Aller au contenu

Mot-clefchanteurs

sujet

Abû al-Faraj, «La Femme arabe dans “Le Livre des chants” : une anthologie»

éd. Fayard, coll. Bibliothèque Maktaba, Paris

éd. Fayard, coll. Biblio­thèque Mak­ta­ba, Paris

Il s’agit d’une tra­duc­tion par­tielle du «Livre des chants» («Kitâb al-Aghâ­ni»*) d’Abû al-Faraj**, chro­ni­queur et homme de lettres arabe, éga­le­ment connu sous le sur­nom d’al-Isfahânî***. Il naquit, ain­si que son sur­nom l’indique, à Ispa­han (en Iran), mais tout à fait par hasard, car il se rat­ta­chait à la lignée des Omeyyades, maîtres de l’Andalousie, et il était de pure race arabe. Trans­por­té de bonne heure à Bag­dad (en Irak), il s’attela à l’étude de la poé­sie, de la gram­maire, de l’historiographie; il se consti­tua, en outre, un solide bagage médi­cal, astro­lo­gique, musi­cal. Il devint, en un mot, un vrai homme d’«adab», c’est-à-dire un éru­dit tou­chant de près ou de loin à tous les domaines de la connais­sance. À un âge avan­cé, il per­dit peu à peu la rai­son et mou­rut en 967 apr. J.-C. Il lais­sa der­rière lui plu­sieurs beaux ouvrages, entre autres celui inti­tu­lé «Le Livre des chants», auquel il consa­cra cin­quante ans de sa vie, et qu’on s’accorde una­ni­me­ment à regar­der comme le meilleur qui ait paru sur ce sujet. Abû al-Faraj prit soin d’y réunir tout ce qu’il put trou­ver de chants arabes, tant anciens que modernes. Il s’appliqua, pour cha­cun de ces chants, à dési­gner l’auteur des vers et celui de la musique; à indi­quer, avec clar­té et avec pré­ci­sion, l’occasion qui don­na nais­sance au poème ou à l’air; le tout avec des détails cir­cons­tan­ciés sur la langue, l’histoire, les généa­lo­gies, la suc­ces­sion des dynas­ties, etc. Au hasard des cha­pitres, nous accom­pa­gnons un poète à la Cour du calife Hâroun al-Rachîd, assis­tons à une que­relle lit­té­raire dans une taverne de Bag­dad, péné­trons dans le salon d’une chan­teuse de renom. C’est «une matière luxu­riante, consi­dé­rable par le volume, pré­cieuse dans le détail; une richesse pro­fuse, un pêle-mêle papillo­tant, un gise­ment ouvert à qui­conque veut s’instruire sur la culture, l’histoire et la vie des Arabes, de l’origine au Xe siècle apr. J.-C.; un filon exploi­table, et d’ailleurs exploi­té jusqu’à nos jours, par la science orien­tale et orien­ta­liste», dit un tra­duc­teur****. Bref, c’est une mine très riche et très com­plète sur tout ce qui concerne les Arabes, et c’est en mine que la pos­té­ri­té aura trai­té «Le Livre des chants» plu­tôt qu’en œuvre ayant une indi­vi­dua­li­té propre. Car, tout en recon­nais­sant le mérite incon­tes­table de cette col­lec­tion de plus d’une ving­taine de volumes, et tout en admi­rant l’abondance et la varié­té des faits qu’Abû al-Faraj a accu­mu­lés en pré­pa­rant son sujet, la pos­té­ri­té aura regret­té que, dans bien des cas, il n’ait pas éla­gué tout ce qui est inutile ou super­flu et uni ensemble tout ce qui ne dif­fère que par des dif­fé­rences assez légères.

* En arabe «كتاب الأغاني». Par­fois trans­crit «Kit­tab el Agha­ni», «Kitâb Ala­gâ­ni», «Kitâb Alag­hâ­ny», «Kitab el Aghâ­niy» ou «Ketab el Agha­ni». Haut

** En arabe أبو الفرج. Autre­fois trans­crit Aboul­fa­rage, Abou el Faradj, Abou’l-Feredj, Abû’lfaraǵ, Aboul-Faradg ou Aboûl­fa­raj. Haut

*** En arabe الأصفهاني. Autre­fois trans­crit al Asfa­hâ­nî, Alis­fa­hâ­ny, el-Esfa­ha­ni, el-Içfa­hâ­ni ou el-Ispa­ha­ni. On ren­contre aus­si la gra­phie الأصبهاني (al-Isba­hâ­nî). Autre­fois trans­crit el-Içba­hâ­ni. Haut

