Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

Mot-clefpoésie coréenne : sujet

Kim So-wŏl, « Fleurs d’azalée »

éd. Autres temps-Les Écrits des forges, coll. Temps poétique, Marseille-Trois-Rivières

éd. Autres temps-Les Écrits des forges, coll. Temps poétique, Marseille-Trois-Rivières

Il s’agit de Kim So-wŏl *, l’un des poètes coréens les plus représentatifs de l’époque de l’occupation japonaise. Né et mort dans la gêne, il n’alla à l’école que par intermittence. Il compta parmi ses maîtres d’école le poète Kim Ŏk ** qui joua un rôle décisif en l’aidant à publier ses premières œuvres dans les revues littéraires « Ch’angjo » *** (« Création ») et « Kaebyŏk » **** (« Le Commencement du monde »). Bien que les thèmes de Kim So-wŏl ressemblent à ceux des écrivains réunis autour de ces deux revues, des doutes subsistent au sujet de ses influences exactes. En tout cas, il connaissait les symbolistes français, traduits et portés aux nues par Kim Ŏk, et dont un (Verlaine) est même cité dans ses poèmes. Quant à savoir s’il était un poète de la résistance contre l’occupant japonais, la chose fait grand débat. Car, en 1923, les difficultés financières l’avaient poussé à déménager au Japon avec l’intention de faire des études de commerce et devenir riche. Il échoua et revint plus pauvre que jamais. Désabusé, ne parvenant pas à vivre honnêtement de son métier d’auteur, il quitta la ville pour la campagne et passa les dernières années de sa brève existence au milieu de désagréments de toute sorte qu’il noya le plus souvent dans l’alcool. Il se suicida à l’opium, en laissant derrière lui un seul recueil : « Fleurs d’azalée » (« Chindallaekkot » *****). Le défaut de ses poèmes tient à ce qu’ils sont d’une inspiration trop courte. On voit des contours s’y tracer avec grâce ; mais ils se dissipent soudain dans les airs, comme les vapeurs chargeant l’horizon se déchirent au lever du soleil. Dans « L’Appel aux mânes » (« Ch’ohon » ******), peut-être son chef-d’œuvre, Kim So-wŏl donne l’impression momentanée de peindre tout un peuple abaissé, écrasé sous la botte étrangère. Puis, dès qu’on vient observer de près cette peinture, elle s’évanouit. Elle ne supporte pas l’examen. Tout cela occupe à peine six ou sept vers Lisez la suite›

* En coréen 김소월. Parfois transcrit Kim So-weol. De son vrai nom Kim Chŏng-sik (김정식). Parfois transcrit Kim Jung Sik, Kim Chung-sik, Kim Chŏng-shik ou Gim Jeongsik.

** En coréen 김억.

*** En coréen « 창조 ».

**** En coréen « 개벽 ».

***** En coréen « 진달래꽃 ». Parfois transcrit « Chintallaekkot », « Chindallaeggot » ou « Jindallaekkot ».

****** En coréen « 초혼 ».

Yun Sŏndo, « Almanach du pêcheur, “Ŏpu sasi-sa” »

dans « Érables rougis », éd. Pour l’analyse du folklore, Paris

dans « Érables rougis », éd. Pour l’analyse du folklore, Paris

Il s’agit de l’« Almanach du pêcheur » (« Ŏbu sasisa » *) de Yun Sŏndo **, série de quarante chansons, où le sentiment de la nature est profondément exprimé, souvent avec douceur, et qui constituent le sommet de la poésie coréenne. Je ne les ai jamais ouverts sans être séduit par cette simplicité du style, par ce charme qui se rattache aux images de la vie rustique, par cette sensibilité si touchante qu’on la dirait l’expression d’un cœur exempt de toute tache. Quelles réflexions sur le bonheur des pêcheurs ! Quelle originalité que celle du vers « Jigukchong jigukchong ŏsawa » ***, qui n’est qu’une onomatopée du bruit des rames ! On croirait presque être transporté dans un autre monde et voir la barque de ces hommes fortunés, sous un ciel plus pur, sur des eaux plus cristallines :

« Le givre empèse les vêtements,
Mais le froid ne se fait pas sentir.
Démonte la voile, démonte la voile !
Si exigüe soit-elle, ma barque de pêche,
N’y suis-je pas mieux que dans ce monde changeant ?
“Jigukchong jigukchong ŏsawa” !
Faisons la même chose demain,
Et encore après-demain !
 » Lisez la suite›

* En coréen « 어부사시사 ». Parfois transcrit « Ŏpu sasi-sa » ou « Eobu sasi sa ».

