Aller au contenu

Mot-clefRoumanie

pays, gen­ti­lé ou langue

Mazilescu, «Le Magasin aux porcelaines»

dans « Liberté », vol. 16, nº 4, p. 12-15

dans «Liber­té», vol. 16, no 4, p. 12-15

Il s’agit du «Maga­sin aux por­ce­laines» («Prăvă­lia cu por­ce­la­nu­ri») de M. Vir­gil Mazi­les­cu, l’un des der­niers sur­réa­listes rou­mains. Exa­gé­rant un peu, je dirais que la poé­sie de M. Mazi­les­cu a com­men­cé et fini dans la taverne de l’Union des écri­vains à Buca­rest. La table où il s’asseyait chaque soir n’était pas seule­ment le coin de l’établissement où les plus copieuses quan­ti­tés de vod­ka étaient englou­ties; c’était éga­le­ment une sorte d’atelier, un cénacle lit­té­raire. Entre deux dis­cours tra­giques, empes­tant l’alcool, agré­men­tés de l’invocation de la belle Rodi­ca, sa déesse et «la plus grande réa­li­sa­tion de [sa] vie»*, ponc­tués, enfin, de jurons, qu’il était le seul à pou­voir se per­mettre en l’éminente pré­sence de MM. Marin Pre­da et Nichi­ta Stă­nes­cu assis devant lui, M. Mazi­les­cu décla­mait sa toute der­nière poé­sie, tout en y opé­rant de petites mais impor­tantes retouches. On l’appelait «le tailleur de dia­mants»**, car il don­nait à sa poé­sie une pre­mière forme, puis il retran­chait, ajou­tait, sub­sti­tuait des mots pen­dant des mois, si bien que ses convives finis­saient par l’apprendre par cœur en l’entendant réci­ter si sou­vent. Comme tous les vers d’ivrogne, ceux de M. Mazi­les­cu appa­raissent tou­jours d’une façon ou d’une autre inter­rom­pus, ellip­tiques, inex­pli­ca­ble­ment accro­chés à leur propre logique dif­fé­rente de la nôtre, échap­pant à la gram­maire. Infé­rieurs aux vers lucides si l’on veut, ils ont, cepen­dant, ce mérite qu’ils donnent la ferme convic­tion que la poé­sie, c’est la chose la plus essen­tielle qui soit, la chose qui se réveille le plus tôt et qui s’éteint en der­nier lieu en nous, quand bien même nous serions assis dans une taverne aux confins du monde civi­li­sé là où les map­pe­mondes indiquent seule­ment «Ibi sunt leones» («Là se trouvent des lions») : «Qui donc se tient là au bord de l’abîme et dit et parle en regar­dant sans cesse à sa montre, comme un vieillard sai­si de panique à la tom­bée de la nuit? Ses pen­sées [sont] plus éteintes qu’une bou­gie éteinte. “Ibi sunt leones.” C’est là que se croisent en effet les deux zones : [celle] de la vie et [celle] de la confiance incom­men­su­rable en l’éternité. Par là, il pousse des fleurs. “Ibi sunt leones”», dit M. Mazi­les­cu

* «Il se fera silence, il se fera soir», p. 13. Haut

** En rou­main «şle­fui­to­rul de dia­mante». Haut

Mazilescu, «Il se fera silence, il se fera soir»

