Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

le marquis Costa de Beauregard, « Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie. Tome IV »

XIXe siècle

Il s’agit des « Mémoires historiques » du marquis Joseph-Henri Costa de Beauregard, chef d’état-major et historien de la maison royale de Savoie, et surtout ami intime du comte Joseph de Maistre. L’amitié des deux hommes datait de très loin : ils s’étaient connus à Turin, où l’un était officier et l’autre étudiant. Chaque année, ils se voyaient au château de Beauregard, sur les bords du Léman, avec ses arbres séculaires se mirant dans les eaux du lac et avec ses promenades infinies. C’est là que Maistre venait goûter ses « plaisirs d’automne » *. C’est là qu’il « verbait » avec le marquis et la marquise au sujet de la République française nouvellement décrétée, à l’heure où l’Europe entière, et le roi de Sardaigne tout le premier, tremblait devant ses soldats. Tous les deux étaient passionnés par cette funeste voisine qui divisait les meilleurs esprits du temps ; et, tout en se défendant d’aimer la France, ils ne savaient penser à un autre pays, ni s’entretenir sur un autre sujet. Maistre, les yeux fixés sur ce qu’il appelait « les deux bras » de la nation française, c’est-à-dire « sa langue et l’esprit de prosélytisme qui forme l’essence de son caractère » **, maintenait et proclamait la vocation de cette nation : être à la tête du monde. Au coin de la cheminée décorée de maximes, dont celle qui dit : « La vie, même en s’en allant, laisse derrière elle l’espérance pour fermer les portes » *** — au coin de la cheminée, dis-je, il préparait ses « Considérations sur la France » et il jetait sur le papier les improvisations de son cerveau volcanique pour les soumettre au marquis. Et cet ami, doué d’un esprit peut-être inférieur par la force et l’étendue, mais plus sage et plus pondéré, tançait le grand homme sur sa tendance à l’emphase et sur ses emportements excessifs. Quant à la marquise, elle apportait, au sein de ce duo d’inséparables, le charme de son babillage et de ses divinations politiques. « Quelles personnes, bon Dieu ! Quelles soirées ! Quelles conversations ! », se souviendra Maistre **** avec nostalgie.

tout en se défendant d’aimer la France, ils ne savaient penser à un autre pays, ni s’entretenir sur un autre sujet

En 1796, la Savoie étant devenue française par l’annexion, le marquis Costa de Beauregard n’échappa aux persécutions qu’en emmenant sa famille à Lausanne, de l’autre côté du lac. L’exil lui parut très lourd de peines. Le souvenir de ses vieilles murailles l’obsédait ; il se demandait ce qui le retenait d’aller leur rendre une dernière visite. Il se risqua à sauter dans une barque ; le comte de Maistre l’accompagna. À la faveur de la nuit, ils firent un tour furtif, à demi romanesque, de Beauregard, en bravant la crainte de rencontrer des gendarmes de la République ; ils ne rencontrèrent que des ruines : « C’était, aux abords de la maison, un amas de poutrelles noircies, de tuiles brisées, de plâtras et de décombres ; les fenêtres avaient été enlevées, volées probablement… ; la grande porte ouverte pendait sur un de ses gonds ; l’âme de la vieille maison s’était envolée ! » ***** Ils se perdirent dans leurs pensées, tant leur émotion était violente, et ils n’entendirent pas marcher derrière eux. « C’est moi le maître ici », dit tout à coup une voix en colère. « Qu’un sang impur abreuve nos sillons… », chanta en même temps l’être bizarre qui avait parlé. C’était Jacques, un pauvre enfant idiot qu’autrefois le marquis avait nourri par charité, et qui, depuis l’exil, était le seul maître de Beauregard. « “Regardez vers lui, montrez-lui les larmes de votre visage et les amertumes de votre cœur”, [dit] Maistre ; “sans doute Dieu aura pitié”. Presque aussitôt, il ajouta : “Ce que Dieu fait n’est point sans raison pour votre bien. Levez-vous, Joseph-Henri, c’est Dieu qui fait chanter là-bas cet idiot sur vos ruines pour vous montrer le néant des vanités humaines” » ******.

Voici un passage qui donnera une idée du style des « Mémoires historiques » : « Ce fut alors que Bonaparte se jeta au milieu de ses soldats en déroute pour les retenir et les rallier. [Il] leur criait de rentrer dans leur rangs, que bientôt le secours allait arriver, qu’ils prendraient une revanche éclatante. Ils n’en reculaient pas moins dans la plus grande confusion, lorsque parut, à la distance d’une portée de canon, la réserve postée, comme on l’a dit, en avant du village de Saint-Julien.

Cette réserve, qui fit seule ce jour-là le salut de l’armée française, était composée de 12 000 hommes d’élite. La garde consulaire à cheval s’y trouvait, et le nom surtout de son commandant devait ranimer la confiance des troupes : c’était le brave général Desaix, nouvellement revenu d’Égypte » *******.

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* « Un Homme d’autrefois : souvenirs », p. 92.

** « Œuvres complètes. Tome I », p. 24-25.

*** « Un Homme d’autrefois : souvenirs », p. 311.

**** « Œuvres complètes. Tome XIII », p. 315.

***** « Un Homme d’autrefois : souvenirs », p. 382.

****** id. p. 383-386.

******* p. 102.