Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

Lâtifî, « Éloge d’Istanbul »

éd. Actes Sud-Sindbad, coll. La Bibliothèque turque, Arles

éd. Actes Sud-Sindbad, coll. La Bibliothèque turque, Arles

Il s’agit de l’« Éloge d’Istanbul » (« Evsâf-ı İstanbul » *) de Lâtifî **. Au XVIe siècle apr. J.-C., la capitale de l’Empire ottoman formait un espace tellement vaste, que chacun de ses côtés composait un climat, et chacun de ses quartiers équivalait à une grande province. Sa majesté et sa puissance infinies méritaient et confirmaient le verset du Coran : « une ville telle que jamais on n’en créa de semblable, dans aucun pays » ***. Les retentissantes expéditions de Soliman, qui ébranlèrent l’Europe et l’Asie, n’arrêtèrent pas les pacifiques travaux des arts à Istanbul. On érigeait des monuments superbes, parmi lesquels la mosquée de Soliman, chef-d’œuvre de grandeur dont l’élégante coupole était ornée, de la main du calligraphe Ahmed Karahisari, de cet autre verset du Coran : « Dieu est la lumière des cieux et de la terre ! Sa lumière est comparable à une niche où se trouve une lampe » **** ; on bâtissait des ponts, des bazars ; et deux cents poètes chantaient et trouvaient des auditeurs, au milieu du fracas continuel que la guerre apportait des deux rives du Bosphore. Comme tout jeune provincial, Lâtifî rêvait de voir et de fréquenter cette ville dont la renommée s’élevait jusqu’au firmament. Quand le désir de s’y promener et de s’y distraire remplit tout son cœur et toutes ses pensées, cet homme de lettres quitta son Kastamonu natal et lointain, et se rendit à Istanbul. « Je découvris », dit-il *****, « un tel ensemble de merveilles et une telle source de curiosités que jamais les yeux du monde n’en ont vu de pareilles. Aucun chantre disert en versets et aucun prosateur parfait du verbe, parmi les compilateurs débordant d’éloquence et les… orfèvres du vers, n’a été capable de griffonner ou de gribouiller un traité de belle composition ou un article de bonne renommée, apte à offrir un miroir d’écriture, une description et une appréciation à ceux qui… ne l’ont pas vue. » Ce fut pour cette raison et par un désir de gloire que Lâtifî entreprit, malgré les « faibles et insuffisants moyens » ****** que l’indifférence des citadins laissait à sa disposition, de faire l’éloge de cette ville enchanteresse, remplie de multitude, de ce lieu digne d’émerveillement où pauvres et riches, nobles et vilains se côtoyaient dans un pittoresque brouhaha.

« une ville telle que jamais on n’en créa de semblable, dans aucun pays »

Voici un passage qui donnera une idée de la manière de Lâtifî : « Cette foule, innombrable comme les grains du sable de la mer et les fourmis de la terre, atteint une telle densité qu’on ne peut l’exprimer par la parole, ni la décrire ou la relater par la plume. Ses quartiers sont sans limite et personne ne connaît le nombre des rues de chacun d’entre eux. Dans la foule des hommes et la variété des êtres on ne distingue pas l’ami de l’ennemi, les proches ne se reconnaissent pas et le fils ne salue pas son père » *******.

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* Parfois transcrit « Awṣāf-i Istanbul ».

** Parfois transcrit Lathifi ou Lathify. De son vrai nom Abdüllâtif Çelebi, dont Lâtifî est la forme adjective. Également connu sous le surnom de Kastamonulu Lâtifî (« Lâtifî, natif de Kastamonu »).

*** LXXXIX, 8.

**** XXIV, 35.

***** p. 48-49.

****** p. 49.

******* p. 57.