Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

Mot-clef1368-1644 (dynastie des Ming) : sujet

Zhang Dai, « Le Lac retrouvé en rêve »

dans « Les Formes du vent : paysages chinois en prose » (éd. A. Michel, coll. Spiritualités vivantes, Paris), p. 134-139

dans « Les Formes du vent : paysages chinois en prose » (éd. A. Michel, coll. Spiritualités vivantes, Paris), p. 134-139

Il s’agit de Zhang Dai *, lettré chinois (XVIIe siècle apr. J.-C.), également connu sous le pseudonyme de Tao’an **, auteur de deux célèbres recueils de souvenirs en prose poétique : « Souvenirs rêvés de Tao’an » (« Tao’an mengyi » ***) et « Le Lac de l’Ouest retrouvé en rêve » (« Xi Hu mengxun » ****). Son riche grand-père, Zhang Rulin *****, était un amateur de musique et d’opéra, un expert en thé et surtout un érudit qui avait toujours un livre à la main. La tête et les yeux rivés sur le papier, il calligraphiait des caractères « pattes de mouche », qu’il faisait recopier par son petit-fils. Souvent, il se plaignait, devant ce dernier, de la pauvreté des dictionnaires dont il désirait élargir le contenu. L’après-midi, il emportait ses livres dehors pour profiter de la lumière du jour ; le soir venu, il allumait une bougie haute. Il recueillait ainsi des mots et les classait par rimes en vue d’une vaste publication qu’il comptait appeler la « Montagne des rimes ». Chaque rime ne comportait pas moins de dix cahiers. Il pensait vraiment la publier jusqu’au jour où l’on lui apporta en secret un des tomes de la « Grande Encyclopédie Yongle » ****** que le palais impérial venait tout juste d’achever, et qui était de la même nature que la « Montagne des rimes ». « Plus de trente [tomes] ne couvraient même pas une seule rime », dit Zhang Dai *******. « Quand mon grand-père vit [cela], il dit en poussant un profond soupir : “Les livres sont en nombre infini, et je suis comme l’oiseau qui voulait combler la mer avec des pierres… !” » Dès lors, le vieux cessa d’écrire. Comme parmi ses petits-fils seul Zhang Dai aimait les livres, il les lui laissa et mourut peu de temps après. Lisez la suite›

* En chinois 張岱. Autrefois transcrit Chang Tai.

** En chinois 陶庵.

*** En chinois « 陶庵夢憶 ». Autrefois transcrit « T’ao-an meng-i ».

**** En chinois « 西湖夢尋 ». Autrefois transcrit « Hsi-hu meng-hsün ».

***** En chinois 張汝霖. Autrefois transcrit Chang Ju-lin.

****** En chinois « 永樂大典 ».

******* « Souvenirs rêvés de Tao’an », p. 114.

Zhang Dai, « Souvenirs rêvés de Tao’an »

éd. Gallimard, coll. Connaissance de l’Orient-Série chinoise, Paris

éd. Gallimard, coll. Connaissance de l’Orient-Série chinoise, Paris

Il s’agit de Zhang Dai *, lettré chinois (XVIIe siècle apr. J.-C.), également connu sous le pseudonyme de Tao’an **, auteur de deux célèbres recueils de souvenirs en prose poétique : « Souvenirs rêvés de Tao’an » (« Tao’an mengyi » ***) et « Le Lac de l’Ouest retrouvé en rêve » (« Xi Hu mengxun » ****). Son riche grand-père, Zhang Rulin *****, était un amateur de musique et d’opéra, un expert en thé et surtout un érudit qui avait toujours un livre à la main. La tête et les yeux rivés sur le papier, il calligraphiait des caractères « pattes de mouche », qu’il faisait recopier par son petit-fils. Souvent, il se plaignait, devant ce dernier, de la pauvreté des dictionnaires dont il désirait élargir le contenu. L’après-midi, il emportait ses livres dehors pour profiter de la lumière du jour ; le soir venu, il allumait une bougie haute. Il recueillait ainsi des mots et les classait par rimes en vue d’une vaste publication qu’il comptait appeler la « Montagne des rimes ». Chaque rime ne comportait pas moins de dix cahiers. Il pensait vraiment la publier jusqu’au jour où l’on lui apporta en secret un des tomes de la « Grande Encyclopédie Yongle » ****** que le palais impérial venait tout juste d’achever, et qui était de la même nature que la « Montagne des rimes ». « Plus de trente [tomes] ne couvraient même pas une seule rime », dit Zhang Dai *******. « Quand mon grand-père vit [cela], il dit en poussant un profond soupir : “Les livres sont en nombre infini, et je suis comme l’oiseau qui voulait combler la mer avec des pierres… !” » Dès lors, le vieux cessa d’écrire. Comme parmi ses petits-fils seul Zhang Dai aimait les livres, il les lui laissa et mourut peu de temps après. Lisez la suite›

