Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

« Histoire d’Haïkar le Sage, d’après les manuscrits arabes »

dans « Revue de l’Orient chrétien », sér. 2, vol. 3, p. 367-388 ; vol. 4, p. 50-70 & 143-154

Il s’agit des versions arabes de l’« Histoire et Sagesse d’Aḥikar l’Assyrien », un conte qui existe dans presque toutes les langues du Proche-Orient antique (VIIe av. J.-C.). Voici le résumé de ce conte : Aḥiqar * était un homme vertueux et un conseiller des rois d’Assyrie. N’ayant pas de fils, il adopta le fils de sa sœur, Nadan. Il l’éleva et lui adressa une première série de leçons, sous forme de maximes et de proverbes. Plus tard, empêché par les infirmités de la vieillesse de remplir ses fonctions, Aḥiqar présenta Nadan comme son successeur. Comblé d’honneurs, Nadan ne tarda pas à faire preuve de la plus noire ingratitude. Il trahit indignement son père adoptif et bienfaiteur : il le calomnia auprès du roi Assarhaddon (de l’an 680 à l’an 669 av. J.-C.), lequel ordonna sa mort. Cependant, le bourreau était un obligé d’Aḥiqar et ne remplit pas l’ordre donné. Il exécuta un autre criminel, dont il apporta la tête au roi, et tint Aḥiqar caché. Enhardi par la nouvelle de la mort du conseiller royal, le pharaon d’Égypte lança au roi le défi de résoudre plusieurs énigmes perfides, sous peine d’avoir à lui payer un tribut. Sorti de sa cachette, Aḥiqar alla en Égypte, répondit aux énigmes du pharaon et, à son retour, demanda que Nadan lui fût livré. Il le frappa de mille coups, pour faire entrer la sagesse « par derrière son dos » ** puisqu’elle n’avait pu entrer par les oreilles, et lui adressa une deuxième série de leçons, sous forme de fables, et destinées à prouver qu’il valait mieux vivre dans une hutte en homme juste que dans un palais en criminel.

Aḥiqar était un homme vertueux et un conseiller des rois d’Assyrie

On lit dans la Bible : « Vois, mon enfant, tout ce que Nadan a fait à Aḥiqar, qui l’avait élevé… Mais Dieu lui a jeté son infamie au visage ; Aḥiqar est sorti à la lumière, tandis que Nadan est entré dans les ténèbres éternelles, parce qu’il avait cherché à tuer Aḥiqar » ***, ce qui atteste du succès et de la large diffusion de l’« Histoire et Sagesse d’Aḥikar » dans les anciennes littératures juives. Quant à l’ancienne philosophie grecque, Clément d’Alexandrie dit qu’elle est puisée en partie dans celle des Orientaux, citant l’exemple de Démocrite, qui « est allé à Babylone, en Perse, en Égypte, se faisant l’élève des mages et des prêtres » : « Démocrite », ajoute-t-il ****, « s’est approprié les enseignements moraux des Babyloniens. On dit qu’il avait joint à ses écrits personnels un déchiffrage de la stèle d’Akikaros (“tên Akikarou stêlên” *****), présenté ensuite comme sa production personnelle ». Théophraste, l’auteur des « Caractères » (que traduira La Bruyère), a aussi écrit un livre intitulé « Akicharos » ******. Mais il y a mieux ! Le conte d’Aḥiqar a servi à constituer la « Vie d’Ésope » (que traduira La Fontaine), et ses fables ont été introduites parmi les fables ésopiques longtemps avant cette vie ; car Babrius, qui vivait au IIe siècle apr. J.-C., nous apprend que « les fables sont une invention des antiques Syriens qui vivaient autrefois sous Ninus ******* et Bélus ; le sage Ésope fut le premier à les réciter à tous les fils des Grecs ». Et ainsi, l’« Histoire et Sagesse d’Aḥikar » contribuera, par l’intermédiaire des Grecs, à l’éclosion du genre littéraire le plus éminemment français — je veux parler de la fable.

Il n’existe pas moins de quatre traductions françaises des versions arabes, mais s’il fallait n’en choisir qu’une seule, je choisirais celle de l’abbé Lucien Leroy.

« Mon fils, quand l’eau s’arrêtera dans le canal, quand les oiseaux s’envoleront jusqu’au ciel, quand les noirs corbeaux deviendront blancs, et que l’amertume deviendra douce comme le miel, l’insensé et le stupide deviendront intelligents et sages. »
— Passage dans la traduction de l’abbé Leroy

« Si le fleuve peut remonter à sa source, si l’eau de la mer peut perdre son âcreté, si le corbeau peut devenir blanc, vous avez quelque chose à espérer du méchant. »
— Passage dans la traduction de Jacques Cazotte et Denis Chavis (« Histoire de Sinkarib et de ses deux vizirs [Hicar et Nadan] », XVIIIe siècle)

« Si les oiseaux pouvaient s’élever jusqu’au ciel, le corbeau devenir blanc, la myrrhe devenir aussi douce que le miel, les sots pourraient comprendre et s’instruire. »
— Passage dans la traduction d’Armand-Pierre Caussin de Perceval (« Histoire du sage Hicar », XIXe siècle)

« Quand l’eau s’arrêtera dans son cours, quand les oiseaux atteindront le ciel dans leur vol, quand le corbeau deviendra blanc, et que la myrrhe aura la douceur du miel, alors les ignorants et les insensés comprendront la sagesse et prendront pour guide la raison. »
— Passage dans la traduction de Joseph Agoub (« Le Sage Heycar : conte arabe », XIXe siècle)

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Voyez la liste complète des téléchargements›

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* En araméen אחיקר, en syriaque ܐܚܝܩܪ. Parfois transcrit Achichar, Achiqar, Achikar, Aḥicar ou Aḥikar. On rencontre aussi la graphie Ḥiqar (ܚܝܩܪ). Parfois transcrit Haiqâr, Haïkar, Heycar, Hicar, Khikar ou Ḥikar.

** « Histoire et Sagesse d’Aḥikar l’Assyrien ; traduction des versions syriaques par François Nau », p. 236.

*** « Livre de Tobie », XIV, 10.

**** « Les Stromates », liv. 1, ch. 15.

***** En grec « τὴν Ἀκικάρου στήλην ».

****** En grec « Ἀκίχαρος ».

******* Second roi des Assyriens, qui avait succédé à son père Bélus.