Aller au contenu

«Mission Pavie. Études diverses. Tome II. Recherches sur l’histoire du Cambodge, du Laos et du Siam»

éd. E. Leroux, Paris

éd. E. Leroux, Paris

Il s’agit d’Auguste Pavie, explo­ra­teur fran­çais (XIXe-XXe siècle) qui, seul ou avec quelques com­pa­gnons fidèles, sillon­na pen­dant des décen­nies le Cam­bodge et le Laos. La voca­tion d’explorateur de Pavie, timide et modeste ser­gent, fils de ses œuvres, ne se révé­la que dans le petit port cam­bod­gien de Kam­pot*, où il débar­qua en tant qu’agent du télé­graphe. Dans un pre­mier temps, il vécut iso­lé, seul Euro­péen; mais séduit par le charme du pays et des habi­tants, il cher­cha à connaître leur langue et leurs cou­tumes. Un bonze let­tré lui ser­vit d’initiateur. Pavie décou­vrit chez ce der­nier «une sorte de coffre laqué rouge et noir, orné de dorures, et [conte­nant] plu­sieurs cen­taines de manus­crits sur feuilles de pal­mier… : livres sur l’astronomie, l’astrologie, la chi­ro­man­cie et la divi­na­tion…; romans [rela­tant] les exis­tences pas­sées du Boud­dha; [manuels] sur les usages : édu­ca­tion, codes, lois»**. En même temps qu’il était char­mé par les édi­fices de la bon­ze­rie qui dor­maient à l’ombre des figuiers, Pavie entre­voyait toute la richesse de cette antique civi­li­sa­tion khmère dont des «restes de lit­té­ra­ture et de théâtre», de «vagues idées de des­sin et de musique» conser­vaient pieu­se­ment «un sou­ve­nir nébu­leux»***. Pavie se mit à s’entretenir fami­liè­re­ment avec les habi­tants et acquit peu à peu une connais­sance intime de l’âme indi­gène qui lui ser­vit par la suite. De ses sor­ties au bord de la mer, il rap­por­ta en outre une col­lec­tion de mol­lusques et de coquilles, qu’il envoya à l’Exposition de Saï­gon. Ces tra­vaux retinrent l’attention de Le Myre de Vilers, gou­ver­neur de Cochin­chine. Char­gé par ce der­nier en 1880 d’une pre­mière et dure mis­sion, Pavie par­cou­rut la région inex­plo­rée qui s’étendait du golfe de Siam au Mékong, en dres­sant une carte et une rela­tion de voyage afin d’établir une ligne télé­gra­phique. Ce fut chose faite en 1883 avec la ligne Saï­gon-Bang­kok de plus d’un mil­lier de kilo­mètres. Pavie avait mon­tré de telles dis­po­si­tions, qu’on le char­gea aus­si­tôt d’une autre mis­sion : celle d’explorer le Laos afin d’élaborer la pre­mière carte com­plète de l’Indochine. Pareilles mis­sions étaient peut-être un hon­neur, mais com­bien les auraient refu­sées! Si Pavie les accep­ta, c’est par crainte de se faire devan­cer; car il vou­lait être le pre­mier inven­teur de ces forêts et de ces monts où même les indi­gènes ne s’aventuraient qu’à contre­cœur. «Faites», dit-il, en avouant la pointe d’orgueil dans ses pro­jets****, «faites que je sois le pre­mier; que j’aille le plus loin; que je parte tout de suite et tout seul; et qu’on s’en rap­porte à moi. La France et la Répu­blique n’auront jamais été mieux ser­vies, dites-le-leur. Le gou­ver­ne­ment de Cochin­chine, m’ayant cru, m’a char­gé d’unir Saï­gon à Bang­kok; c’est fini. Je veux mar­cher en avant…; chose natu­relle, il me faut une tâche plus grande… Si vous vou­lez, je l’aurai. Don­nez donc. Vive la Répu­blique!»

