le comte de Maistre, «Œuvres complètes. Tome X. Correspondance, part. 2 (1806-1807)»

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit de la «Cor­res­pon­dance» du comte Jo­seph de Maistre. Maistre est tou­jours resté en de­hors des grands hé­ri­tiers du XVIIIe siècle dont on re­com­mande l’étude aux gens culti­vés. On a parlé de lui ou pour le com­battre ou pour l’encenser. Et on a bien fait en un sens. Il mé­rite d’être com­battu en tant que pen­seur du ca­tho­li­cisme le plus obs­cu­ran­tiste, mais en­censé en tant que brillant cau­seur et gé­nie de la pro­vo­ca­tion. Le sys­tème de pen­sée de Maistre, comme la plu­part des faux sys­tèmes, peut se ré­su­mer en un mot : l’unité ab­so­lue. Cette unité ne peut être at­teinte par les hommes que si un pou­voir tout aussi ab­solu les réunit. Le re­pré­sen­tant de ce pou­voir, d’après Maistre, est le pape dans le do­maine spi­ri­tuel, le roi dans le do­maine tem­po­rel, qui lui donnent son ca­rac­tère su­prême, in­dé­fec­tible et sa­cré : «L’un et l’autre», dit-il 1, «ex­priment cette haute puis­sance qui les do­mine toutes… qui gou­verne et n’est pas gou­ver­née, qui juge et n’est pas ju­gée». Voilà l’autorité consti­tuée : au­to­rité re­li­gieuse d’une part, au­to­rité ci­vile de l’autre. Rien de tout cela ne doit être confié aux aca­dé­mi­ciens et aux sa­vants; et à plus forte rai­son au bas peuple. L’anarchie me­nace dès que l’insolente cri­tique du pou­voir est pos­sible : «Il fau­drait avoir perdu l’esprit», s’exclame Maistre 2, «pour croire que Dieu ait chargé les aca­dé­mies de nous ap­prendre ce qu’Il est, et ce que nous Lui de­vons. Il ap­par­tient aux pré­lats, aux nobles… d’être les dé­po­si­taires et les gar­diens des vé­ri­tés conser­va­trices; d’apprendre aux na­tions… ce qui est vrai et ce qui est faux dans l’ordre mo­ral et spi­ri­tuel. Les autres n’ont pas droit de rai­son­ner sur ces sortes de ma­tières!» Ce n’est pas à la masse po­pu­laire qu’il ap­par­tient de ré­flé­chir sur les prin­cipes obs­curs et in­faillibles aux­quels elle est sou­mise, car «il y a des choses qu’on dé­truit en les mon­trant» 3. L’autorité peut se pas­ser de science et d’obéissance éclai­rée. Maistre va beau­coup plus loin. Dans ses «Lettres sur l’Inquisition», il fait l’éloge d’une ins­ti­tu­tion ca­tho­lique qui a fait cou­ler des flots de sang. C’est à elle qu’il at­tri­bue le main­tien en Es­pagne de la foi et de la mo­nar­chie contre les­quelles est ve­nue s’user la puis­sance de Na­po­léon. Si la France avait eu le bon­heur de jouir de l’Inquisition, les dé­sastres de la Ré­vo­lu­tion fran­çaise au­raient pu être évi­tés. De là à croire que «les abus [du pou­voir] valent in­fi­ni­ment mieux que les ré­vo­lu­tions» 4 il n’y a qu’un pas. Maistre le fran­chit! Il est si dé­rai­son­nable, si ré­ac­tion­naire qu’il semble avoir été in­venté pour nous aga­cer : «Il brave, il dé­fie, il in­vec­tive, il ir­rite… Il va jusqu’à l’absurde et jusqu’au sup­plice… Que se­rait un au­tel en­touré de po­tences? Est-ce là de la théo­lo­gie?… N’est-ce pas, plu­tôt, une pro­vo­ca­tion à toute âme in­dé­pen­dante qui veut ado­rer et non trem­bler?», pro­tes­tera La­mar­tine dans son «Cours fa­mi­lier de lit­té­ra­ture».

