Mot-clefsuisse (helvétique)

pays, gen­tilé ou langue

Portus, « Réponse aux lettres diffamatoires de Pierre Carpentier, avocat »

dans « Mémoires de l’État de France sous Charles IX, 2ᵉ édition. Tome I »

dans « Mé­moires de l’État de France sous Charles IX, 2e édi­tion. Tome I »

Il s’agit d’une tra­duc­tion de la « Ré­ponse à la lettre dif­fa­ma­toire de Pierre Car­pen­tier, avo­cat » (« Ad Pe­tri Car­pen­ta­rii, cau­si­dici, vi­ru­len­tam epis­to­lam res­pon­sio ») de Fran­çois Por­tus, hu­ma­niste né dans l’île de Can­die (en Grèce), pro­fes­seur de grec à l’Académie de Ge­nève. La lit­té­ra­ture grecque à Ge­nève re­çut très tôt un ac­cueil fa­vo­rable et bien­veillant à l’Académie fon­dée par Cal­vin en 1559. Outre Ro­bert et Henri Es­tienne, qui étaient déjà éta­blis dans cette ville en leur double qua­lité d’imprimeurs et de sa­vants de­puis 1551 ; outre aussi le fa­meux éru­dit Jo­seph Sca­li­ger, qui tra­vailla comme pro­fes­seur à l’Académie entre 1572 et 1574, nous ren­con­trons au même poste et à la même époque un Can­diote de nais­sance, Fran­cis­cus Por­tus1, dit Fran­çois Por­tus, qui, en vingt ans d’enseignement et de tra­vaux d’érudition, éleva le ni­veau des études clas­siques en Suisse à un de­gré ex­cep­tion­nel, si bien que les presses ge­ne­voises de Jean Cres­pin ne pu­bliaient guère d’ouvrage conte­nant du grec sans que Por­tus y prît une part ac­tive. Plus tard, il se trouva mêlé, mal­gré lui, aux troubles et guerres de re­li­gion de son temps quand un avo­cat, nommé Car­pen­tier ou Char­pen­tier, exer­çant à Ge­nève, eut le triste cou­rage d’entreprendre une apo­lo­gie de la Saint-Bar­thé­lemy in­ti­tu­lée « Lettre adres­sée à Fran­çois Por­tus, Cré­tois » (« Epis­tola ad Fran­cis­cum Por­tum, Cre­ten­sem »), dans la­quelle il s’efforçait non seule­ment d’excuser ce mas­sacre san­glant et atroce, mais de mon­trer qu’il était né­ces­saire. Por­tus n’eut au­cune peine à ré­fu­ter les dif­fa­ma­tions d’un homme qui était da­van­tage un es­pion à la solde de Ca­the­rine de Mé­di­cis qu’un vé­ri­table avo­cat. Sa « Ré­ponse à la lettre dif­fa­ma­toire de Pierre Car­pen­tier, avo­cat » se ter­mine par les mots que voici : « Les chré­tiens peuvent — et veulent aussi — mou­rir quand il plaît à Dieu, mais ils ne peuvent être ja­mais vain­cus »2. Peu d’autres dé­tails nous sont par­ve­nus sur la vie de Por­tus. Il compta parmi ses amis in­times An­drew Mel­ville qui s’aventurait sou­vent à contes­ter ses opi­nions fa­vo­rites, soit par es­prit de contra­dic­tion, soit dans le but d’obtenir quelques ex­pli­ca­tions, si bien qu’un jour, exas­péré par ce per­fide Écos­sais qui lui re­pro­chait sa ma­nière « vul­gata » (« ver­na­cu­laire ») de pro­non­cer le grec, Por­tus fi­nit par perdre conte­nance et crier : « Vos Scoti, vos bar­bari ! Do­ce­bi­tis nos Græ­cos pro­nun­cia­tio­nem nos­træ lin­guæ : sci­li­cet ! » (« C’est donc vous, des Écos­sais, des bar­bares, qui nous ap­pren­drez la pro­non­cia­tion de notre langue à nous, Grecs : tout de même ! »)

  1. En grec Φραγκίσκος Πόρτος. Au­tre­fois trans­crit Portes ou Porto. Haut
  1. p. 368. Haut

Humbert, « Le Japon illustré. Tome II »

