Mot-clefmanuscrits de Dunhuang

su­jet

Wang Fu, « Dialogue du thé et du vin »

éd. Berg international, Paris

éd. Berg in­ter­na­tio­nal, Pa­ris

Il s’agit du « Dia­logue du thé et du vin »1 (« Cha jiu lun »2). Sous la dy­nas­tie des Tang3, le thé, ayant reçu l’onction du clergé boud­dhique, de­vient un concur­rent re­dou­table du vin, le­quel était tra­di­tion­nel­le­ment vé­néré par les let­trés. Dans une joute ora­toire fic­tive, tra­cée par la plume d’un cer­tain Wang Fu4 (Xe siècle apr. J.-C.), ces deux breu­vages se trouvent dé­sor­mais per­son­ni­fiés et op­po­sés, à la fa­çon des ani­maux de nos fables, cha­cun rap­pe­lant ses ver­tus, ses char­mantes qua­li­tés, et fai­sant va­loir sa sa­veur in­dé­niable. Leur af­fron­te­ment, loin des sé­rieux trai­tés sur l’art du thé, donne lieu à des ar­gu­ments dé­fen­dus avec hu­mour. Ceux du vin : « Moi, je vis avec l’aristocratie : les man­da­rins ont tou­jours en­vie de moi. Il m’est ar­rivé de faire jouer de la ci­thare au sou­ve­rain de Zhao, et j’ai poussé le roi de Qin à jouer du tam­bour. Qui se met à chan­ter rien qu’avec du thé ? »5 Et ceux du thé : « Moi, “cha”, je suis la plante su­pé­rieure, tan­tôt blanc comme jade, tan­tôt cou­leur d’or. Dans leur quête spi­ri­tuelle, les plus vé­né­rables moines, les boud­dhistes les plus sa­vants vivent dé­ta­chés du monde : boire le thé leur ap­porte la lu­ci­dité dans la conver­sa­tion et éloigne d’eux le som­meil. C’est moi qu’on offre au Boud­dha… »6 Au plus fort de la dis­pute sur­git un troi­sième lar­ron, dont ni le thé ni le vin ne peuvent se pas­ser, et qui met les deux d’accord. Je vous laisse dé­cou­vrir de qui il s’agit. Ha­sard ou des­ti­née, ce vieux « Dia­logue du thé et du vin » fait par­tie des ma­nus­crits dé­cou­verts en 1908 par le si­no­logue fran­çais Paul Pel­liot dans les grottes de Dun­huang. De­puis, il a re­pris une ac­tua­lité nou­velle. Il a été cité par M. le pré­sident Xi Jin­ping, lors de ses dé­pla­ce­ments dans les pays fran­co­phones, pour évo­quer l’histoire qua­si­ment pa­ral­lèle, al­lant des ter­roirs aux ri­tuels de dé­gus­ta­tion, entre vins fran­çais et thés chi­nois : « La ré­serve sobre du thé et la cha­leur sans en­trave du vin », a dit M. le pré­sident7, « re­pré­sentent deux ma­nières dif­fé­rentes de sa­vou­rer la vie et de dé­chif­frer le monde ». Il existe des routes des thés en Chine, comme il existe des routes des vins en France et au Qué­bec.

  1. Par­fois tra­duit « Dis­cus­sion entre le thé et le vin » ou « La Dis­pute du thé et du vin ». Haut
  2. En chi­nois « 茶酒論 ». Haut
  3. De l’an 618 à l’an 907. Haut
  4. En chi­nois 王敷. Haut
  1. p. 29-30. Haut
  2. p. 28-29. Haut
  3. Dans « Le Thé et le Vin vus par les ar­tistes », p. 4. Haut