Mot-clefhébreu

pays, gentilé ou langue

An-sky, « Le Dibbouk : légende dramatique en trois actes »

éd. Rieder, coll. Judaïsme, Paris

éd. Rieder, coll. Judaïsme, Paris

Il s’agit de la pièce « Le Dibbouk »*, de Shloyme-Zanvl Rappoport**, dit Sh. An-sky***, une histoire d’exorcisme féminin, sans doute le plus grand succès du théâtre yiddish. Pénible est le sort de l’écrivain en général, mais celui de l’écrivain juif l’est tout particulièrement. Son écriture est déchirée ; il habite entre deux mondes, il s’exprime en au moins trois langues**** et il se tient à la croisée de quatre directions ; et ce tiraillement, An-sky l’endura vraiment. Né en 1863 en Biélorussie, il abandonna cette province de l’Empire russe à l’âge de dix-sept ans, dès que s’éveilla en lui l’aspiration d’œuvrer pour le bien des opprimés, des masses ouvrières. Cette aspiration le mena tout d’abord à Saint-Pétersbourg, Berlin, Berne et Paris, où il était toujours logé chez des amis, non seulement parce qu’il n’avait pas de domicile fixe, mais aussi parce qu’il n’avait pas de permis de séjour et qu’il devait se cacher pour échapper aux rafles. Parmi ses écrits d’alors, en plus de son « Essai sur la littérature populaire », fondé sur des réflexions et des notes prises pendant son immersion parmi le petit peuple russe, on relève, dans les manuscrits de ses archives, ce genre de titres : « Quelle littérature pour les travailleurs allemands ? », « La Capitale du monde : impressions de Paris », « La Vie des travailleurs parisiens », « Les Pauvres des rues, les Chanteurs de rue », « Les Lits de Paris », « Les Anarchistes à Paris », « Les Pauvres de Paris », « Le Marché central de Paris pendant la nuit » et d’autres semblables. Cependant, ses lettres nous apprennent qu’à l’automne 1907, ayant reçu une aide financière, An-sky suspendit ses activités littéraires pour se vouer à la collecte du folklore juif et monter une expédition, en compagnie de quelques complices, destinée à rassembler chansons, dictons et légendes dans les régions les plus reculées de l’Ukraine et de la Pologne. C’est au cours de cette expédition qu’An-sky eut l’idée du « Dibbouk », ainsi qu’il le raconte : « À Iarmolintsi*****, il n’y avait pas où loger, à cause d’une foire ou je ne sais quoi », dit-il******. « On nous conseilla de passer la nuit chez un homme riche qui avait une grande maison… Il avait une fille unique de dix-sept à dix-huit ans, sympathique, svelte, avec un long visage pâle, et deux yeux profonds couleur cerise. Très modeste, yeux baissés, pensifs. Je n’ai pas réussi à la faire parler, sauf quelques mots, dits si doucement que je les ai à peine entendus. Mais au repas du sabbat, tandis que mangeait un jeune élève de la synagogue aux yeux bleus rêveurs… la jeune fille est devenue toute autre, comme si elle avait une nouvelle peau. Toujours debout, elle apportait les plats de la cuisine et les plaçait devant chaque invité : chaque fois qu’elle arrivait devant ce jeune homme, j’ai remarqué que leurs yeux baissés se relevaient dans un élan ignoré des voisins et — qui sait — ignoré d’eux-mêmes. » An-sky comprit que les âmes de ces deux petits êtres purs palpitaient avec un magnétisme caché. Et quand, la dernière nuit du sabbat, lumières allumées, buvant le thé, le père, joyeux, lui parla de ses affaires et d’un prochain mariage pour sa fille avec le fils d’un aristocrate très riche plutôt qu’avec ce jeune homme, il vint à l’idée d’An-sky qu’une tragédie, digne du théâtre, allait se jouer dans cette maison.

* Il y a trois versions de cette pièce. 1o « Mež dvuh mirov » (« Меж двух миров »), c’est-à-dire « Entre deux mondes » : l’original russe d’An-sky. 2o « Ha Dybbuk » (« הדיבוק ») : la version hébraïque de Chaïm Bialik. 3o « Tsvishn Tsvey Veltn, oder der Dibuk » : la version yiddish d’An-sky à partir de celle de Bialik. Haut

** En russe Шлойме-Занвл Раппопорт. Autrefois transcrit Chloïme-Zaïnvl Rapoport, Schloimo Zaïnwill Rapoport, Shloyme-Zanvlben Rappoport, Schlomo Sanwel Rapoport, Shlome Zanvil Rappoport, Szlojme-Zajnwel Rapoport ou Solomon Seinwil Rapoport. Haut

*** En russe Ан-ский. Parfois transcrit An-skii, An-skij ou An-ski. Rappoport fabriqua son surnom à partir du prénom de sa mère (Anna) : Annensky. Comme un écrivain portant ce nom existait déjà, il abrégea le sien en An-sky. Haut

**** « Le trilinguisme permet d’exprimer “les potentialités universelles du judaïsme” aux non-Juifs ; car, on le sait, les Juifs n’ont jamais dans l’histoire parlé qu’une seule langue. Dans l’Antiquité, c’était l’hébreu, l’araméen et le grec ; en Espagne cohabitaient l’hébreu, l’arabe et le judéo-espagnol ; en Pologne et en Russie, le yiddish, l’hébreu et le russe », dit M. Henri Minczeles. Haut