Ce­pen­dant, si les œuvres de Maistre sont en grande par­tie nées de l’outrance et de l’extrême, elles sont aussi nées du voyage. En 1802, notre comte re­ce­vait du roi de Sar­daigne l’ordre de se rendre à Saint-Pé­ters­bourg en qua­lité de mi­nistre plé­ni­po­ten­tiaire. Tout en res­tant lui-même, les évé­ne­ments aux­quels il fut mêlé l’enrichirent d’expériences nou­velles. Et on peut le dire, il mon­tra pen­dant ses qua­torze an­nées de sé­jour à la Cour de Rus­sie une di­gnité pleine de dé­li­ca­tesse et une po­li­tesse di­plo­ma­tique ad­mi­rées des étran­gers et cruel­le­ment ab­sentes de ses ou­vrages de po­lé­mique ou de doc­trine. Il se re­posa de ses ex­cès. Il se plia à la cou­tume lo­cale des grands sou­pers et des pro­pos de table sur les ri­vages de la ma­jes­tueuse Néva, vé­ri­tables «sym­po­siums» («ban­quets») à la fa­çon an­tique où l’on abor­dait les ques­tions les plus graves. Un té­moin, Sté­pan Ji­kha­rev 5, note le 26 fé­vrier 1807 dans ses car­nets : «Je n’aurais pas voulu pas­ser avec le comte de Maistre une se­maine en tête à tête, car il m’aurait sû­re­ment trans­formé en pro­sé­lyte. Il est plein d’esprit, il a une éru­di­tion sans bornes, il parle comme Ci­cé­ron; et ses pa­roles sont tel­le­ment convain­cantes, qu’il est dé­ci­dé­ment im­pos­sible de ne pas par­ta­ger ses opi­nions». Ce fut à la suite de ces soi­rées si in­té­res­santes que Maistre en­tre­prit et ter­mina le plus beau de ses livres : ce­lui qui ef­face tous les dé­fauts des pré­cé­dents. J’ai nommé «Les Soi­rées de Saint-Pé­ters­bourg». Dans ces su­blimes en­tre­tiens, trois in­ter­lo­cu­teurs — un Russe (le sé­na­teur), un Fran­çais (le che­va­lier) et l’auteur lui-même (le comte) — agitent pen­dant les longs cré­pus­cules d’été les ma­tières les plus dif­fi­ciles à cer­ner, tan­dis que le so­leil des­cend sous l’horizon, et qu’ils jouissent avec dé­lice du demi-jour doré où lu­mière et té­nèbres semblent se mê­ler et comme s’entendre pour for­mer un voile dia­phane qui couvre im­per­cep­ti­ble­ment la ville. La lec­ture ache­vée, on sent qu’on a lu un maître.

Dans ses «Sou­ve­nirs d’enfance et de jeu­nesse», Re­nan se confie : «Je sor­tis de mes études clas­siques sans avoir lu Vol­taire; mais je sa­vais par cœur “Les Soi­rées de Saint-Pé­ters­bourg”». Le prince Alexandre Stourdza quant à lui 6 ajoute : «M. de Maistre était sans contre­dit le per­son­nage le plus mar­quant du lieu et de l’époque où nous vi­vions : je veux dire la Cour de l’Empereur Alexandre et le temps écoulé de 1807 à 1820. Les cercles d’élite de la ca­pi­tale du Sep­ten­trion 7 am­bi­tion­naient tous la pré­sence du comte de Maistre; les hommes d’État, les di­plo­mates, les sa­vants, les femmes ai­mables as­pi­raient éga­le­ment à jouir de sa so­ciété. On était tout oreille lorsqu’[il] s’abandonnait au cours lim­pide de son élo­quence, riait de bon cœur, ar­gu­men­tait avec grâce et ani­mait la conver­sa­tion…» «Les “Soi­rées” sont mon ou­vrage chéri», dira Maistre quelques mois avant sa mort 8. «J’y ai versé ma tête!… Vous y ver­rez peu de chose peut-être; mais, au moins, tout ce que je sais.»

com­battu en tant que pen­seur du ca­tho­li­cisme le plus obs­cu­ran­tiste, mais en­censé en tant que brillant cau­seur et gé­nie de la pro­vo­ca­tion

Voici un pas­sage qui don­nera une idée du style de la «Cor­res­pon­dance» : «La ba­taille com­mença le 2 dé­cembre, vers les six heures du ma­tin, et dura plus de treize heures. Je l’appelle la ba­taille d’Olmütz, jusqu’à ce qu’il plaise aux Fran­çais de lui don­ner un autre nom 9. Les Russes com­bat­tirent avec leur in­tré­pi­dité or­di­naire; mais du côté de la science et de l’expérience, tout me porte à croire que la par­tie était fort in­égale, et que l’homme qui doit être op­posé à Bo­na­parte n’existe pas plus ici qu’ailleurs ou ne se montre point en­core. J’ai cru com­prendre que les Russes, fon­çant sur les Fran­çais à leur ma­nière, ont été fort déso­rien­tés par la ma­nœuvre de ceux-ci, qui dis­pa­rais­saient à droite et à gauche comme des mouches, dé­cou­vrant par cette fuite sa­vante des bat­te­ries qui fou­droyaient les Russes, et re­tour­nant en­suite à la charge lorsqu’ils les voyaient en désordre» 10.

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Voyez la liste com­plète des té­lé­char­ge­ments Voyez la liste complète

Téléchargez ces enregistrements sonores au format M4A

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

  1. «Tome II», p. 2. Haut
  2. «Tome V», p. 108. Haut
  3. «Tome VII», p. 38. Haut
  4. «Mé­moires po­li­tiques et Cor­res­pon­dance di­plo­ma­tique». Haut
  5. En russe Степан Жихарев. Par­fois trans­crit Sté­phane Gi­kha­rev. Haut
  1. «Œuvres post­humes re­li­gieuses, his­to­riques, phi­lo­so­phiques et lit­té­raires. Tome III», p. 170. Haut
  2. On a ap­pelé Pé­ters­bourg la «ca­pi­tale nor­dique», la «fe­nêtre sur l’Europe» et la «Rome du Sep­ten­trion» («Saint-Pé­ters­bourg : une fe­nêtre sur la Rus­sie; sous la di­rec­tion d’Ewa Bé­rard», éd. de la Mai­son des sciences de l’homme, Pa­ris). Haut
  3. «Tome XIV», p. 250. Haut
  4. La ba­taille d’Austerlitz, ga­gnée le 2 dé­cembre 1805 par Na­po­léon contre les Russes et les Au­tri­chiens. Haut
  5. p. 26. Haut