éd. Comp’act, coll. La Polygraphe, Chambéry

éd. Comp’act, coll. La Poly­graphe, Cham­bé­ry

Il s’agit des recueils «Il se fera silence, il se fera soir» («Va fi liniște, va fi seară»), «Frag­ments de la région de jadis» («Frag­mente din regiu­nea de odi­nioară») et «Vers» («Ver­su­ri») de M. Vir­gil Mazi­les­cu, l’un des der­niers sur­réa­listes rou­mains. Exa­gé­rant un peu, je dirais que la poé­sie de M. Mazi­les­cu a com­men­cé et fini dans la taverne de l’Union des écri­vains à Buca­rest. La table où il s’asseyait chaque soir n’était pas seule­ment le coin de l’établissement où les plus copieuses quan­ti­tés de vod­ka étaient englou­ties; c’était éga­le­ment une sorte d’atelier, un cénacle lit­té­raire. Entre deux dis­cours tra­giques, empes­tant l’alcool, agré­men­tés de l’invocation de la belle Rodi­ca, sa déesse et «la plus grande réa­li­sa­tion de [sa] vie»*, ponc­tués, enfin, de jurons, qu’il était le seul à pou­voir se per­mettre en l’éminente pré­sence de MM. Marin Pre­da et Nichi­ta Stă­nes­cu assis devant lui, M. Mazi­les­cu décla­mait sa toute der­nière poé­sie, tout en y opé­rant de petites mais impor­tantes retouches. On l’appelait «le tailleur de dia­mants»**, car il don­nait à sa poé­sie une pre­mière forme, puis il retran­chait, ajou­tait, sub­sti­tuait des mots pen­dant des mois, si bien que ses convives finis­saient par l’apprendre par cœur en l’entendant réci­ter si sou­vent. Comme tous les vers d’ivrogne, ceux de M. Mazi­les­cu appa­raissent tou­jours d’une façon ou d’une autre inter­rom­pus, ellip­tiques, inex­pli­ca­ble­ment accro­chés à leur propre logique dif­fé­rente de la nôtre, échap­pant à la gram­maire. Infé­rieurs aux vers lucides si l’on veut, ils ont, cepen­dant, ce mérite qu’ils donnent la ferme convic­tion que la poé­sie, c’est la chose la plus essen­tielle qui soit, la chose qui se réveille le plus tôt et qui s’éteint en der­nier lieu en nous, quand bien même nous serions assis dans une taverne aux confins du monde civi­li­sé là où les map­pe­mondes indiquent seule­ment «Ibi sunt leones» («Là se trouvent des lions») : «Qui donc se tient là au bord de l’abîme et dit et parle en regar­dant sans cesse à sa montre, comme un vieillard sai­si de panique à la tom­bée de la nuit? Ses pen­sées [sont] plus éteintes qu’une bou­gie éteinte. “Ibi sunt leones.” C’est là que se croisent en effet les deux zones : [celle] de la vie et [celle] de la confiance incom­men­su­rable en l’éternité. Par là, il pousse des fleurs. “Ibi sunt leones”», dit M. Mazi­les­cu

* «Il se fera silence, il se fera soir», p. 13. Haut

** En rou­main «şle­fui­to­rul de dia­mante». Haut

Blaga, «Les Différentielles divines»

éd. Librairie du savoir, coll. Philosophia perennis, Paris

éd. Librai­rie du savoir, coll. Phi­lo­so­phia per­en­nis, Paris

Il s’agit des «Dif­fé­ren­tielles divines» («Dife­renția­lele divine») de Lucian Bla­ga, poète, dra­ma­turge et phi­lo­sophe rou­main, dont l’œuvre sublime se résume en un vers : «Je crois que l’éternité est née au vil­lage»*. Né en 1895 au vil­lage de Lan­crăm, dont le nom, dit-il, rap­pelle «la sono­ri­té des larmes» («sune­tele lacri­mei»), fils d’un prêtre ortho­doxe, Bla­ga fit son entrée à l’Académie rou­maine sans pro­non­cer, comme de cou­tume, l’éloge de son pré­dé­ces­seur. Son dis­cours de récep­tion fut un éloge du vil­lage romain, comme le fut aus­si toute son œuvre. Pour l’auteur de «L’Âme du vil­lage» («Sufle­tul satu­lui»), les pay­sages cam­pa­gnards, les che­mins de terre et de boue sont «le seuil du monde» («prag de lume»), le vil­lage-idée d’où partent les vastes hori­zons de la créa­tion artis­tique et poé­tique. Les regards rêveurs des pay­sans sondent l’univers, se per­dant dans l’infini. L’homme de la ville au contraire vit «dans le frag­ment, la rela­ti­vi­té, le concret méca­nique, dans une tris­tesse constante et dans une super­fi­cia­li­té lucide». Cet éloge de l’âme du vil­lage comme creu­set, comme âme de la nation est dou­blé de l’angoisse devant le mys­tère de ce que Bla­ga appelle «le Grand Ano­nyme» («Marele Ano­nim»), c’est-à-dire Dieu. Face à cette angoisse-là, la solu­tion qu’il ébauche, en s’inspirant des roman­tiques alle­mands, passe par le sacri­fice de l’individu en tant qu’individu au pro­fit d’une spi­ri­tua­li­té col­lec­tive, ano­nyme et spon­ta­née. Puisque les grandes ques­tions du monde res­tent sans réponse, la sagesse serait de se taire et de se fondre avec la terre dans les sillons de l’éternité :

