Saikaku, « Du devoir des guerriers : récits »

éd. Gallimard, coll. Connaissance de l’Orient, Paris

éd. Gal­li­mard, coll. Connais­sance de l’Orient, Pa­ris

Il s’agit du « Buke giri mo­no­ga­tari »1 (« Ré­cits de guer­riers fi­dèles à leur de­voir »2) d’Ihara Sai­kaku3, mar­chand ja­po­nais qui, après la mort de sa femme et de sa fille aveugle, se consa­cra à l’art du ro­man, où il de­vint un maître in­con­testé, et le plus ha­bile des écri­vains. On com­pare la vi­va­cité et la ra­pi­dité de son style à celles que l’on éprouve en des­cen­dant un tor­rent dans une barque. À la nais­sance de Sai­kaku, en 1642, le Ja­pon était en­tré dans une pé­riode de paix et de bon ordre, après plus de deux siècles de guerres ci­viles. Les for­ti­fi­ca­tions ra­sées des villes avaient fait place à des quar­tiers de dis­trac­tion, où les bour­geois met­taient à la pour­suite du plai­sir l’opiniâtreté et la pas­sion qu’ils avaient au­tre­fois ap­por­tées à la conquête de l’argent. L’œuvre de Sai­kaku, vaste fresque de ce « monde flot­tant » (« ukiyo »4), prend pour su­jets les mar­chands, les ven­deurs, les fa­bri­cants de ton­neaux, les bouilleurs d’alcool de riz, les ac­teurs, les guer­riers, les cour­ti­sanes. Les por­traits de celles-ci sur­tout, très re­mar­quables et osés, al­lant jusqu’à la vul­ga­rité, font que l’on consi­dère Sai­kaku comme un por­no­graphe ; en quoi, on a grand tort. Car si on lui en­lève ce masque d’indécence, qui peut bien avoir contri­bué à faire de lui le plus po­pu­laire écri­vain de son temps, mais qui n’est ce­pen­dant qu’un masque, et le plus trom­peur des masques, on verra un psy­cho­logue hors pair, lu­cide, mais plein d’humour, tou­jours à l’écoute du « cœur des gens de ce monde » (« yo no hito-go­koro »5) comme il dit lui-même6. Avec lui, le Ja­pon re­trouve cette fi­nesse d’observation qu’il n’avait plus at­teinte de­puis Mu­ra­saki-shi­kibu. « Dans ses ou­vrages aussi francs qu’enjoués, Sai­kaku [dé­crit] tous les ha­sards doux et amers de ce monde de l’impermanence et de l’illusion dé­noncé dans les ser­mons des bonzes. Mais les hé­ros de Sai­kaku ne tentent pas de lui échap­per, ils mettent leur sa­gesse à s’en ac­com­mo­der, et leur iro­nie à n’en être pas dupes. D’avance, ils ac­ceptent tout ce que les ha­sards de ce monde vou­dront bien leur don­ner — et le ha­sard n’est pas chiche en­vers eux… Ces ré­cits, on le voit, sont francs, cy­niques, sa­laces. Li­ber­tins ? Non, on n’y trouve ja­mais viol ni dol, ja­mais cet ac­cent de ré­volte et de défi qui re­lève les noires prouesses du li­ber­ti­nage oc­ci­den­tal, de Don Juan… à Sade. Pour être libres de leurs plai­sirs, les hé­ros de Sai­kaku n’ont pas à se [faire] scé­lé­rats », dit M. Mau­rice Pin­guet7.

Les for­ti­fi­ca­tions ra­sées des villes avaient fait place à des quar­tiers de dis­trac­tion

Voici un pas­sage qui don­nera une idée du style du « Buke giri mo­no­ga­tari » : « La pe­tite-fille d’un cer­tain Kami de Quelque chose, le­quel s’était hau­te­ment dis­tin­gué par ses ex­ploits lors de la ba­taille de Se­ki­ga­hara, vi­vait avec ses pa­rents après que son père avait perdu son em­ploi de guer­rier, pau­vre­ment ins­tal­lée dans un vil­lage de mon­tagne au Nord de la ca­pi­tale ; leur ca­bane était re­cou­verte de feuilles mortes qu’elle ra­mas­sait pour faire du feu, de même que leur nom était main­te­nant re­cou­vert par l’oubli ; et comme un arbre en­se­veli dans quelque ma­rais voit ses branches ar­ra­chées dans un vent de tour­mente, le père mou­rut bien­tôt d’un re­froi­dis­se­ment. La mère éleva alors seule sa fille qui ar­ri­vait à son dou­zième prin­temps et fut ainsi nom­mée Ko­za­kura8.

Elle avait les che­veux en boucles sur les tempes comme les filles de la cam­pagne, mais les ru­bans do­rés qui les nouaient don­naient à sa coif­fure un air au goût de l’époque, et bien que gar­dant en­core des ma­nières pro­vin­ciales, elle était d’une beauté qui eût fait se re­tour­ner sur elle les gens de la ca­pi­tale »9.

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

  • Mau­rice Pin­guet, « La Mort vo­lon­taire au Ja­pon » (éd. Gal­li­mard, coll. Bi­blio­thèque des his­toires, Pa­ris)
  • Da­niel Struve, « Ihara Sai­kaku, un ro­man­cier ja­po­nais du XVIIe siècle » (éd. Presses uni­ver­si­taires de France, coll. Orien­tales, Pa­ris)
  • Ta­ni­waki Ma­sa­chika, « La Ré­cep­tion du “Ro­man du genji” et Sai­kaku : les fon­de­ments de la conscience lit­té­raire de Sai­kaku » dans « Au­tour de Sai­kaku : le ro­man en Chine et au Ja­pon aux XVIIe et XVIIIe siècles » (éd. Les Indes sa­vantes, coll. Études ja­po­naises, Pa­ris), p. 53-68.
  1. En ja­po­nais « 武家義理物語 ». Haut
  2. Par­fois tra­duit « Ré­cits au su­jet du “giri” des fa­milles mi­li­taires ». Haut
  3. En ja­po­nais 井原西鶴. Au­tre­fois trans­crit Ihara Saï­ka­kou. Haut
  4. En ja­po­nais « 浮世 ». Au­tre­fois trans­crit « ou­kiyo ». Haut
  5. En ja­po­nais « 世の人心 ». Haut
  1. Ihara Sai­kaku, « Sai­kaku ori­dome » (« Le Tis­sage in­ter­rompu de Sai­kaku »), in­édit en fran­çais. Haut
  2. « La Mort vo­lon­taire au Ja­pon », p. 181-182. Haut
  3. Ce nom si­gni­fie « pe­tite fleur de ce­ri­sier ». Haut
  4. p. 122-124. Haut