** En coréen 윤선도. Parfois transcrit Yun Sŏn-to, Yoon Sundo ou Yun Seon-do. Également connu sous le surnom de Kosan (고산). Parfois transcrit Gosan.

*** En coréen « 지국총 지국총 어사와 ». Parfois transcrit « Jigukchong jigukchong eosawa ».

« Les Mille Monts de lune : poèmes [bouddhiques] de Corée »

éd. A. Michel, coll. Les Carnets du calligraphe, Paris

éd. A. Michel, coll. Les Carnets du calligraphe, Paris

Il s’agit d’une anthologie de poèmes bouddhiques de la Corée (VIIe-XXe siècle). « Écrire un poème fut une des façons de pratiquer la méditation. Écrire “sans paroles et sans pensées” * est le principe de cette poésie bouddhique », dit Mme Ok-sung Ann-Baron **. « De nombreux moines-poètes écrivaient dans cet esprit avec une grande sobriété de moyens. C’est ce ton sobre, brut qui donne cette atmosphère si particulière à cette poésie — celui d’un monolithe sculpté avec des outils rudimentaires. » Les moines bouddhistes coréens écartent tout raffinement de leur poésie. Ils ne prennent pour modèle que la nature, éternelle compagne de leur solitude. Hommes peu expansifs, ils sentent pourtant avec beaucoup de profondeur ; car plus le sentiment est profond, moins il tend à s’exprimer. Cette timidité apparente, qu’on prend souvent pour de la froideur, tient à leur pudeur intérieure, qui leur fait croire qu’un cœur ne doit se confier qu’à lui-même. De là, cette exquise réserve, ce quelque chose de voilé, de discret — aussi éloigné de la rhétorique de la passion, trop commune aux poésies profanes, que celle de la religion. « Le lecteur occidental y goûtera le charme des évocations bucoliques, la beauté des ermitages ou l’atmosphère toute de paix et de puissante beauté qui émane [des] vers », dit M. Tanguy L’Aminot ***. Les divers genres de poèmes bouddhiques de la Corée sont : 1o « Odosi » ****, composés à la suite de l’Éveil ; 2o « Sŏllisi » *****, qui expriment la contemplation ; 3o « Sangŏsi » ******, qui chantent la vie dans la montagne ; 4o « Imjongsi » *******, écrits à la veille de la mort ; enfin 5o « Sŏnchwisi » ********, qui reflètent la méditation. Lisez la suite›

* En coréen « 무언무심 ».

** « Préface à “Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne” », p. 12.

*** « Compte rendu sur “Ivresse de brumes, griserie de nuages” », p. 460.

**** En coréen 오도시.

***** En coréen 선리시. Parfois transcrit « seollisi ».

****** En coréen 산거시. Parfois transcrit « sangeosi ».

******* En coréen 임종시.

******** En coréen 선취시. Parfois transcrit « seonchwisi ».

« Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne »

éd. Gallimard, coll. Connaissance de l’Orient, Paris

éd. Gallimard, coll. Connaissance de l’Orient, Paris

Il s’agit d’une anthologie de poèmes bouddhiques de la Corée (XIIIe-XVIe siècle). « Écrire un poème fut une des façons de pratiquer la méditation. Écrire “sans paroles et sans pensées” * est le principe de cette poésie bouddhique », dit Mme Ok-sung Ann-Baron **. « De nombreux moines-poètes écrivaient dans cet esprit avec une grande sobriété de moyens. C’est ce ton sobre, brut qui donne cette atmosphère si particulière à cette poésie — celui d’un monolithe sculpté avec des outils rudimentaires. » Les moines bouddhistes coréens écartent tout raffinement de leur poésie. Ils ne prennent pour modèle que la nature, éternelle compagne de leur solitude. Hommes peu expansifs, ils sentent pourtant avec beaucoup de profondeur ; car plus le sentiment est profond, moins il tend à s’exprimer. Cette timidité apparente, qu’on prend souvent pour de la froideur, tient à leur pudeur intérieure, qui leur fait croire qu’un cœur ne doit se confier qu’à lui-même. De là, cette exquise réserve, ce quelque chose de voilé, de discret — aussi éloigné de la rhétorique de la passion, trop commune aux poésies profanes, que celle de la religion. « Le lecteur occidental y goûtera le charme des évocations bucoliques, la beauté des ermitages ou l’atmosphère toute de paix et de puissante beauté qui émane [des] vers », dit M. Tanguy L’Aminot ***. Les divers genres de poèmes bouddhiques de la Corée sont : 1o « Odosi » ****, composés à la suite de l’Éveil ; 2o « Sŏllisi » *****, qui expriment la contemplation ; 3o « Sangŏsi » ******, qui chantent la vie dans la montagne ; 4o « Imjongsi » *******, écrits à la veille de la mort ; enfin 5o « Sŏnchwisi » ********, qui reflètent la méditation. Lisez la suite›