«Regarde, c’est le soir», dit Bla­ga**.
«L’âme du vil­lage pal­pite près de nous
Comme une odeur timide d’herbe cou­pée,
Comme une chute de fumée des avant-toits de paille…
»

* En rou­main «Eu cred că veș­ni­cia s-a năs­cut la sat». Haut

** Dans Constan­tin Cio­pra­ga, «La Per­son­na­li­té de la lit­té­ra­ture rou­maine». Haut

Creangă, «Œuvres choisies. Souvenirs d’enfance • Contes • Récits»

éd. Le Livre, Bucarest

éd. Le Livre, Buca­rest

Il s’agit de «La Petite Bourse aux deux liards» («Pun­guța cu doi bani») et autres œuvres de Ion Creangă*, conteur rou­main d’inspiration popu­laire, génie oral chez lequel il y avait une sagesse pay­sanne tirée de tout autre part que des livres, une sorte d’humanisme non intel­lec­tuel, une émo­tion pou­vant tou­cher les cœurs (XIXe siècle). Fils d’un com­mer­çant de vête­ments gros­siers dans le vil­lage de Humu­leș­ti, au pied des mon­tagnes de Mol­da­vie, Creangă sem­blait des­ti­né, par ses modestes ori­gines, à car­der la laine et à por­ter la bure au fou­lon, comme ses ancêtres. Son père — homme, par ailleurs, bon et indul­gent — n’avait reçu aucune ins­truc­tion et disait à l’enfant : «Plu­tôt qu’en ville le der­nier, sois au vil­lage le pre­mier»**. L’ambition de sa mère chan­gea tout. Sma­ran­da Creangă, femme d’une intel­li­gence supé­rieure à la moyenne des pay­sans, vou­lait à tout prix faire de lui un prêtre et lui évi­tait toute besogne autre que les tra­vaux intel­lec­tuels. Mais jetant sa sou­tane aux orties, ce fut fina­le­ment non comme prêtre, mais comme ins­ti­tu­teur pri­maire que Creangă se fixa dans une «masure» («boj­deu­ca») des fau­bourgs de Iași***, d’où il par­tait chaque matin, d’un pas pesant, en s’appuyant sur sa canne noueuse, rejoindre son école. Il pas­sait la plu­part de son temps au milieu de ses élèves, aux­quels il racon­tait par­fois, avant même de les écrire, ses inou­bliables contes. Par­fois aus­si, il des­cen­dait à la Bol­ta Rece, une taverne acha­lan­dée par les petits auteurs et hono­rée de la pré­di­lec­tion des vau­riens de la ville. Ce fut là qu’il fit la ren­contre, en 1875, du poète Mihai Emi­nes­cu, pour lequel il avait une cor­diale sym­pa­thie. Bien­tôt, une ami­tié pro­fonde lia ces deux grandes âmes qui devinrent insé­pa­rables. Toutes les fois qu’ils avaient quelques heures de liber­té, ils allaient se retrou­ver sur les bancs des jar­dins publics ou se réga­ler de porc à l’ail dans quelque modeste auberge de vil­lage. Là, ils fai­saient d’interminables conver­sa­tions et se plai­saient à évo­quer la lit­té­ra­ture popu­laire, connue de l’un depuis son enfance et imi­tée par l’autre dans ses com­po­si­tions poé­tiques. Mais le départ, deux ans plus tard, d’Eminescu pour Buca­rest mit fin à cette époque, la plus tran­quille et la plus heu­reuse de leur vie. En 1872, Creangă res­sen­tit les pre­mières atteintes du mal incu­rable qui devait l’emporter pré­ma­tu­ré­ment : l’épilepsie. En 1887, trop souf­frant pour assu­rer ses classes, il fut contraint d’abandonner son poste d’instituteur.