* En chinois 張岱. Autrefois transcrit Chang Tai.

** En chinois 陶庵.

*** En chinois « 陶庵夢憶 ». Autrefois transcrit « T’ao-an meng-i ».

**** En chinois « 西湖夢尋 ». Autrefois transcrit « Hsi-hu meng-hsün ».

***** En chinois 張汝霖. Autrefois transcrit Chang Ju-lin.

****** En chinois « 永樂大典 ».

******* « Souvenirs rêvés de Tao’an », p. 114.

« En mouchant la chandelle : nouvelles chinoises des Ming »

éd. Gallimard, coll. L’Imaginaire, Paris

éd. Gallimard, coll. L’Imaginaire, Paris

Il s’agit d’une traduction partielle des « Nouvelles Histoires en mouchant la chandelle » (« Jiandeng xinhua » *) de Qu You ** et de la « Suite aux histoires en mouchant la chandelle » (« Jiandeng yuhua » ***) de Li Zhen ****. Moucher une chandelle, couper la mèche brûlée qui empêche de bien éclairer, implique une heure tardive : celle où l’on a le loisir d’évoquer des rêves étranges, des amours irréelles avec des créatures de l’au-delà, des visites glaçantes de spectres, de revenants ou de « démons aux allures bizarres et aux formes biscornues » *****. En ravivant la grande tradition des « récits fantastiques » en langue classique (« chuan qi » ******), les recueils de Qu You et de Li Zhen connurent un si fort succès, qu’ils furent mis à l’index afin qu’ils « ne distraient pas la jeunesse ». Mais lisons-les avec attention, cherchons entre les lignes, et on découvrira la véritable raison de cette censure : c’est qu’ils faisaient état d’une Chine où rien n’allait plus ; où les fonctionnaires étaient d’insignes hypocrites qui, sous la plus belle apparence de justice, se permettaient toute sorte de fraudes et de brutalités ; qui se glorifiaient de l’équité et de l’excellence de leurs lois, tout en ne se faisant aucun scrupule de les enfreindre : « Intégrité et indulgence, ces deux mots sont de vrais talismans ! », dit une des histoires ******* qui abonde en critiques à peine dissimulées. « Seule l’intégrité permet de s’imposer une règle de vie, seule l’indulgence permet d’être en contact avec le peuple ; par l’intégrité, le cœur se fortifie ; par l’indulgence, le peuple devient plus proche. Quand le peuple est proche, il amende sa conduite, et c’est le terme ultime des compétences d’un fonctionnaire ! » Ces opinions tranchées, ce ton de reproche paraissaient bien plus pernicieux, aux yeux des autorités Ming ********, que les passages jugés licencieux ou immoraux. Lisez la suite›

* En chinois « 剪燈新話 ». Autrefois transcrit « Chien-teng hsin-hua ».

** En chinois 瞿佑. Autrefois transcrit Ch’ü Yu.

*** En chinois « 剪燈餘話 ». Autrefois transcrit « Chien-teng yü-hua ».

**** En chinois 李禎. Autrefois transcrit Li Chen.

***** p. 24.

****** En chinois 傳奇.

******* p. 159.

******** De l’an 1368 à l’an 1644.