**** M. Jacques Berque. Haut

Abû al-Faraj, «Musiques sur le fleuve : les plus belles pages du “Kitâb al-Aghâni”»

éd. A. Michel, Paris

éd. A. Michel, Paris

Il s’agit d’une tra­duc­tion par­tielle du «Livre des chants» («Kitâb al-Aghâ­ni»*) d’Abû al-Faraj**, chro­ni­queur et homme de lettres arabe, éga­le­ment connu sous le sur­nom d’al-Isfahânî***. Il naquit, ain­si que son sur­nom l’indique, à Ispa­han (en Iran), mais tout à fait par hasard, car il se rat­ta­chait à la lignée des Omeyyades, maîtres de l’Andalousie, et il était de pure race arabe. Trans­por­té de bonne heure à Bag­dad (en Irak), il s’attela à l’étude de la poé­sie, de la gram­maire, de l’historiographie; il se consti­tua, en outre, un solide bagage médi­cal, astro­lo­gique, musi­cal. Il devint, en un mot, un vrai homme d’«adab», c’est-à-dire un éru­dit tou­chant de près ou de loin à tous les domaines de la connais­sance. À un âge avan­cé, il per­dit peu à peu la rai­son et mou­rut en 967 apr. J.-C. Il lais­sa der­rière lui plu­sieurs beaux ouvrages, entre autres celui inti­tu­lé «Le Livre des chants», auquel il consa­cra cin­quante ans de sa vie, et qu’on s’accorde una­ni­me­ment à regar­der comme le meilleur qui ait paru sur ce sujet. Abû al-Faraj prit soin d’y réunir tout ce qu’il put trou­ver de chants arabes, tant anciens que modernes. Il s’appliqua, pour cha­cun de ces chants, à dési­gner l’auteur des vers et celui de la musique; à indi­quer, avec clar­té et avec pré­ci­sion, l’occasion qui don­na nais­sance au poème ou à l’air; le tout avec des détails cir­cons­tan­ciés sur la langue, l’histoire, les généa­lo­gies, la suc­ces­sion des dynas­ties, etc. Au hasard des cha­pitres, nous accom­pa­gnons un poète à la Cour du calife Hâroun al-Rachîd, assis­tons à une que­relle lit­té­raire dans une taverne de Bag­dad, péné­trons dans le salon d’une chan­teuse de renom. C’est «une matière luxu­riante, consi­dé­rable par le volume, pré­cieuse dans le détail; une richesse pro­fuse, un pêle-mêle papillo­tant, un gise­ment ouvert à qui­conque veut s’instruire sur la culture, l’histoire et la vie des Arabes, de l’origine au Xe siècle apr. J.-C.; un filon exploi­table, et d’ailleurs exploi­té jusqu’à nos jours, par la science orien­tale et orien­ta­liste», dit un tra­duc­teur****. Bref, c’est une mine très riche et très com­plète sur tout ce qui concerne les Arabes, et c’est en mine que la pos­té­ri­té aura trai­té «Le Livre des chants» plu­tôt qu’en œuvre ayant une indi­vi­dua­li­té propre. Car, tout en recon­nais­sant le mérite incon­tes­table de cette col­lec­tion de plus d’une ving­taine de volumes, et tout en admi­rant l’abondance et la varié­té des faits qu’Abû al-Faraj a accu­mu­lés en pré­pa­rant son sujet, la pos­té­ri­té aura regret­té que, dans bien des cas, il n’ait pas éla­gué tout ce qui est inutile ou super­flu et uni ensemble tout ce qui ne dif­fère que par des dif­fé­rences assez légères.