* Autre­fois trans­crit Ioan Crean­ga. Haut

** «Sou­ve­nirs d’enfance». Haut

*** Autre­fois trans­crit Jas­sy ou Ias­sy. Haut

Blaga, «Manole, Maître bâtisseur : drame en cinq actes»

éd. Librairie bleue, coll. Théâtre, Troyes

éd. Librai­rie bleue, coll. Théâtre, Troyes

Il s’agit de «Manole, Maître bâtis­seur» («Meș­te­rul Manole») de Lucian Bla­ga, poète, dra­ma­turge et phi­lo­sophe rou­main, dont l’œuvre sublime se résume en un vers : «Je crois que l’éternité est née au vil­lage»*. Né en 1895 au vil­lage de Lan­crăm, dont le nom, dit-il, rap­pelle «la sono­ri­té des larmes» («sune­tele lacri­mei»), fils d’un prêtre ortho­doxe, Bla­ga fit son entrée à l’Académie rou­maine sans pro­non­cer, comme de cou­tume, l’éloge de son pré­dé­ces­seur. Son dis­cours de récep­tion fut un éloge du vil­lage romain, comme le fut aus­si toute son œuvre. Pour l’auteur de «L’Âme du vil­lage» («Sufle­tul satu­lui»), les pay­sages cam­pa­gnards, les che­mins de terre et de boue sont «le seuil du monde» («prag de lume»), le vil­lage-idée d’où partent les vastes hori­zons de la créa­tion artis­tique et poé­tique. Les regards rêveurs des pay­sans sondent l’univers, se per­dant dans l’infini. L’homme de la ville au contraire vit «dans le frag­ment, la rela­ti­vi­té, le concret méca­nique, dans une tris­tesse constante et dans une super­fi­cia­li­té lucide». Cet éloge de l’âme du vil­lage comme creu­set, comme âme de la nation est dou­blé de l’angoisse devant le mys­tère de ce que Bla­ga appelle «le Grand Ano­nyme» («Marele Ano­nim»), c’est-à-dire Dieu. Face à cette angoisse-là, la solu­tion qu’il ébauche, en s’inspirant des roman­tiques alle­mands, passe par le sacri­fice de l’individu en tant qu’individu au pro­fit d’une spi­ri­tua­li­té col­lec­tive, ano­nyme et spon­ta­née. Puisque les grandes ques­tions du monde res­tent sans réponse, la sagesse serait de se taire et de se fondre avec la terre dans les sillons de l’éternité :

«Regarde, c’est le soir», dit Bla­ga**.
«L’âme du vil­lage pal­pite près de nous
Comme une odeur timide d’herbe cou­pée,
Comme une chute de fumée des avant-toits de paille…
»

* En rou­main «Eu cred că veș­ni­cia s-a năs­cut la sat». Haut

** Dans Constan­tin Cio­pra­ga, «La Per­son­na­li­té de la lit­té­ra­ture rou­maine». Haut

Blaga, «Poèmes»

