIIIe siècle av. J.-C.) — en­ri­chirent, et par­fois bou­le­ver­sèrent, nos connais­sances sur l’histoire et la re­li­gion sé­mi­tiques, en ré­vé­lant une ci­vi­li­sa­tion, une écri­ture, une langue et une lit­té­ra­ture jusqu’alors in­con­nues. Cette dé­cou­verte com­mença, comme ce fut sou­vent le cas dans les an­nales ar­chéo­lo­giques, par un coup de ha­sard. En la­bou­rant son champ si­tué non loin de là, un pay­san sy­rien heurta de sa char­rue des dalles à peine ca­chées sous terre : quelques se­maines plus tard, des ar­chéo­logues fran­çais dé­pê­chés sur place (la Sy­rie était alors sous man­dat fran­çais) te­naient en main, sor­ties d’une couche de cendres et de pier­railles, des ta­blettes cou­vertes d’une écri­ture de trente signes — le « cu­néi­forme al­pha­bé­tique », le pre­mier et le plus an­cien al­pha­bet connu. « Un seul mot s’impose : res­pect ! », dit M. Bruno Cot3. « Ici, sur ce sol aride à quelque trois mille ki­lo­mètres de la France, s’est épa­nouie une ci­vi­li­sa­tion plu­sieurs fois mil­lé­naire. Un monde fas­ci­nant qui a per­mis de dé­cou­vrir le pre­mier al­pha­bet, d’où dé­ri­ve­ront, plus tard, le phé­ni­cien, puis le grec et le la­tin. Un monde gé­né­reux aussi, puisque de ses en­trailles sont is­sus des mil­liers de textes qui ont éclairé d’un jour nou­veau l’histoire du Proche-Orient ». Ce qui consti­tue aussi le grand in­té­rêt de ces textes, ce sont les vives lu­mières qu’ils jettent sur la Bible hé­braïque, avec la­quelle ils par­tagent un fonds cultu­rel com­mun qu’on ap­pelle « ca­na­néen ». Grâce à eux, les cé­lé­bra­tions, les sa­cri­fices, les la­men­ta­tions et les prières des per­son­nages bi­bliques sont — pour ainsi dire — des spec­tacles aux­quels nous as­sis­tons, et qui prennent vie, de­vant nos yeux, avec une éton­nante réa­lité.

  1. En arabe رأس شمرا. Par­fois trans­crit Ras Chamra ou Ras Schamra. Haut
  2. Par­fois trans­crit Ou­ga­rite ou Uga­rit. Haut
  1. « Ou­ga­rit : le royaume de l’écrit ». Haut