Mot-clefMongolie

pays, gen­tilé ou langue

« Histoire secrète des Mongols, “Mongghol-un ni’uca tobciyan” : chronique mongole du XIIIe siècle »

éd. Gallimard, coll. UNESCO d’œuvres représentatives-Connaissance de l’Orient, Paris

éd. Gal­li­mard, coll. UNESCO d’œuvres re­pré­sen­ta­tives-Connais­sance de l’Orient, Pa­ris

Il s’agit de l’« His­toire se­crète des Mon­gols », le pre­mier, si­non l’unique, mo­nu­ment de la lit­té­ra­ture mon­gole (XIIIe siècle apr. J.-C.). Vol­taire di­sait dans son « Es­sai sur les mœurs et l’esprit des na­tions » que le pays mon­gol « n’a ja­mais été ha­bité que par des bar­bares. Leurs an­ti­qui­tés ne mé­ritent guère mieux une his­toire sui­vie que les loups et les tigres de leur pays ». Peut-être n’avait-il pas tort. Gé­nies des­truc­teurs d’une in­fâme bru­ta­lité, qui ren­dirent les ri­vières de l’Asie noires de l’encre des mil­lions de ma­nus­crits qu’ils y pré­ci­pi­tèrent, on ne peut pas dire que les Mon­gols aient ja­mais écrit pour le plai­sir d’écrire, ni en prose ni en vers. Tou­te­fois il existe une chro­nique mon­gole, connue sous le titre d’« His­toire se­crète des Mon­gols », qui consti­tue une ex­cep­tion ; en­core que sa conser­va­tion est due non aux Mon­gols, mais aux Chi­nois. Elle ra­conte, dans un style rude, la jeu­nesse de ce­lui qui al­lait de­ve­nir Gen­gis Khan. « La vie no­made et pas­to­rale seule a de l’attrait pour l’auteur de cette re­la­tion ; et s’il men­tionne les hauts faits de son hé­ros en de­hors de ses plaines na­tales, c’est bien plus pour mon­trer com­bien il est resté fi­dèle aux ha­bi­tudes de sa jeu­nesse que pour ajou­ter quelques nou­veaux titres à sa gloire. Car, aux yeux de l’auteur, cette gloire avait at­teint son apo­gée le jour où (l’année 1205 apr. J.-C.), ayant sub­ju­gué toutes les tri­bus mon­goles, Gen­gis planta de­vant sa tente l’étendard orné de queues de che­vaux blancs, et fut pro­clamé Em­pe­reur », ex­plique un orien­ta­liste1. « L’intérêt de cette chro­nique mon­gole en mon­gol est consi­dé­rable tant au point de vue his­to­rique qu’au point de vue phi­lo­lo­gique. Au point de vue his­to­rique, nous avons là… un grand nombre de noms propres qui ne se sont ja­mais ren­con­trés an­té­rieu­re­ment, ou s’ils se ren­contrent ailleurs, qui ont été dé­fi­gu­rés dans les autres sources. Pour la pre­mière fois éga­le­ment, un texte consi­dé­rable nous fait pé­né­trer dans la vie et la pen­sée mon­goles avant qu’aucune in­fluence la­maïque ne soit ve­nue les bou­le­ver­ser », ex­plique un autre orien­ta­liste2.

  1. Ni­co­las de Kha­ni­kof. Haut
  1. Paul Pel­liot. Haut

« Sentences, Maximes et Proverbes mandchous et mongols »

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit d’un re­cueil de pro­verbes mand­chous et mon­gols. Nul genre d’enseignement n’est plus an­cien que ce­lui des pro­verbes. Son ori­gine re­monte aux âges les plus re­cu­lés du globe. Dès que les hommes, mus par un ins­tinct ir­ré­sis­tible ou pous­sés par la vo­lonté di­vine, se furent réunis en so­ciété ; dès qu’ils eurent consti­tué un lan­gage suf­fi­sant à l’expression de leurs be­soins, les pro­verbes prirent nais­sance en tant que ré­sumé na­tu­rel des idées com­munes de l’humanité. « S’ils avaient pu se conser­ver, s’ils étaient par­ve­nus jusqu’à nous sous leur forme pri­mi­tive », dit Pierre-Ma­rie Qui­tard1, « ils se­raient le plus cu­rieux mo­nu­ment du pro­grès des pre­mières so­cié­tés ; ils jet­te­raient un jour mer­veilleux sur l’histoire de la ci­vi­li­sa­tion, dont ils mar­que­raient le point de dé­part avec une ir­ré­cu­sable fi­dé­lité. » La Bible, qui contient plu­sieurs livres de pro­verbes, dit : « Ce­lui qui ap­plique son âme à ré­flé­chir sur la Loi du Très-Haut… re­cherche le sens se­cret des pro­verbes et re­vient sans cesse sur les énigmes des maximes »2. Les sages de la Grèce eurent la même pen­sée que la Bible. Confu­cius imita les pro­verbes et fut à son tour imité par ses dis­ciples. De même que l’âge de l’arbre peut se ju­ger par le tronc ; de même, les pro­verbes nous ap­prennent le gé­nie ou l’esprit propre à chaque na­tion, et les dé­tails de sa vie pri­vée. On en te­nait cer­tains en telle es­time, qu’on les di­sait d’origine cé­leste : « C’est du ciel », dit Ju­vé­nal3, « que nous est ve­nue la maxime : “Connais-toi toi-même”. Il la fau­drait gra­ver dans son cœur et la mé­di­ter tou­jours. » C’est pour­quoi, d’ailleurs, on les gra­vait sur le de­vant des portes des temples, sur les co­lonnes et les marbres. Ces ins­crip­tions, très nom­breuses du temps de Pla­ton, fai­saient dire à ce phi­lo­sophe qu’on pou­vait faire un ex­cellent cours de mo­rale en voya­geant à pied, si l’on vou­lait les lire ; les pro­verbes étant « le fruit de l’expérience de tous les peuples et comme le bon sens de tous les siècles ré­duit en for­mules »

  1. « Études his­to­riques, lit­té­raires et mo­rales sur les pro­verbes fran­çais et le lan­gage pro­ver­bial », p. 2. Haut
  2. « Livre de l’Ecclésiastique », XXXIX, 1-3. Haut
  1. « Sa­tires », poème XI, v. 27-28. Haut