éd. Minerva, Bucarest

éd. Miner­va, Buca­rest

Il s’agit des «Poèmes» («Poeme») de Lucian Bla­ga, poète, dra­ma­turge et phi­lo­sophe rou­main, dont l’œuvre sublime se résume en un vers : «Je crois que l’éternité est née au vil­lage»*. Né en 1895 au vil­lage de Lan­crăm, dont le nom, dit-il, rap­pelle «la sono­ri­té des larmes» («sune­tele lacri­mei»), fils d’un prêtre ortho­doxe, Bla­ga fit son entrée à l’Académie rou­maine sans pro­non­cer, comme de cou­tume, l’éloge de son pré­dé­ces­seur. Son dis­cours de récep­tion fut un éloge du vil­lage romain, comme le fut aus­si toute son œuvre. Pour l’auteur de «L’Âme du vil­lage» («Sufle­tul satu­lui»), les pay­sages cam­pa­gnards, les che­mins de terre et de boue sont «le seuil du monde» («prag de lume»), le vil­lage-idée d’où partent les vastes hori­zons de la créa­tion artis­tique et poé­tique. Les regards rêveurs des pay­sans sondent l’univers, se per­dant dans l’infini. L’homme de la ville au contraire vit «dans le frag­ment, la rela­ti­vi­té, le concret méca­nique, dans une tris­tesse constante et dans une super­fi­cia­li­té lucide». Cet éloge de l’âme du vil­lage comme creu­set, comme âme de la nation est dou­blé de l’angoisse devant le mys­tère de ce que Bla­ga appelle «le Grand Ano­nyme» («Marele Ano­nim»), c’est-à-dire Dieu. Face à cette angoisse-là, la solu­tion qu’il ébauche, en s’inspirant des roman­tiques alle­mands, passe par le sacri­fice de l’individu en tant qu’individu au pro­fit d’une spi­ri­tua­li­té col­lec­tive, ano­nyme et spon­ta­née. Puisque les grandes ques­tions du monde res­tent sans réponse, la sagesse serait de se taire et de se fondre avec la terre dans les sillons de l’éternité :

«Regarde, c’est le soir», dit Bla­ga**.
«L’âme du vil­lage pal­pite près de nous
Comme une odeur timide d’herbe cou­pée,
Comme une chute de fumée des avant-toits de paille…
»

* En rou­main «Eu cred că veș­ni­cia s-a năs­cut la sat». Haut

** Dans Constan­tin Cio­pra­ga, «La Per­son­na­li­té de la lit­té­ra­ture rou­maine». Haut

Blaga, «Poèmes choisis»

éd. Grai și Suflet, coll. Ianus, Bucarest

éd. Grai și Suflet, coll. Ianus, Buca­rest

Il s’agit des «Poèmes choi­sis» («Poeme alese») de Lucian Bla­ga, poète, dra­ma­turge et phi­lo­sophe rou­main, dont l’œuvre sublime se résume en un vers : «Je crois que l’éternité est née au vil­lage»*. Né en 1895 au vil­lage de Lan­crăm, dont le nom, dit-il, rap­pelle «la sono­ri­té des larmes» («sune­tele lacri­mei»), fils d’un prêtre ortho­doxe, Bla­ga fit son entrée à l’Académie rou­maine sans pro­non­cer, comme de cou­tume, l’éloge de son pré­dé­ces­seur. Son dis­cours de récep­tion fut un éloge du vil­lage romain, comme le fut aus­si toute son œuvre. Pour l’auteur de «L’Âme du vil­lage» («Sufle­tul satu­lui»), les pay­sages cam­pa­gnards, les che­mins de terre et de boue sont «le seuil du monde» («prag de lume»), le vil­lage-idée d’où partent les vastes hori­zons de la créa­tion artis­tique et poé­tique. Les regards rêveurs des pay­sans sondent l’univers, se per­dant dans l’infini. L’homme de la ville au contraire vit «dans le frag­ment, la rela­ti­vi­té, le concret méca­nique, dans une tris­tesse constante et dans une super­fi­cia­li­té lucide». Cet éloge de l’âme du vil­lage comme creu­set, comme âme de la nation est dou­blé de l’angoisse devant le mys­tère de ce que Bla­ga appelle «le Grand Ano­nyme» («Marele Ano­nim»), c’est-à-dire Dieu. Face à cette angoisse-là, la solu­tion qu’il ébauche, en s’inspirant des roman­tiques alle­mands, passe par le sacri­fice de l’individu en tant qu’individu au pro­fit d’une spi­ri­tua­li­té col­lec­tive, ano­nyme et spon­ta­née. Puisque les grandes ques­tions du monde res­tent sans réponse, la sagesse serait de se taire et de se fondre avec la terre dans les sillons de l’éternité :

