Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

« Anthologie de la poésie persane (XIe-XXe siècle) »

éd. Gallimard-UNESCO, coll. UNESCO d’œuvres représentatives-Connaissance de l’Orient, Paris

éd. Gallimard-UNESCO, coll. UNESCO d’œuvres représentatives-Connaissance de l’Orient, Paris

Il s’agit d’une anthologie persane (XIe-XXe siècle). La poésie est le talent propre et particulier des Persans, et la partie de leur littérature où ils excellent : la vivacité de leur imagination, la politesse de leurs mœurs, la douceur de leur langue, telles sont peut-être les causes de leur fécondité poétique. Un homme qui ne sait pas un mot de persan ne laissera pas, en entendant réciter des vers persans, d’être épris du son et de la cadence qui y est très sensible. Allez en Iran, parlez aux gens dans la rue, aux bouchers, aux marchands ; ils feront entrer dans leur réponse des tournures qui suffiront à vous plonger dans une rêverie profonde. Comme dit Hâfez :

« Le secret de Dieu que le gnostique pèlerin ne dit à personne,
Je suis stupéfait, ne sachant d’où le marchand de vin l’a entendu
 » *.

Si les belles-lettres de l’islam comptent parmi les plus remarquables du monde, c’est avant tout grâce au génie iranien. Les premiers maîtres dans l’art de la grammaire étaient d’origine persane, même s’ils avaient passé leur jeunesse dans la pratique de la langue arabe. Tous les savants musulmans qui ont traité des principes fondamentaux de la science, tous ceux qui se sont distingués dans la jurisprudence, et la plupart de ceux qui ont cultivé l’exégèse coranique, appartenaient à la race persane ou s’étaient assimilés aux Persans par les manières et par l’éducation. Cela suffit pour démontrer la vérité de la parole attribuée au prophète Mahomet : « Si la science était suspendue au haut du ciel, il y aurait des gens parmi les Persans pour s’en emparer » **. Comme dit Jan Rypka : « Les Iraniens sont les Français de l’Orient. Chez les uns comme chez les autres, la production littéraire et artistique présente une étendue et une valeur inappréciables… Mes propres expériences m’en ont persuadé… À Téhéran… tous les jours, je passais plusieurs fois devant une maison de thé ; il eût été impossible de glisser le soir une pomme dans cette masse compacte des gens les plus pauvres, les plus modestes qui écoutaient avec passion le déclamateur populaire du “Livre des rois” de Firdousi, ou entendaient avec piété le chant des ghazels de Hâfez. À ces heures-là, ils ne songeaient assurément pas à la taverne malodorante où ils se trouvaient, mais… portés par les vers lyriques que beaucoup ne comprenaient point, et qui pourtant charmaient leur âme, ils s’envolaient dans les régions du paradis » ***.

La poésie est le talent propre et particulier des Persans, et la partie de leur littérature où ils excellent

Voici un passage qui donnera une idée du style persan :
« Le flanc de la montagne est couvert de tulipes fraîches
Ne te laisse point abuser : ce n’est là que le sang du cœur [des hommes].
Ouvre l’œil à l’instar du narcisse et regarde : sous terre,
Combien sont ensevelis de visages de rose et de tailles de buis ?
Ne plante point la tente de l’accoutumance aux portes de ce vieux château ****
Car il ne repose sur rien de cohérent ni de solide.
Khâdjou n’a recueilli ici-bas d’autre récolte que le chagrin.
Heureux qui s’est détaché de ce monde
 » *****.

Téléchargez ces enregistrements sonores au format M4A

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

  • Jan Rypka, « Les “Sept Princesses” de Nizhami » dans « L’Âme de l’Iran » (éd. A. Michel, coll. Spiritualités vivantes, Paris), p. 133-164
  • Rashid Yassemi, « La Poésie iranienne contemporaine » dans id. p. 203-225.

* « Le Divan : œuvre lyrique d’un spirituel en Perse au XIVe siècle », p. 639.

** Dans Ibn Khaldoun, « Prolégomènes ».

*** « Les “Sept Princesses” de Nizhami », p. 101-102.

**** C’est-à-dire de ce siècle.

***** p. 253-254.