Mot-clefcommémoration

genre lit­té­raire

« Les Inscriptions d’Asoka »

éd. Les Belles Lettres, coll. La Voix de l’Inde, Paris

éd. Les Belles Lettres, coll. La Voix de l’Inde, Pa­ris

Il s’agit des « Ins­crip­tions d’Aśoka », un ma­gni­fique en­semble d’inscriptions gra­vées sur des ro­chers et des pi­liers en plu­sieurs en­droits du sous-conti­nent in­dien. Ce sont les plus an­ciennes ins­crip­tions qu’on y ait dé­cou­vertes ; elles sont ha­bi­tuel­le­ment ré­di­gées dans l’idiome de l’endroit, et il est frap­pant de trou­ver, outre le mâ­gadhî, deux langues étran­gères : le grec et l’araméen. Elles contiennent des édits royaux em­preints du boud­dhisme le plus pur, et ayant pour but de pres­crire la pra­tique d’une bien­veillance qui s’étend sur tous les êtres vi­vants. L’auteur, par­lant de lui à la troi­sième per­sonne, se donne le titre de « roi » (« raya » ou « raja ») et les sur­noms de Priya­draśi1 (« au re­gard ami­cal ») et de De­va­naṃ­priya (« ami des dieux »). Le vrai nom du mo­narque n’apparaît nulle part ; mais nous sa­vons grâce à d’autres sources que l’Empereur Aśoka2, fon­da­teur de la do­mi­na­tion du boud­dhisme dans l’Inde, por­tait ces deux sur­noms. On pour­rait ob­jec­ter que ce ne sont là que des épi­thètes conve­nues, qui au­raient pu être por­tées par plus d’un mo­narque in­dien. Ce­pen­dant, voici ce qui achève de confir­mer l’identification avec Aśoka : Dans le XIIIe édit, l’auteur nomme, parmi ses voi­sins, un cer­tain Aṃ­tiyoko, « roi grec », et un peu plus à l’Ouest, quatre autres rois : Tu­ra­maye, Aṃ­ti­kini, Maka et Ali­ka­su­daro3. La réunion de ces noms rend leur iden­tité hors de doute : ce sont An­tio­chos II, Pto­lé­mée II, An­ti­gone II, Ma­gas et Alexandre II, les­quels ré­gnaient au IIIe siècle av. J.-C. C’est pré­ci­sé­ment l’époque à la­quelle, sous le sceptre d’Aśoka, le boud­dhisme s’imposait comme un mou­ve­ment spi­ri­tuel ma­jeur, à la fa­veur de l’exemple per­son­nel de l’Empereur.

  1. Par­fois trans­crit Piā­dasi, Piya­dasi, Priya­dar­shi, Priya­darśi, Piya­darsi, Priya­dra­shi, Priya­draśi, Priya­darśin ou Priya­dar­shin. En grec Pio­das­sès (Πιοδάσσης). Haut
  2. Par­fois trans­crit Açoka ou Ashoka. Haut
  1. « Mer­veilleuse sur­prise dans ce monde hin­dou, si fermé en ap­pa­rence aux ac­tions du de­hors, si ou­blieux en tous cas de ses re­la­tions avec les peuples étran­gers », ajoute Émile Se­nart. Haut

Su Dongpo, « Commémorations »

éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque chinoise, Paris

éd. Les Belles Lettres, coll. Bi­blio­thèque chi­noise, Pa­ris

Il s’agit des « Com­mé­mo­ra­tions » (« Ji »1) de Su Dongpo. Des œuvres com­plètes de Su Dongpo, qui oc­cupent sept vo­lumes, on ne re­tient le plus sou­vent que des ex­traits de ses poèmes in­sé­rés dans les an­tho­lo­gies ; on ou­blie qu’il a, sa vie du­rant, mis à contri­bu­tion de toutes sortes de ma­nières la forme de la « com­mé­mo­ra­tion » ou de la « stèle » — pièce brève, des­ti­née à être gra­vée sur pierre pour sa­luer l’érection d’un bâ­ti­ment of­fi­ciel ou d’une de­meure pri­vée. Un fonc­tion­naire zélé construi­sait-il, par exemple, un ca­bi­net d’étude, il ne man­quait pas d’aller vi­si­ter Su Dongpo et de lui adres­ser cette prière : « Je tra­vaille­rai dans ce ca­bi­net ma­tin et soir, et tous mes actes y se­ront préa­la­ble­ment ré­flé­chis et pe­sés. Mes­sire, vos écrits sont cé­lèbres dans le monde. Que vous coûte une pe­tite si­gna­ture mu­rale qui en gar­dera mé­moire ? Ne me fe­rez-vous pas connaître des hommes de ce siècle ? » Des soixante et une « Com­mé­mo­ra­tions » que Su Dongpo a ainsi com­po­sées de l’an 1063 jusqu’à sa mort (en l’an 1101), deux ca­rac­té­ris­tiques se dé­gagent : 1o l’élargissement du genre, qu’il a ou­vert à des su­jets nou­veaux et traité dans un style ori­gi­nal : éloge d’administrateurs pas­sés ou pré­sents, ré­cits de pro­me­nades, ré­flexions sur la po­li­tique, consi­dé­ra­tions phi­lo­so­phiques, sou­ve­nirs, etc. ; 2o le non-res­pect des de­mandes et exi­gences faites par les com­man­di­taires pri­vés au mo­ment de la com­mande : « L’une des stra­té­gies les plus re­mar­quables consiste — sur­tout pour les œuvres com­mé­mo­rant la construc­tion de salles — à dé­jouer les at­tentes du com­man­di­taire, à mettre en scène leur in­sis­tance ré­pé­tée à ré­cla­mer des textes, à dé­non­cer avec hu­mour l’absurdité des noms don­nés aux lieux — “Salle de la pen­sée”, “Pa­villon du zé­phyr”, “Salle des mille mer­veilles” —, à re­mettre en ques­tion leurs pré­ten­tions à faire œuvre du­rable, à ren­voyer en­fin à la va­nité des œuvres hu­maines », ex­plique M. Sté­phane Feuillas2. Tour à tour pré­cises ou fu­gaces, brillantes ou éru­dites, ces « Com­mé­mo­ra­tions » brossent le por­trait d’un es­prit libre et franc, sou­cieux de mettre dans un texte qui peut sem­bler mi­neur en ap­pa­rence, une le­çon sur l’existence et les choses « afin que des cen­taines d’années plus tard, les pro­me­neurs qui trou­ve­ront ce texte entre les murs écrou­lés et les puits ta­ris, per­plexes et confus, le mé­ditent long­temps et pro­fon­dé­ment sou­pirent », comme il le dit très bien lui-même

  1. En chi­nois «  ». Haut
  1. p. LXX. Haut