«Regarde, c’est le soir», dit Bla­ga**.
«L’âme du vil­lage pal­pite près de nous
Comme une odeur timide d’herbe cou­pée,
Comme une chute de fumée des avant-toits de paille…
»

* En rou­main «Eu cred că veș­ni­cia s-a năs­cut la sat». Haut

** Dans Constan­tin Cio­pra­ga, «La Per­son­na­li­té de la lit­té­ra­ture rou­maine». Haut

Cioran, «Œuvres»

éd. Gallimard, coll. Quarto, Paris

éd. Gal­li­mard, coll. Quar­to, Paris

Il s’agit de M. Emil Cio­ran*, intel­lec­tuel rou­main d’expression fran­çaise (XXe siècle). Com­ment peut-on être Fran­çais? com­ment peut-on dis­po­ser d’une langue si sub­tile et ne pas réus­sir à expri­mer les signi­fi­ca­tions de l’homme d’aujourd’hui?, se deman­dait M. Cio­ran. Il lui sem­blait que le monde actuel était ter­ri­ble­ment inté­res­sant, et son seul regret était de ne pas pou­voir y par­ti­ci­per davan­tage — à cause de lui-même, ou plu­tôt de son des­tin d’intellectuel rou­main : «Qui­conque est doué du sens de l’histoire», dit-il**, «admet­tra que… les Rou­mains ont vécu dans une inexis­tence per­ma­nente». Mais arri­vé en France, M. Cio­ran fut sur­pris de voir que la France même, autre­ment douée et pla­cée, ne par­ti­ci­pait plus aux choses, ni même ne leur assi­gnait un nom. Il lui sem­blait pour­tant que la voca­tion pre­mière de cette nation était de com­prendre les autres et de leur faire com­prendre. Mais depuis des décen­nies, la France cher­chait des lumières au lieu d’en don­ner : «J’étais allé loin pour cher­cher le soleil, et le soleil, enfin trou­vé, m’était hos­tile. Et si j’allais me jeter du haut de la falaise? Pen­dant que je fai­sais des consi­dé­ra­tions plu­tôt sombres, tout en regar­dant ces pins, ces rochers, ces vagues, je sen­tis sou­dain à quel point j’étais rivé à ce bel uni­vers mau­dit», dit-il***. Si, dans son œuvre de langue rou­maine, M. Cio­ran ne ces­sait de déplo­rer la situa­tion des cultures sans des­tin, des cultures mineures, tou­jours res­tées ano­nymes, ses ouvrages de langue fran­çaise offrent une vision tout aus­si pes­si­miste des cultures majeures ayant eu jadis une ambi­tion méta­phy­sique et un désir de trans­for­mer le monde, arri­vées désor­mais à une phase de déclin, à la per­pé­tua­tion d’une «race de sous-hommes, res­quilleurs de l’apocalypse»****. Et les unes et les autres marchent — courent même — vers un désastre réel, et non vers quelque idéale per­fec­tion. Et M. Cio­ran de conclure : «Le “pro­grès” est l’équivalent moderne de la Chute, la ver­sion pro­fane de la dam­na­tion»*****.

