Botev, « Œuvres choisies »

éd. en Langues étrangères, Sofia

éd. en Langues étrangères, Sofia

Il s’agit d’une traduction par Paul Éluard de l’œuvre de Hristo Botev*, révolutionnaire bulgare, poète de premier ordre, mort sous les coups des Turcs. Il n’a laissé qu’une vingtaine de poèmes, mais ils représentent le point culminant atteint par la pensée bulgare avant la libération (1878). C’est qu’à travers eux, Botev a légué aux générations un testament de liberté et de justice à réaliser — un testament si riche d’idéals qu’il constitue un trésor inépuisable où ses compatriotes cherchent aujourd’hui encore l’inspiration. La lutte de Botev est dictée par l’époque où il vit. Cette époque se résume en quelques mots : esclavage national, oppression politique, exploitation sociale. La grande conscience qu’a Botev du terrible et du tragique de cette époque se répand à travers toute son œuvre. Déjà ses premiers poèmes tracent un tableau saisissant des malheurs populaires : les chaînes grondent sourdement ; la sueur sanglante des fronts coule sur les pierres tombales ; la croix s’enfonce en plein milieu des chairs vives du peuple** ; la rouille ronge les os. Dans « À mon premier amour »***, Botev condamne résolument toute indifférence devant ces malheurs et tout retranchement dans un bonheur privé, détaché du destin collectif :

« Ta voix est belle, tu es jeune,
Mais entends-tu chanter les bois ?
Entends-tu sangloter les pauvres ?
…Toi chante donc un chant pareil,
Un chant de douleur, jeune fille :
Comment le frère vend le frère,
Comment dépérit la jeunesse,
Chante les larmes de la veuve,
Les petits enfants sans foyer !
Chante ou tais-toi, ou bien va-t’en !
 »****

le rêve de se donner tout entier à la libération de son peuple, voire même à celle de l’humanité oppressée

Dans « Hadji Dimitǎr »***** et ses autres poèmes de maturité, Botev nourrit, avec un enthousiasme qui ne connaît plus ni bornes ni compromis, le rêve de se donner tout entier à la libération de son peuple, voire même à celle de l’humanité oppressée. « Son génie est si vaste et universel, son âme est si sensible à toute souffrance », dit un critique******, « que Botev franchit les limites d’un patriotisme étroit et banal, et œuvre au nom d’un idéal humain ». Qu’on joigne à cela la chaleur et la force de ses sentiments, la majesté de son style taillé dans la pierre brute des chansons populaires, et on aura une idée pourquoi Botev reste un des poètes les plus admirés de la Bulgarie.

Il n’existe pas moins de quatre traductions françaises du « Hadji Dimitǎr », mais s’il fallait n’en choisir qu’une seule, je choisirais celle d’Éluard.

« Жив е той, жив е ! Там на Балкана,
Потънал в кърви, лежи и пъшка
Юнак с дълбока на гърди рана,
Юнак във младост и сила мъжка.
На една страна захвърлил пушка,
На друга сабля на две строшена ;
Очи темнеят, глава се люшка,
Уста проклинат цяла вселена !
Лежи юнакът, а на небето
Слънцето спряно сърдито пече ;
Жътварка пее нейде в полето,
И кръвта още по-силно тече ! »
— Début dans la langue originale

« Là-bas, dans le Balkan, il est toujours vivant.
Mais il gît et gémit, il est couvert de sang ;
Sa poitrine est trouée d’une affreuse blessure.
Frappé dans sa jeunesse, il vit, notre héros.
Il a laissé tomber son fusil inutile,
Son sabre s’est brisé dans l’ardeur du combat.
Et sa tête vacille et ses yeux s’obscurcissent
Et sa bouche maudit l’univers tout entier.
Il gît, notre héros, tandis qu’en haut du ciel
Le soleil, arrêté, flamboie et se courrouce.
Dans la plaine, très loin, chantent les moissonneuses.
Et le sang se répand, le sang coule sans cesse. »
— Début dans la traduction d’Éluard

« Vivant, il est toujours vivant ! Là, sur le Balkan,
La poitrine trouée d’une blessure profonde
Il gît gémissant, tout couvert de sang ;
Le héros, frappé en pleine force et jeunesse.
Sur un côté, il a jeté son fusil,
Sur l’autre, son sabre brisé en deux,
Et sa tête vacille, ses yeux s’obscurcissent
Et sa bouche maudit l’univers entier !
Il gît, le héros, tandis qu’en haut du ciel
Le soleil, arrêté, flamboie et se courrouce ;
Dans la plaine, très loin, chante une moissonneuse.
Et le sang se répand, le sang coule sans cesse ! »
— Début dans la traduction de M. Éric Karaïliev (dans « Anthologie de la poésie classique bulgare », éd. Iztok-Zapad, Paris-Sofia)

« Dans les Balkans, il vit encore,
En sa vigueur virile, adolescent ;
Mais de son sein que la douleur dévore
S’écoule un flot de sang.
Il a d’un côté rejeté sa carabine,
De l’autre, en deux tronçons, son sabre aux reflets clairs.
Son œil se trouble et sa tête s’incline,
Sa bouche maudit l’univers.
Le héros gît. Au ciel, les rayons lourds
Du soleil dardent sur la plaine.
Une moissonneuse chante sa cantilène
Dans les prés… Et le sang coule toujours. »
— Début dans la traduction d’Alfred Mortier (« Un poète bulgare : Christo Boteff » dans « Mercure de France », vol. 97, no 359, p. 657-659)

« Il est vivant ! Il vit ! Là, sur la montagne,
Il gémit couché dans son sang qui coule
De sa poitrine atrocement blessée,
Jeune héros à la virile ardeur.
D’un côté, il a jeté son fusil,
Et, de l’autre, les deux tronçons de son sabre ;
Son œil s’assombrit, sa tête vacille,
Sa bouche maudit l’univers entier.
Il est là, couché — cependant, au ciel,
Le soleil fâché, montre sa colère ;
Dans les champs, au loin, une moissonneuse
Chante — mais son sang coule et coule encore. »
— Début dans la traduction de Jordan Ivanov (« Un savant bulgare enseigne le français » dans « Études balkaniques », 2003, no 3, p. 119-126)

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* En bulgare Христо Ботев (ou Ботьов). Autrefois transcrit Christo Boteff (ou Botyoff), Christo Botev (ou Botyov), Khristo Botev (ou Botyov) ou Hristo Botjov. Haut

** Allusion à la tyrannie du clergé grec, qui avait pris à tâche d’anéantir tout ce qui avait nom bulgare. Haut

*** En bulgare « До моето първо либе ». Haut

**** p. 39. Haut

***** En bulgare « Хаджи Димитър ». Autrefois transcrit « Hadji Dimitri ». Haut

****** Théodor Guénov. Haut