* En arabe «كتاب الأغاني». Par­fois trans­crit «Kit­tab el Agha­ni», «Kitâb Ala­gâ­ni», «Kitâb Alag­hâ­ny», «Kitab el Aghâ­niy» ou «Ketab el Agha­ni». Haut

** En arabe أبو الفرج. Autre­fois trans­crit Aboul­fa­rage, Abou el Faradj, Abou’l-Feredj, Abû’lfaraǵ, Aboul-Faradg ou Aboûl­fa­raj. Haut

*** En arabe الأصفهاني. Autre­fois trans­crit al Asfa­hâ­nî, Alis­fa­hâ­ny, el-Esfa­ha­ni, el-Içfa­hâ­ni ou el-Ispa­ha­ni. On ren­contre aus­si la gra­phie الأصبهاني (al-Isba­hâ­nî). Autre­fois trans­crit el-Içba­hâ­ni. Haut

**** M. Jacques Berque. Haut

Abû al-Faraj, «Notices anecdotiques sur les principaux musiciens arabes des trois premiers siècles de l’islamisme»

dans « Journal asiatique », sér. 7, vol. 2, p. 397-592

dans «Jour­nal asia­tique», sér. 7, vol. 2, p. 397-592

Il s’agit d’une tra­duc­tion par­tielle du «Livre des chants» («Kitâb al-Aghâ­ni»*) d’Abû al-Faraj**, chro­ni­queur et homme de lettres arabe, éga­le­ment connu sous le sur­nom d’al-Isfahânî***. Il naquit, ain­si que son sur­nom l’indique, à Ispa­han (en Iran), mais tout à fait par hasard, car il se rat­ta­chait à la lignée des Omeyyades, maîtres de l’Andalousie, et il était de pure race arabe. Trans­por­té de bonne heure à Bag­dad (en Irak), il s’attela à l’étude de la poé­sie, de la gram­maire, de l’historiographie; il se consti­tua, en outre, un solide bagage médi­cal, astro­lo­gique, musi­cal. Il devint, en un mot, un vrai homme d’«adab», c’est-à-dire un éru­dit tou­chant de près ou de loin à tous les domaines de la connais­sance. À un âge avan­cé, il per­dit peu à peu la rai­son et mou­rut en 967 apr. J.-C. Il lais­sa der­rière lui plu­sieurs beaux ouvrages, entre autres celui inti­tu­lé «Le Livre des chants», auquel il consa­cra cin­quante ans de sa vie, et qu’on s’accorde una­ni­me­ment à regar­der comme le meilleur qui ait paru sur ce sujet. Abû al-Faraj prit soin d’y réunir tout ce qu’il put trou­ver de chants arabes, tant anciens que modernes. Il s’appliqua, pour cha­cun de ces chants, à dési­gner l’auteur des vers et celui de la musique; à indi­quer, avec clar­té et avec pré­ci­sion, l’occasion qui don­na nais­sance au poème ou à l’air; le tout avec des détails cir­cons­tan­ciés sur la langue, l’histoire, les généa­lo­gies, la suc­ces­sion des dynas­ties, etc. Au hasard des cha­pitres, nous accom­pa­gnons un poète à la Cour du calife Hâroun al-Rachîd, assis­tons à une que­relle lit­té­raire dans une taverne de Bag­dad, péné­trons dans le salon d’une chan­teuse de renom. C’est «une matière luxu­riante, consi­dé­rable par le volume, pré­cieuse dans le détail; une richesse pro­fuse, un pêle-mêle papillo­tant, un gise­ment ouvert à qui­conque veut s’instruire sur la culture, l’histoire et la vie des Arabes, de l’origine au Xe siècle apr. J.-C.; un filon exploi­table, et d’ailleurs exploi­té jusqu’à nos jours, par la science orien­tale et orien­ta­liste», dit un tra­duc­teur****. Bref, c’est une mine très riche et très com­plète sur tout ce qui concerne les Arabes, et c’est en mine que la pos­té­ri­té aura trai­té «Le Livre des chants» plu­tôt qu’en œuvre ayant une indi­vi­dua­li­té propre. Car, tout en recon­nais­sant le mérite incon­tes­table de cette col­lec­tion de plus d’une ving­taine de volumes, et tout en admi­rant l’abondance et la varié­té des faits qu’Abû al-Faraj a accu­mu­lés en pré­pa­rant son sujet, la pos­té­ri­té aura regret­té que, dans bien des cas, il n’ait pas éla­gué tout ce qui est inutile ou super­flu et uni ensemble tout ce qui ne dif­fère que par des dif­fé­rences assez légères.