* En coréen « 무언무심 ».

** « Préface à “Ivresse de brumes, griserie de nuages : poésie bouddhique coréenne” », p. 12.

*** « Compte rendu sur “Ivresse de brumes, griserie de nuages” », p. 460.

**** En coréen 오도시.

***** En coréen 선리시. Parfois transcrit « seollisi ».

****** En coréen 산거시. Parfois transcrit « sangeosi ».

******* En coréen 임종시.

******** En coréen 선취시. Parfois transcrit « seonchwisi ».

« Le Saule aux dix mille rameaux : anthologie de la poésie coréenne médiévale et classique »

éd. UNESCO-Langues & Mondes, coll. Bilingues L & M, Paris

éd. UNESCO-Langues & Mondes, coll. Bilingues L & M, Paris

Il s’agit de Pak Il-lo *, Chŏng Ch’ŏl ** et autres poètes classiques de la Corée (VIIe-XIXe siècle). Jadis, pour les Coréens, les préceptes de la morale chinoise — piété filiale, fidélité au suzerain, modération — constituaient la principale source de l’art d’écrire. Le style, la valeur littéraire étaient subordonnés à l’orthodoxie de la pensée. Un auteur soucieux des bonnes mœurs et de l’ordre était toujours mis au-dessus d’un auteur brillant. Le poète digne de ce nom se devait d’ignorer ou de désavouer ce qui ne venait pas des Anciens. L’originalité était condamnable pour la forme comme pour le fond, et si elle se faisait remarquer, elle pouvait coûter au fonctionnaire-lettré son emploi : il ne fallait ni idées neuves, ni recherches inédites. « Il en résultait que, dès qu’un écrivain trouvait dans un ouvrage classique un passage ou une phrase correspondant à l’idée qu’il avait dans l’esprit, il n’avait garde de chercher une façon de dire personnelle : il transcrivait le passage ou la phrase, joyeux de se couvrir de l’autorité d’un Ancien » ***. Sauf exception, la poésie coréenne paraît donc peu originale, toujours imbue de l’esprit chinois, souvent une simple imitation. Telle qu’elle est cependant, bien inférieure aux poésies japonaise et vietnamienne qui ont su se ménager une part de fantaisie malgré les emprunts faits à l’étranger, elle l’emporte de beaucoup sur ce qu’ont produit les Mongols, les Mandchous et les autres élèves de la Chine. Voici les principaux genres de la poésie coréenne : 1o « Hyangga » **** (« chants du terroir ») conservés dans le recueil « Choses qui nous sont parvenues de l’époque des Trois Royaumes » (« Samguk Yusa » *****) et qui représentent les premières œuvres rédigées en coréen ; 2o « Changga » ****** (« chansons longues ») remontant à la dynastie de Koryŏ ; 3o « Sijo » ******* (« airs populaires »), brefs poèmes de trois vers, la forme la plus emblématique de la poésie coréenne ; 4o « Kasa » ******** (« chants rythmés »), sorte de prose rythmée ; enfin 5o « Hansi » ********* (« poèmes en chinois »). Lisez la suite›

* En coréen 박인로. Parfois transcrit Pak In-no, Pak In-lo, Bak In-no ou Park In-ro.

** En coréen 정철. Parfois transcrit Jeong Cheol ou Chung Chol.

*** Maurice Courant, « Bibliographie coréenne ».

**** En coréen 향가.

***** En coréen « 삼국유사 ».

****** En coréen 창가.

******* En coréen 시조. Parfois transcrit « si-djo ».

******** En coréen 가사. Parfois transcrit « gasa ».

********* En coréen 한시.