***** En ukrainien Ярмолинці. Haut

****** Dans Odette Aslan, « “Le Dibbouk” d’An-ski et la réalisation de Vakhtangov ». Haut

« Paraboles de Sendabar sur les ruses des femmes »

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit de la version hébraïque des « Paraboles de Sendabar sur les ruses des femmes » (« Mishle Sendabar »*), ou mieux « Paraboles de Sindebad », contes d’origine indienne, dont il existe des imitations dans la plupart des langues orientales, et qui, sous le titre de « L’Histoire des sept sages de Rome » (« Historia septem sapientum Romæ »), ont obtenu un très vif succès en Europe occidentale, où les trouvères français en ont fait « Le Roman des sept sages ». Le renseignement le plus ancien et le plus utile que nous ayons sur ces contes, nous est donné par l’historien Massoudi (Xe siècle apr. J.-C.). Dans un chapitre intitulé « Généralités sur l’histoire de l’Inde, ses doctrines, et l’origine de ses royaumes », cet historien attribue le « Livre des sept vizirs, du maître, du jeune homme et de la femme du roi » à un sage indien, contemporain du roi Harṣa Vardhana (VIIe siècle apr. J.-C.), et qu’il nomme Sindebad**. Ainsi donc, c’est en Inde que l’imagination humaine, féconde et exubérante comme la vallée du Gange, a enfanté ces contes ; c’est de l’Inde qu’ils ont pris leur envol en se répandant aux extrémités du monde pour nous amuser et instruire. Et si nous faisons l’effort de remonter de siècle en siècle, de langue en langue — du français au latin, du latin à l’hébreu, de l’hébreu à l’arabe, de l’arabe au pehlvi, du pehlvi au sanscrit — nous arrivons à Sendabar ou Sendabad ou Sindebad ou Sindbad, qu’il ne faut pas confondre du reste avec le marin du même nom dans les « Mille et une Nuits ». Tous ces noms paraissent corrompus. En tout cas, en l’absence du texte original sanscrit, je m’en réfère à la version hébraïque. En voici l’intrigue : Une reine devient amoureuse de son beau-fils, qui rejette les vaines avances de cette femme. Elle en est irritée et l’accuse d’avoir voulu la séduire, un peu comme Phèdre a accusé Hippolyte, ou comme la femme de Putiphar a accusé Joseph. Le roi condamne son fils ; mais, durant une semaine, le jugement demeure suspendu. Chaque jour, l’un des sept sages voués à l’éducation du jeune prince fait au monarque un récit qui a pour but de lui inspirer quelque défiance à l’égard des femmes ; et la reine y répond, chaque jour, par un récit qui doit produire l’effet contraire. Enfin, le prince démontre son innocence, et la reine est condamnée ; mais le jeune homme demande et obtient la grâce de la coupable.

* En hébreu « משלי סנדבאר ». Autrefois transcrit « Mischle Sandabar » ou « Mishle Sendebar ». Haut

** En arabe سندباد. Haut

Samuel le Naguid, « Guerre, Amour, Vin et Vanité : poèmes »

éd. du Rocher, coll. Anatolia, Monaco

éd. du Rocher, coll. Anatolia, Monaco

Il s’agit de Samuel ibn Nagréla*, plus connu sous le surnom de Samuel le Naguid**, poète, grammairien, chef des juifs en terre espagnole et vizir de Grenade (XIe siècle apr. J.-C.). Au début, Samuel faisait du négoce comme un simple marchand d’épices ; mais tout ce qu’il gagnait, il le dépensait pour ses études. Il écrivait si bien qu’il surpassait les calligraphes arabes. Son échoppe avoisinant le jardin du secrétaire du roi, un jour une servante demanda à Samuel de rédiger des lettres pour son maître. Lorsque ce dernier les reçut, il fut très étonné du talent dont elles faisaient preuve. S’enquérant de l’auteur auprès des gens de son personnel, ceux-ci lui dirent : « C’est un certain juif de la communauté de Cordoue. Il habite près de ton jardin et c’est lui qui a rédigé ces lettres ». Là-dessus, le secrétaire du roi ordonna qu’on lui amenât Samuel. Il lui dit : « Vous n’êtes pas fait pour rester dans une échoppe. Restez désormais près de moi ». Plus tard, lorsqu’il tomba malade, le roi vint le trouver sur son lit de mort et lui dit : « Que vais-je faire à présent ? Qui me conseillera dans ces guerres qui menacent de partout ? » Le secrétaire du roi répondit : « Jamais je ne vous ai donné un conseil émanant de moi ; tous sont venus de ce juif, mon scribe. Prenez soin de lui ; qu’il soit un père et un prêtre pour vous ! Faites ce qu’il vous dira de faire, et Dieu vous viendra en aide »***. Ainsi, Samuel fut admis à la Cour.

* En arabe بن النغريلة. Parfois transcrit Naghrela, Nagrella, Nagrila, Nagrilla ou Naghrillah. Par suite d’une faute, بن النغديلة, transcrit Nagdélah, Nagdilah, Nagdila ou Naghdila. Haut

** En hébreu שמואל הנגיד. Parfois transcrit Chmouel Hanaguid, Shmouël ha-Naguid, Shemuel han-Nagid, Schmuel ha-Nagid, Shmuel Hanagid ou Šěmuel ha-Nagid. Haut

*** Dans p. 21-22. Haut