* Éga­le­ment connu sous le sur­nom d’E. M. Cio­ran. Fas­ci­né par les ini­tiales d’E. M. Fors­ter, Cio­ran les adop­ta pour lui-même. Il disait qu’Emil tout court, c’était un pré­nom vul­gaire, un pré­nom de coif­feur. Haut

** «Soli­tude et Des­tin». Haut

*** «Aveux et Ana­thèmes». Haut

**** «Pré­cis de décom­po­si­tion». Haut

***** «La Chute dans le temps». Haut

«Les Doinas : poésies moldaves»

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit des doi­nas* recueillies par Vasile Alec­san­dri** (XIXe siècle), vrais monu­ments de la lit­té­ra­ture popu­laire de la Rou­ma­nie. Qu’est-ce que des doi­nas? Ce sont de petites pièces de vers, qui ne portent pas de noms d’auteurs, parce qu’elles sont l’œuvre de tous, l’expression la plus directe et la plus sin­cère du génie du peuple rou­main. Elles ren­ferment des tré­sors ines­ti­mables de sen­ti­ments tendres, de croyances super­sti­tieuses, de cou­tumes ances­trales et, sur­tout, de beau­tés poé­tiques pleines d’originalité. Elles gardent pro­fon­dé­ment mar­quée l’empreinte du carac­tère local : «elles exhalent», dit un cri­tique***, «ce par­fum des mon­tagnes et des val­lées natales, qui ne se peut ni contre­faire, ni emprun­ter». Elles abondent, enfin, en com­pa­rai­sons pit­to­resques, en images gra­cieuses et ter­ribles; c’est ain­si qu’elles appellent l’argent «l’œil du diable» («ochĭul dra­cu­luĭ»); la mort «la fian­cée du monde» («miré­sa lumeĭ»), parce que tout le monde lui est pro­mis en entrant dans la vie; elles com­parent la bon­té à la mater­ni­té : «bon comme le sein d’une mère» («bun ca sinul mameĭ»); elles disent d’un homme supé­rieur qu’«il porte une étoile au front» («cu stea în frunte»); d’une belle femme qu’elle est «un frag­ment de soleil» («ruptă din sóre»); etc.

* En rou­main «doină» (sin­gu­lier) et «doine» (plu­riel). Par­fois trans­crit «doïne». Haut

** Autre­fois trans­crit Basile Alec­san­dri, Vasi­lie Alec­san­dri, Vasi­li Alexan­dri ou Vas­si­li Alexan­dri. Haut

*** Alphonse Grün. Haut

«Ballades et Chants populaires de la Roumanie»

XIXᵉ siècle

XIXe siècle

Il s’agit des doi­nas* recueillies par Vasile Alec­san­dri** (XIXe siècle), vrais monu­ments de la lit­té­ra­ture popu­laire de la Rou­ma­nie. Qu’est-ce que des doi­nas? Ce sont de petites pièces de vers, qui ne portent pas de noms d’auteurs, parce qu’elles sont l’œuvre de tous, l’expression la plus directe et la plus sin­cère du génie du peuple rou­main. Elles ren­ferment des tré­sors ines­ti­mables de sen­ti­ments tendres, de croyances super­sti­tieuses, de cou­tumes ances­trales et, sur­tout, de beau­tés poé­tiques pleines d’originalité. Elles gardent pro­fon­dé­ment mar­quée l’empreinte du carac­tère local : «elles exhalent», dit un cri­tique***, «ce par­fum des mon­tagnes et des val­lées natales, qui ne se peut ni contre­faire, ni emprun­ter». Elles abondent, enfin, en com­pa­rai­sons pit­to­resques, en images gra­cieuses et ter­ribles; c’est ain­si qu’elles appellent l’argent «l’œil du diable» («ochĭul dra­cu­luĭ»); la mort «la fian­cée du monde» («miré­sa lumeĭ»), parce que tout le monde lui est pro­mis en entrant dans la vie; elles com­parent la bon­té à la mater­ni­té : «bon comme le sein d’une mère» («bun ca sinul mameĭ»); elles disent d’un homme supé­rieur qu’«il porte une étoile au front» («cu stea în frunte»); d’une belle femme qu’elle est «un frag­ment de soleil» («ruptă din sóre»); etc.

* En rou­main «doină» (sin­gu­lier) et «doine» (plu­riel). Par­fois trans­crit «doïne». Haut

** Autre­fois trans­crit Basile Alec­san­dri, Vasi­lie Alec­san­dri, Vasi­li Alexan­dri ou Vas­si­li Alexan­dri. Haut

*** Alphonse Grün. Haut