* En arabe «كتاب الأغاني». Par­fois trans­crit «Kit­tab el Agha­ni», «Kitâb Ala­gâ­ni», «Kitâb Alag­hâ­ny», «Kitab el Aghâ­niy» ou «Ketab el Agha­ni». Haut

** En arabe أبو الفرج. Autre­fois trans­crit Aboul­fa­rage, Abou el Faradj, Abou’l-Feredj, Abû’lfaraǵ, Aboul-Faradg ou Aboûl­fa­raj. Haut

*** En arabe الأصفهاني. Autre­fois trans­crit al Asfa­hâ­nî, Alis­fa­hâ­ny, el-Esfa­ha­ni, el-Içfa­hâ­ni ou el-Ispa­ha­ni. On ren­contre aus­si la gra­phie الأصبهاني (al-Isba­hâ­nî). Autre­fois trans­crit el-Içba­hâ­ni. Haut

**** M. Jacques Berque. Haut

«Mémoire sur l’ouvrage intitulé “Kitâb Alagâni”, c’est-à-dire “Recueil de chansons”, [d’Abû al-Faraj]»

dans « Journal asiatique », sér. 2, vol. 16, p. 385-419 & 497-545 ; sér. 3, vol. 6, p. 465-526

dans «Jour­nal asia­tique», sér. 2, vol. 16, p. 385-419 & 497-545; sér. 3, vol. 6, p. 465-526

Il s’agit d’une tra­duc­tion par­tielle du «Livre des chants» («Kitâb al-Aghâ­ni»*) d’Abû al-Faraj**, chro­ni­queur et homme de lettres arabe, éga­le­ment connu sous le sur­nom d’al-Isfahânî***. Il naquit, ain­si que son sur­nom l’indique, à Ispa­han (en Iran), mais tout à fait par hasard, car il se rat­ta­chait à la lignée des Omeyyades, maîtres de l’Andalousie, et il était de pure race arabe. Trans­por­té de bonne heure à Bag­dad (en Irak), il s’attela à l’étude de la poé­sie, de la gram­maire, de l’historiographie; il se consti­tua, en outre, un solide bagage médi­cal, astro­lo­gique, musi­cal. Il devint, en un mot, un vrai homme d’«adab», c’est-à-dire un éru­dit tou­chant de près ou de loin à tous les domaines de la connais­sance. À un âge avan­cé, il per­dit peu à peu la rai­son et mou­rut en 967 apr. J.-C. Il lais­sa der­rière lui plu­sieurs beaux ouvrages, entre autres celui inti­tu­lé «Le Livre des chants», auquel il consa­cra cin­quante ans de sa vie, et qu’on s’accorde una­ni­me­ment à regar­der comme le meilleur qui ait paru sur ce sujet. Abû al-Faraj prit soin d’y réunir tout ce qu’il put trou­ver de chants arabes, tant anciens que modernes. Il s’appliqua, pour cha­cun de ces chants, à dési­gner l’auteur des vers et celui de la musique; à indi­quer, avec clar­té et avec pré­ci­sion, l’occasion qui don­na nais­sance au poème ou à l’air; le tout avec des détails cir­cons­tan­ciés sur la langue, l’histoire, les généa­lo­gies, la suc­ces­sion des dynas­ties, etc. Au hasard des cha­pitres, nous accom­pa­gnons un poète à la Cour du calife Hâroun al-Rachîd, assis­tons à une que­relle lit­té­raire dans une taverne de Bag­dad, péné­trons dans le salon d’une chan­teuse de renom. C’est «une matière luxu­riante, consi­dé­rable par le volume, pré­cieuse dans le détail; une richesse pro­fuse, un pêle-mêle papillo­tant, un gise­ment ouvert à qui­conque veut s’instruire sur la culture, l’histoire et la vie des Arabes, de l’origine au Xe siècle apr. J.-C.; un filon exploi­table, et d’ailleurs exploi­té jusqu’à nos jours, par la science orien­tale et orien­ta­liste», dit un tra­duc­teur****. Bref, c’est une mine très riche et très com­plète sur tout ce qui concerne les Arabes, et c’est en mine que la pos­té­ri­té aura trai­té «Le Livre des chants» plu­tôt qu’en œuvre ayant une indi­vi­dua­li­té propre. Car, tout en recon­nais­sant le mérite incon­tes­table de cette col­lec­tion de plus d’une ving­taine de volumes, et tout en admi­rant l’abondance et la varié­té des faits qu’Abû al-Faraj a accu­mu­lés en pré­pa­rant son sujet, la pos­té­ri­té aura regret­té que, dans bien des cas, il n’ait pas éla­gué tout ce qui est inutile ou super­flu et uni ensemble tout ce qui ne dif­fère que par des dif­fé­rences assez légères.