Rega­gnant la France en 1895, l’homme qui explo­ra l’Indochine nu-pieds et sans arme à la main devint écri­vain, décli­nant tous les nou­veaux hon­neurs, tous les postes pour­tant ten­tants pour quelqu’un de son âge. Sou­vent on l’entendit dire : «Je suis l’homme d’une seule œuvre». À cette œuvre, il se consa­cra jusqu’à son der­nier jour; car, de la somme colos­sale de notes accu­mu­lées au cours de ses expé­di­tions, il tira une œuvre non moins colos­sale — la «Mis­sion Pavie» — en dix tomes et deux séries : «Études diverses» (trois tomes) et «Géo­gra­phie et Voyages» (sept tomes). Le pre­mier tome, qui contient des contes indo­chi­nois racon­tés en fran­çais et en khmer, fut tiré à part à cinq cents exem­plaires et offert aux pagodes, dans le but (dit la pré­face) à la fois : 1o de faire œuvre de vul­ga­ri­sa­tion et de mon­trer sous un jour plus exact des peuples extrê­me­ment inté­res­sants; 2o de don­ner au Cam­bodge, en lui appor­tant le pre­mier ouvrage impri­mé dans sa langue, un témoi­gnage de gra­ti­tude envers ses chefs, ses bonzes, ses habi­tants pour l’aide inap­pré­ciable reçue par Pavie au cours d’une vie de voyages. Quant au der­nier tome, il se clôt par ces mots qui honorent son auteur : «Je recueillis, par­tout sur mes pas, l’impression des cœurs s’unissant au mien. Haute récom­pense : je connus la joie d’être aimé des peuples chez qui je pas­sai». «Aujourd’hui où la colo­ni­sa­tion est sou­vent dépeinte en des termes vio­lem­ment dépré­cia­tifs, l’exemple de Pavie invite à la réflexion : Pavie a du cœur; Pavie s’intéresse aux popu­la­tions ren­con­trées; Pavie est répu­bli­cain, huma­niste, franc-maçon, plu­tôt libre-pen­seur. Et c’est pré­ci­sé­ment en rai­son de tout cela qu’il est deve­nu un acteur déter­mi­né de la colo­ni­sa­tion», explique M. Hen­ri Eckert*****.

l’homme qui explo­ra l’Indochine nu-pieds et sans arme à la main

Voi­ci un pas­sage qui don­ne­ra une idée du style de «Mis­sion Pavie» : «Je savais com­bien pas­sion­né­ment les Khmers aiment redire les époques légen­daires; à quel point les traces de l’art mer­veilleux dis­pa­ru excitent leur ima­gi­na­tion; com­bien l’incroyable suite de catas­trophes qui a ame­né le plus brillant Empire à un état d’abaissement grand vis-à-vis de voi­sins point mora­le­ment supé­rieurs, les Anna­mites et les Sia­mois, donne à tous une réserve timide; avec quelle injus­tice ces voi­sins s’empressent de les taxer d’orgueil s’ils laissent per­cer la pen­sée noble enfer­mée chez cha­cun d’un revi­re­ment pos­sible de la for­tune. Et je savais que, si leurs sen­ti­ments intimes res­tent cachés pour ceux qu’ils craignent ne savoir les com­prendre, c’est au contraire avec une confiance extrême qu’ils découvrent leur cœur à celui en qui ils voient de la sym­pa­thie pour eux»******.

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Téléchargez ces enregistrements sonores au format M4A

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* En khmer កំពត. Haut

** «Géo­gra­phie et Voyages. Tome I», p. 14-15. Haut

*** «Études diverses. Tome I», p. XII. Haut

**** «Lettre à Jules Har­mand du 15.VI.1883» dans Dion, «Auguste Pavie», p. 68. Haut

***** «Pré­face à “Pas­sage du Mékong au Ton­kin”» (éd. Trans­bo­réal, coll. Le Génie des lieux, Paris), p. 28. Haut

****** p. VI. Haut