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit de la re­la­tion « Le Ja­pon illus­tré » d’Aimé Hum­bert1, di­plo­mate fran­co­phone (XIXe siècle). Dès les pre­miers contacts qu’ils eurent avec les mar­chands ou mis­sion­naires oc­ci­den­taux, à par­tir de 1543 apr. J.-C., les Ja­po­nais s’intéressèrent à nos in­ven­tions et se mirent no­tam­ment à construire des « hor­loges mé­ca­niques » (« wa­do­kei »2) qui, bien que pro­cé­dant des mêmes prin­cipes que les nôtres, mon­traient une ori­gi­na­lité in­dé­niable. Après que l’Empire du So­leil le­vant se fut, à par­tir de 1641 apr. J.-C., fermé aux étran­gers (pé­riode Sa­koku), des ob­jets d’horlogerie conti­nuèrent ce­pen­dant à être im­por­tés. Un cer­tain nombre de montres suisses de luxe pé­né­trèrent au Ja­pon par la Chine dès la fin du XVIIIe siècle, si­non avant. La preuve en est dans celles, si­gnées de noms d’horlogers hel­vé­tiques, que l’on y a re­trou­vées plus tard. Ce n’est tou­te­fois qu’aux der­niers jours du shô­gu­nat (pé­riode Ba­ku­matsu) dans les an­nées 1850 et 1860 que les im­por­ta­tions de montres s’organisèrent vrai­ment. À la si­gna­ture des pre­miers trai­tés nippo-suisses, le Conseil fé­dé­ral de la Confé­dé­ra­tion dé­si­gna l’Allemand Ro­dolphe Lin­dau, agent de l’Union hor­lo­gère3, et le Neu­châ­te­lois, Aimé Hum­bert, pré­sident de cette Union, pour se rendre en mis­sion au Ja­pon ; et ce, dans le but de ne plus dé­pendre des com­pa­gnies in­ter­mé­diaires qui contrô­laient les mar­chés de l’Asie. Les am­bas­sades po­li­tiques et com­mer­ciales de ces deux hommes per­mirent de re­cueillir, sur une na­tion trop peu connue en­core, mais de plus en plus mê­lée aux in­té­rêts mon­diaux, de nom­breux té­moi­gnages, es­tampes, pho­to­gra­phies, en­cy­clo­pé­dies illus­trées, etc. Ce sont ces do­cu­ments qui, joints à des sou­ve­nirs per­son­nels, ser­virent de base aux re­la­tions de voyage que Lin­dau et Hum­bert firent pa­raître en 1864 et 1870.

  1. On ren­contre aussi la gra­phie Aimé Hum­bert-Droz. Haut
  2. En ja­po­nais 和時計. Haut
  1. « Cette Union [hor­lo­gère] était un comp­toir d’escompte, de dé­pôts et d’exportation, une sorte de banque des­ti­née à sou­te­nir les fa­bri­cants d’horlogerie aux prises avec les dif­fi­cul­tés de la fin des an­nées 1850 », dit M. Fran­çois Je­quier. Haut

Humbert, « Le Japon illustré. Tome I »

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit de la re­la­tion « Le Ja­pon illus­tré » d’Aimé Hum­bert1, di­plo­mate fran­co­phone (XIXe siècle). Dès les pre­miers contacts qu’ils eurent avec les mar­chands ou mis­sion­naires oc­ci­den­taux, à par­tir de 1543 apr. J.-C., les Ja­po­nais s’intéressèrent à nos in­ven­tions et se mirent no­tam­ment à construire des « hor­loges mé­ca­niques » (« wa­do­kei »2) qui, bien que pro­cé­dant des mêmes prin­cipes que les nôtres, mon­traient une ori­gi­na­lité in­dé­niable. Après que l’Empire du So­leil le­vant se fut, à par­tir de 1641 apr. J.-C., fermé aux étran­gers (pé­riode Sa­koku), des ob­jets d’horlogerie conti­nuèrent ce­pen­dant à être im­por­tés. Un cer­tain nombre de montres suisses de luxe pé­né­trèrent au Ja­pon par la Chine dès la fin du XVIIIe siècle, si­non avant. La preuve en est dans celles, si­gnées de noms d’horlogers hel­vé­tiques, que l’on y a re­trou­vées plus tard. Ce n’est tou­te­fois qu’aux der­niers jours du shô­gu­nat (pé­riode Ba­ku­matsu) dans les an­nées 1850 et 1860 que les im­por­ta­tions de montres s’organisèrent vrai­ment. À la si­gna­ture des pre­miers trai­tés nippo-suisses, le Conseil fé­dé­ral de la Confé­dé­ra­tion dé­si­gna l’Allemand Ro­dolphe Lin­dau, agent de l’Union hor­lo­gère3, et le Neu­châ­te­lois, Aimé Hum­bert, pré­sident de cette Union, pour se rendre en mis­sion au Ja­pon ; et ce, dans le but de ne plus dé­pendre des com­pa­gnies in­ter­mé­diaires qui contrô­laient les mar­chés de l’Asie. Les am­bas­sades po­li­tiques et com­mer­ciales de ces deux hommes per­mirent de re­cueillir, sur une na­tion trop peu connue en­core, mais de plus en plus mê­lée aux in­té­rêts mon­diaux, de nom­breux té­moi­gnages, es­tampes, pho­to­gra­phies, en­cy­clo­pé­dies illus­trées, etc. Ce sont ces do­cu­ments qui, joints à des sou­ve­nirs per­son­nels, ser­virent de base aux re­la­tions de voyage que Lin­dau et Hum­bert firent pa­raître en 1864 et 1870.

  1. On ren­contre aussi la gra­phie Aimé Hum­bert-Droz. Haut
  2. En ja­po­nais 和時計. Haut
  1. « Cette Union [hor­lo­gère] était un comp­toir d’escompte, de dé­pôts et d’exportation, une sorte de banque des­ti­née à sou­te­nir les fa­bri­cants d’horlogerie aux prises avec les dif­fi­cul­tés de la fin des an­nées 1850 », dit M. Fran­çois Je­quier. Haut