* En arabe «كتاب الأغاني». Par­fois trans­crit «Kit­tab el Agha­ni», «Kitâb Ala­gâ­ni», «Kitâb Alag­hâ­ny», «Kitab el Aghâ­niy» ou «Ketab el Agha­ni». Haut

** En arabe أبو الفرج. Autre­fois trans­crit Aboul­fa­rage, Abou el Faradj, Abou’l-Feredj, Abû’lfaraǵ, Aboul-Faradg ou Aboûl­fa­raj. Haut

*** En arabe الأصفهاني. Autre­fois trans­crit al Asfa­hâ­nî, Alis­fa­hâ­ny, el-Esfa­ha­ni, el-Içfa­hâ­ni ou el-Ispa­ha­ni. On ren­contre aus­si la gra­phie الأصبهاني (al-Isba­hâ­nî). Autre­fois trans­crit el-Içba­hâ­ni. Haut

**** M. Jacques Berque. Haut

«Les Auteurs du printemps russe. Okoudjava • Vyssotski»

éd. Noir sur blanc, Montricher

éd. Noir sur blanc, Mon­tri­cher

Il s’agit de Bou­lat Okoud­ja­va* et de Vla­di­mir Vys­sots­ki**, les chan­teurs sovié­tiques les plus émi­nents, mais aus­si les plus per­sé­cu­tés par la haine et par la sot­tise du régime. Ils res­tent à tout jamais comme un témoi­gnage des humi­lia­tions et du déses­poir infli­gés à tout un peuple par une tri­bu de bureau­crates bor­nés, effrayés par l’ombre de la véri­té, ter­ro­ri­sés par la sin­cé­ri­té, trau­ma­ti­sés par le talent. Toutes les chan­sons de ces deux paro­liers ont un point com­mun : elles révèlent, avec dou­leur, des pans entiers d’une «autre» his­toire, non pas l’histoire offi­cielle, écrite par le régime, mais celle vécue par des mil­lions de gens — marins, avia­teurs, pay­sans, étu­diants, ouvriers d’usine — et jusque-là entiè­re­ment pas­sée sous silence dans les publi­ca­tions. «Mes pro­ta­go­nistes ne sont pas de ces hauts per­son­nages chers à l’histoire roman­cée, mais de petites gens, des obs­curs, des médiocres. Ce type d’humanité me convient mieux», dit Okoud­ja­va***. «En règle géné­rale, les grands ont conscience de leur gran­deur… et jouent les coquettes pour la pos­té­ri­té… Les humbles, au contraire, conservent leur natu­rel et se tiennent sans affec­ta­tion. Avec eux, tout est simple, aisé. Ils n’en laissent pas moins leur trace dans les évé­ne­ments, peuvent nous ser­vir d’exemples, de mises en garde et de sources d’inspiration.» Un soir de tris­tesse et de soli­tude, Okoud­ja­va errait à tra­vers Mos­cou. Le hasard lui fit prendre le der­nier trol­ley­bus. Grâce à la pré­sence silen­cieuse des autres voya­geurs, des gens simples, il trou­va un remède aux tour­ments de son âme, à la «bié­da»****mal­heur») :

«Quand je suis impuis­sant à vaincre le mal­heur,
Que le déses­poir me guette,
Je prends en marche le trol­ley bleu,
Le der­nier,
Au hasard.
Trol­ley de minuit, file par les rues,
Fais ta ronde au long des bou­le­vards
Pour ramas­ser ceux qui, dans la nuit, ont fait
Nau­frage,
Nau­frage
»

* En russe Булат Окуджава. Par­fois trans­crit Okudža­va, Okudz­ha­va, Okud­scha­wa, Okud­ja­va ou Okudz­sa­va. Haut

** En russe Владимир Высоцкий. Par­fois trans­crit Vis­sots­ki, Vis­sots­ky, Vys­sots­ky, Vysots­ky, Vısots­ki, Vısots­kiy, Viso­cki, Vyso­ckij, Wys­soz­ki, Vysots­ki, Vis­zo­ckij ou Wyso­cki. Haut

*** «L’Amour-toujours, ou les Tri­bu­la­tions de Chi­pov : his­toire vraie racon­tée sur un air de vau­de­ville ancien; pré­face inédite de l’auteur pour l’édition fran­çaise; tra­duit du russe par Marie-France Tol­stoï», p. 5. Haut

**** En russe беда. Haut