Comptes rendus sur la littérature ancienne et moderne de toutes les nations

Nezâmî, « Le Trésor des secrets »

éd. D. de Brouwer, Paris

éd. D. de Brouwer, Paris

Il s’agit du « Trésor des secrets » * (« Makhzan al-Asrâr » **) de Nezâmî de Gandjeh ***, le maître du roman en vers, l’un des plus grands poètes de langue persane (XIIe siècle apr. J.-C.). Nezâmî fut le premier qui remania dans un sens romanesque le vieux fonds des traditions persanes. Sans se soucier d’en préserver la pureté et la couleur, il les amalgama librement tantôt aux récits plus ou moins légendaires des compilateurs arabes, tantôt aux fictions des romanciers alexandrins. Par sa sophistication poétique, il dépassa les uns et les autres. Ses œuvres les plus importantes, au nombre de cinq, furent réunies, après sa mort, dans un recueil intitulé « Khamseh » **** (« Les Cinq ») en arabe ou « Pandj Gandj » ***** (« Les Cinq Trésors ») en persan. Maintes fois copiées, elles étaient de celles que tout honnête homme devait connaître, au point d’en pouvoir réciter des passages entiers. Au sein de leur aire culturelle, à travers cette immensité qui s’étendait de la Perse jusqu’au cœur de l’Asie et qui débordait même sur l’Inde musulmane, elles occupaient une place équivalente à celle qu’eut « L’Énéide » en Europe occidentale. « Les mérites et perfections manifestes de Nezâmî — Allah lui soit miséricordieux ! — se passent de commentaires. Personne ne pourrait réunir autant d’élégances et de finesses qu’il en a réuni dans son recueil “Les Cinq Trésors” ; bien plus, cela échappe au pouvoir du genre humain », dira Djâmî ****** en choisissant de se faire peindre agenouillé devant son illustre prédécesseur.

le premier qui remania dans un sens romanesque le vieux fonds des traditions persanes

Orphelin de bonne heure, Nezâmî fit cependant de brillantes études, grâce à la sollicitude d’un oncle qui le prit en charge. Le jeune protégé acquit ainsi toutes les connaissances humaines, avec un goût marqué pour le soufisme. Ses biographes ne nous apprennent rien d’autre à son sujet, et ses œuvres, pauvres en détails personnels, indiquent seulement qu’il ne fut pas un homme de Cour, mais un citadin ; car de même que Hâfez ne s’éloigna jamais de la ville de Chiraz où il était né, de même, Nezâmî resta claquemuré dans sa Gandjeh *******. « Ce fut un mystique qui jamais ne cessa de comprendre les hommes et de sentir comme eux ; un profond philosophe ; et [en tant que] fidèle serviteur d’Allah, un solitaire isolé du monde », dit Jan Rypka ********. Tandis que les poètes de son temps se bousculaient aux portails des seigneurs, pour en chanter les louanges et en recueillir des profits, Nezâmî, conscient de la haute valeur de ses vers, se contentait d’envoyer de loin ses poèmes :

« Je suis rétribué selon mon seul labeur ;
Si je suis magnifique, c’est grâce à mon [éloquence]…
En cette magie des mots j’excelle :
“Miroir de l’invisible”, tel est mon surnom !
 » *********

Une si grande fierté lui fit plusieurs envieux et jaloux, ainsi que quelques plagiaires bien incapables de se mesurer à lui, mais :

« L’Océan, qui est vaste et pur,
Qu’a-t-il à craindre de la bave du chien ?…
Le trésor des deux mondes est dans ma manche ;
Que m’importe le larcin de quelque obscur indigent ?
 » **********

« در طرف شام یکی پیر بود
چون پری از خلق طرف گیر بود
پیرهن خود ز گیا بافتی
خشت زدی روزی از آن یافتی
تیغ زنان چون سپر انداختند
در لحد آن خشت سپر ساختند
هرکه جز آن خشت نقابش نبود
گرچه گنه بود عذابش نبود
پیر یکی روز در این کار و بار
کار فزائیش در افزود کار
آمد از آنجا که قضا ساز کرد
خوب جوانی سخن آغاز کرد
کاین چه زبونی و چه افکندگیست
کاه و گل این پیشه خر بندگیست
 »
— Passage dans la langue originale

« Quelque part en Syrie vivait un vieillard qui, comme les fées, évitait les hommes.
Il portait sa chemise de crin. Il fabriquait des briques et gagnait ainsi ses moyens d’existence.
Quand les guerriers déposaient les armes, ils faisaient de ces briques leur bouclier dans la tombe.
Celui qui n’avait que ces briques pour couvrir son tombeau, même s’il était un pécheur, n’était pas puni.
Un jour, le vieil homme était occupé à son travail.
Par hasard, vint vers lui un beau jeune homme,
Disant : “Qu’est-ce que cette humiliation et cet abaissement ! Faire des briques est le travail d’un âne…” »
— Passage dans la traduction de M. Djamchid Mortazavi

« In ora Syriæ senex erat, qui dæmonis instar procul a populo litus habitabat. Indusium ipse ex herbis finxit, tegulasque fecit, unde vitam sustentabat. Gladium qui vibraverant, abjecto clypeo iis in sepulcro istæ tegulæ pro clypeis fuerunt. Quicumque præter has tegulas nullum velum habet, quamquam nefas admisit, pœnam non luet. Senex aliquando in hoc labore et opere versabatur, cum homo quidam maxime augeret ejus laborem. Venit ille ex loco, unde apparatus conspici poterat, et audax sermonis hanc orationem maledicam habuit, dixitque : “Qualis hæc est humilitas et sordes, hic labor terræ ? Muli hoc est…” »
— Passage dans la traduction latine de Ludwig Hain (XIXe siècle)

Téléchargez ces œuvres imprimées au format PDF

Consultez cette bibliographie succincte en langue française

* Parfois traduit « Le Magasin des secrets », « Le Magasin des mystères » ou « Le Trésor des mystères ».

** En persan « مخزن الاسرار ». Parfois transcrit « Makhzan-ul-Asrâr », « Makhzan ol-Asrâr », « Maḫzan al-Asrār », « Mahrzannol-Asrâr », « Makhsen-oul Errâr », « Makhzen ul-Esrâr » ou « Makhzen el-Asrâr ».

*** En persan نظامی گنجوی. Parfois transcrit Nadhami, Nidhami, Nizhâmî, Nizhamy, Nizamy, Nizami, Nishâmi, Nisamy, Nisami, Nezâmy ou Nezhami.

**** En arabe « خمسة ». Parfois transcrit « Khamsè », « Khamsah », « Khamsa », « Hamsa », « Hamsah », « Hamse », « Chamseh » ou « Hamseh ».

***** En persan « پنج گنج ». Parfois transcrit « Pendsch Kendj », « Pendch Kendj », « Pandsch Gandsch », « Pendj Guendj », « Penj Ghenj », « Pentch-Ghandj » ou « Panj Ganj ».

****** « Le Béhâristân », p. 185-186.

******* En persan گنجه. Parfois transcrit Ghendjé, Guenjé, Guendjé, Guendjeh, Gendsche, Candjeh, Candjé, Gandjè, Gandja, Gandzha, Ganja, Gandža, Gyandzha ou Gence. Aujourd’hui Gəncə, en Azerbaïdjan.

******** « Les “Sept Princesses” de Nizhami », p. 105.

********* « Laylâ et Majnûn », p. 32.

********** id. p. 33-34.